Bonnes pratiques(3): Monuments, Musées, Evènements et Fréquentations

MONUMENTS, MUSÉES, EXPOSITIONS § ÉVÈNEMENTS, FRÉQUENTATION

Une politique de l’offre, pour la Culture, complétée par une excellente connaissance des visiteurs, celle  du Tourisme : voilà pourquoi travailler ensemble, pour les deux secteurs, devrait bien fonctionner! Voyons aujourd’hui de quoi est composée cette offre culturelle, avec ses principaux chiffres-clefs et une série de tableaux pour vous aider en fin de billet. Evidemment nous vous proposons des chiffres nationaux , mais il est facile de trouver des chiffres en régions, d’autant que ce sont les seuls valables pour travailler sérieusement à la mise en tourisme des offres culturelles.

I -LES MONUMENTS HISTORIQUES

1) Place mondiale

Sur la liste du Classement « UNESCO, patrimoine mondial de l’Humanité », la France, avec 38 sites classés, arrive en quatrième place après l’Italie (47 sites ), l’Espagne (44) et la Chine (43). 38 sites auxquels il faut ajouter la liste des 10 pratiques culturelles inscrites au titre du Patrimoine immatériel de l’Humanité de l’UNESCO, dont les Festnoz bretonnes et le repas gastronomique inscrits tout récemment(2012 et 2010).

2) Statuts et typologie des monuments : la moitié des monuments en France sont privés, l’autre appartient au secteur public, dont 100 monuments sous tutelle de l’Etat (via le CMN), 344 classés et 28 700 inscrits au titre des monuments historiques. Un tiers des monuments historiques relève de l’architecture domestique, un autre tiers des édifices religieux, et près de la moitié (49,4%) sont des châteaux, propriétés, grandes demeures.Les périodes historiques qu’ils représentent : 60% pour la période contemporaine et moderne ; 32,8 % pour le Moyen Âge ; 3,7 % pour la Proto et Préhistoire et 1,7 %, pour la période de Antiquité.Enfin sur cet ensemble 2500 monuments sont ouverts aux visiteurs.

3) La conservation et les travaux d’entretien coûtent de plus en plus cher au secteur public,  car chaque année de nouveaux arrêtés de classement sont décidés parmi les monuments historiques et de nouvelles décisions d’inscription sur l’inventaire supplémentaire des monuments historiques sont pris. (Conformément à la loi du 31 décembre 1913, loi-pilier de ces arrêtés).

4) Et une nouvelle loi ! Cette année de centenaire de la loi fondatrice, on la fêtera donc le avec… une nouvelle loi en préparation au ministère de la culture, après la révision en 2012 du Code du patrimoine qui atteint aussi des sommets avec  1952 pages pour sa dernière édition chez  Lexis/Nexis-(64 €) . La législation et les procédures administratives sont donc au coeur des politiques culturelles du patrimoine, d’autant qu’aux monuments s’ajoutent des ensembles urbains et paysagers et secteurs sauvegardés (loi du 4 août 1962) et les nouvelles  AVAP (Aires de mise en valeur de l’architecture et du patrimoine) créées le 12 juillet 2010 pour remplacer les ZZPAUP ).  Enfin « seulement »109 Villes et Pays d’art et d’histoire ont été créés depuis 1985, peut-être, d’après ce que me disent les élus,  parce que la procédure du label est contraignante pour les collectivités et que les compétences des animateurs en développement territorial, Tourisme,  Economie ou Communication, web…  sont facultatives.  

5) Profil des visiteurs français: 30% visitent les monuments au moins une fois par an, chiffre stable depuis 20 ans.  (Sur 100 personnes de 15 ans et plus, 29% ont visité un monument au cours des douze derniers mois. 73% ont visité au moins une fois un monument historique au cours de leur vie). Il ne faut donc pas, sous peine de déception, croire à l’ engouement du Patrimoine tant vanté dans la Presse,  comme nous vous l’avons démontré dans deux posts du blog. Remarque : il n’y a pas de statistiques, au ministère de la Culture, pour les visiteurs étrangers, bien qu’ils représentent plus de la moitié  des visiteurs.

7) Comme vous adorez cela, voici les champions du Centre des monuments nationaux!


II – LES MUSÉES

1) Combien de musées? les musées privés ouverts au public sont plus nombreux (env. 8 000) que les musées publics, qui, au nombre de 1315, sont labellisés « Musées de France » et régis par la Loi de 2002.  Parmi eux, un groupe d’une centaine de musées, dont les plus importants, sont dénommés « Musées nationaux » : Le Louvre, Orsay,Versailles, etc…  dont la grande majorité dont devenus autonomes grâce à leur statut d’ établissements publics.

2) Statuts et typologie des musées : répartition par propriétaire (1) et type de musées visités (2) :

Tableau 1


3) Profil des visiteurs : on retrouve les mêmes chiffres, à peu près,   que ceux de la fréquentation des monuments : sur 100 personnes de 15 ans et plus, 30 % ont visité un musée au cours des douze derniers mois. 77% ont visité au moins une fois un musée historique au cours de leur vie », dit l’Enquête sur les pratiques cultuelles des français (Ministère de la culture, DEPS).

4) Le Louvre, champion du monde ! Avec 10 millions de visiteurs en 2012 (+1 million par rapport à 2011, grâce à l’ouverture du Département des arts de l’Islam et des expositions temporaires, cf.ci-dessous), Le Louvre conforte sa place de premier musée du monde pour sa fréquentation. Et Le Louvre s’est doté d’une bonne ingénierie pour le Tourisme culturel, fait très rare en France. Voici ce qui figure sur son bilan 2011 :

Fidéliser les américains et prospecter de nouveaux visiteurs au Canada? Sans doute…

En 2012, les musées du Louvre, Le Centre Pompidou et le musée d’Orsay ont enregistré des fréquentations record. Même constat pour Le Centre Pompidou (+4 % avec 3,8 millions de visiteurs) tout comme pour le musée d’Orsay (3,6 millions de visiteurs soit +15 % de plus qu’en 2011) après ses importants travaux de rénovation des salles  de l’Impressionnisme réouvertes en octobre 2011.

III- LES ÉVÈNEMENTS CULTURELS

1) LES EXPOSITIONS TEMPORAIRES D’ART L’art servirait-il de consolation par temps de crise? Les bons chiffres des grandes expositions temporaires expliquent la croissance de la fréquentation des musées. Et aussi celle des grands monuments qui assurent ainsi le renouvellement de leurs publics locaux ou internatioanaux ou encore font alliance avec l’art contemporain (Versailles avec Joana Vasconcelos, Bernar Venet, Xavier Veilhan ou Takashi Murakami et Jeff Koons).

2) Quelques chiffres de fréquentation des expostions 2012 : Le Louvre : Le nouveau département des Arts de l’Islam, ouvert le 22 septembre, avait déjà accueilli 650 000 v. en décembre dernier . Au Grand Palais, les Galeries nationales :évènements produits par l’établissement,  dont  « Edward Hopper » : 478.000 v. ; au musée d’Orsay : « Degas et le Nu » : 480 000 v. et  « L’impressionnisme et la mode » : 500 000 visiteurs. Au Centre Georges Pompidou(Précédent record en 2010: Monet avec 910 000 visiteurs, mais aussi « Toutankhamon » en 1967, pendant six mois au Petit-Palais, avec 1,2 millions de visiteurs pour voir son masque funéraire :-).Voir le graphique ci-dessous . Le Centre Pompidou-Metz a lui aussi publié de bons chiffres avec une fréquentation de 475 000 visiteurs en 2012, due notamment à la remarquable exposition « 1917 ».

3) Comment expliquer ce succès? Peut-être est-ce un effet indirect de la crise, avec des gens qui partent moins en vacances , mais aussi un effet direct de  la mise en place d’une politique tarifaire avantageuse avec « 40% de visites gratuites », notamment pour les moins de 26 ans. Pourtant  la structure du public ne change pas, avec des CSP+, des classes intellectuelles supérieures, etc… qui fréquentent ces expositions à dominante « beaux-arts ».

4) Typologie des évènements : 1,5 millions pour la dernière Nuit Blanche à Paris : en une nuit certains  évènements font souvent « bien mieux » que les expositions pour leur fréquentation pour des coûts bien inférieurs. D’autres, pour éviter  le reproche d’action trop éphémère, deviennent moins ponctuels et s’organisent en « saisons », comme Lille Fantastic cette année (1,9 millions de visiteurs) qui a pris la suite des manifestations annuelles, Lille 3000,  organisées par Lille à partir de 2004, année où Lille fut capitale européenne de la culture.

La fréquentation touristique et culturelle la plus importante provient cependant des petits et grands évènements plus traditionnels organisés sur notre territoire : fêtes calendaires ou nationales (des Marchés de Noël aux « Journées de… » en passant par les fêtes commémoratives, celles dédiées à un art (Musique, Poésie…) ou notre incontournable 14 juillet et ses feux d’artifice.). Ajoutons enfin les innombrables  fêtes religieuses ou les fêtes des terroirs et de leurs production artistique (Peinture, Livre, art amateur…), artisanale (gastronomie, poterie, vannerie, lutherie, etc..), ou encore fêtes devenues des incontournables (Bayonne, Nîmes, Arles).

Les « nouvelles fêtes »! Depuis 10 ans se développent des évènements  étonnants, qui se déploient dans l’ensemble de la ville où d’un parcours du territoire, en  créant un public ex-nihilo (Estuaire à Nantes/Saint-Nazaire; Nuits Blanches… ). Des Fêtes traditionnelles sont aussi revisitées (Fêtes des Lumières à Lyon) ou modifiées ne profondeur chaque année (Fesival Interceltique de Lorient). Des « duos  magiques », comme ceux de Jean-Marc Ayrault/Jean Blaise à Nantes ou Martine Aubry/Didier Fusiller à Lille assurent leur gouvernance et leur « créativité » grâce à la priorité politique donnée au développement culturel de leurs villes.

Les formats plus classiques sont les plus  nombreux et  il faut sans doute multiplier par deux le chiffre 1500, celui de ceux qui sont officiellement labellisés pour les différents formats : Jazz, rock, opéra, musique classique, théâtre, danse…Et peu importe la « folklorisation » advenue pour la plupart des évènements locaux :  le rendez-vous programmé ou improvisé de la  fête est surtout un moment pour partager, participer, déambuler, danser, s’amuser, bref, s’intégrer, ne serait-ce qu’un moment, à la communauté qui nous la propose.

– Foires de l’art actuel international : ajoutons un petit focus sur le développement spectaculaire, surtout en temps de crise,  des grandes rencontres internationales du marché de l’art (Un Tourisme d’Affaires Culturelles ? ), aujourd’hui toutes internationales et qui connaissent donc une forte croissance (Art Paris Art Fair au Grand Palais du 28 mars au 1er avril 2013) en créant des antennes (Paris Photo ira à Los Angeles ; la Frieze de Londres est exportée à New York, Art Basel de Bâle s’est déclinée à Miami et Hong Kong. Bref, il y avait trois évènements en 1970 (Cologne, Basel et Bruxelles) et aujourd’hui il y en a 288, nous dit The Art Newspaper cette semaine, en décrivant cet engouement, qui a induit la  plus grande transformation du marché de l’art depuis 2 siècles.  Elles deviennent aussi un signe distinctif, un marqueur de Luxe et de vitalité économique pour les pays. VIP, artistes, collectionneurs et directeurs de galeries  s’y rencontrent. Bref, tous les gouvernements des pays émergents s’en emparent, du Moyen–Orient à la Chine (Art Dubai ; Pékin, Shanghai et Singapour). Nos futurs concurrents ? Certes.

POUR EN SAVOIR PLUS : – Où trouver une très bonne liste des évènements en France ? vous demande-t-on souvent ; voici notre site le plus pratique, celui de Voyage en France, pour lister les Musiques actuelles, le théâtre et la danse , les évènements plus récents et insolites, et toutes les autres catégories d’évènements, à voir ici .Car le secteur est éparpillé, peu étudié, et personne dans notre pays n’en fait l’observation ou l’analyse. Comment faire des progrès?

5) Profil des visiteurs des festivals : une étude*, cependant, a tracé en 2009 le portrait des festivaliers de musique (musiques ancienne et baroque ; musique classique ; musique contemporaine ; Jazz ; Chanson ; Variétés ; musiques actuelles ; musiques du Monde et Danse ). Bien que l’enquête n’ait pas interrogé les spectateurs sur leur satisfaction, elle brosse un portrait du  festivalier qui est plutôt une femme (59%), d’un âge moyen de 51 ans. – Les CSP des visiteurs sont toujours aussi inégalitaires que pour les autres domaines de la culture: « 58% de cadres et de professions intellectuelles ; et »quand les publics se renouvellent on constate que le profil des nouveaux visiteurs est le même ». Avec 58,2%, les cadres et professions intellectuelles supérieures dominent l’échantillon, comme pour les monuments et les musées  et sont tout aussi  largement surreprésentés (15,4% au niveau national)[…] « Les employés (11%), les agriculteurs (1,1%) et les ouvriers (0,7%) sont largement sous-représentés compte tenu de leur poids respectif dans la population active ». Mon avis: voilà, parmi les conclusions de  l’enquête, qui ne nous étonne pas. L’offre  et sa communication correspondent à ces publics, à qui l’on donne toujours plus, alors que cette surreprésentation date des années 70!

– Un public de proximité Le public est, en moyenne, majoritairement local (ville, agglomération)  et départemental : 30,1% pour le premier, 24,3% pour le second. Le public extra-régional vient en troisième position, avec 26,3%. Le public régional (15,6%) est nettement en retrait et le public étranger (3,7%) est marginal. Même si les situations varient fortement d’un festival à l’autre, ce résultat est tout à fait incroyable mais normal : l’ensemble des politiques culturelles françaises sont destinées aux habitants de la proximité, pas aux visiteurs touristiques, et peu est fait, par les opérateurs des Festivals, pour avertir les visiteurs lointains.Tant que ça marche, pourquoi pas ?

– Où logent ils ? Comme attendu (les festivals privilégient très largement les visiteurs de proximité dans leur communication ) l’hébergement a lieu chez soi, chez les amis, en résidence secondaire pour 85% des spectateurs. Seulement 5,8% des spectateurs ont recours à l’hôtellerie classique, 2,8% aux chambres d’hôte, de gîtes et des villages-vacances, et 3% sont en camping. « L’importance du recrutement local des spectateurs s’accompagne d’hébergements moins ouverts qu’on pourrait l’imaginer à l’égard de l’économie hôtelière : le logement à domicile domine. » Et, pourrions-nous rajouter, l’ensemble des retombées économiques doit aussi en pâtir. Mais c’est surtout le manque de visibilité et de notoriété au niveau européen ou international  de nos festivals que l’on peut regretter, au vu de ce constat. Mis à part quelques grands classiques populaires ou les vedettes (Cannes, Avignon, Lorient, etc…) qui attirent les foules et la Presse internationale, l’aspect « entre soi » du public local et le peu d’exigence des élus pour axer leur communication vers d’autres régions ou pays est inquiétant pour l’avenir des plus petits festivals.

-7-  Type de musiques et âge des festivaliers : logiquement, les spectacles de musiques du monde et de musiques actuelles affichent une proportion plus importante de jeunes, tandis que les musiques savantes sont davantage plébiscitées par les seniors. Le jazz et la chanson constituent quant à eux des genres que l’on pourrait qualifier de « trans-générationnels », moins sensibles à la question de l’âge.

8- Le tarif des festivals : si des  tarifs peu élevés ou la gratuité permettent aux moins connaisseurs d’assister à un festival pour la première fois, « le prix du billet n’est pas un frein pour les connaisseurs ou les fans ».

9- La saisonnalité : essentiellement motivés par l’offre, les festivaliers se jouent de la saisonnalité.  Si l’offre festivalière a longtemps été associée à la période estivale, elle s’étale aujourd’hui sur toute l’année.L’impact de cette diversité saisonnière de l’offre reste toutefois limité. Elle n’influe ni sur le renouvellement, ni sur l’ancienneté ou la provenance des spectateurs.

*L’ETUDE : Les publics des festivals,  novembre 2009- Etude  réalisée en 2009 auprès de 23 344 festivaliers pour 207 spectacles et 49 festivals.

IV- ARTICLES DU BLOG EN LIEN AVEC PATRIMOINE MUSEES EVENEMENTS ET FREQUENTATION

– Le PatrimoineLE POIDS ECONOMQUE ET SOCIAL DU TOURISME – CULTURE TOURISME ET DEVELOPPEMENT STRATEGIES DES ELUS ET PROFESSIONNELS –  LA VALORISATION DU PATRIMOINELE TOURISME DOIT PAYER ! –  UN MILLIARD DE TOURISTES DANS LE MONDE EN 2012 – UNE FREQUENTATION EN BAISSE EN France ? LIEUX D’HISTOIRE : QUELLE HISTOIRE RACONTER ?RETOMBEES ECONOMIQUES DU PATRIMOINE –  LES LABELS du patrimoine et des musées –Démarche-Qualité .

– Les musées: musées , Palmarès des musées français ,  musées étrangers, les musées suisses, les musées de Vienne (Autriche, Museumsquartier ) — TROIS RESEAUX CULTURELS BIEN ORGANISÉS : Terre Catalane. FEMS, fédération des musées de société( une démarche –qualité)et celui de Tistra.LA GRATUITE DANS LES MONUMENTS NATIONAUX :ET DANS LES MUSEES VISITES EN FAMILLECOMMENT MONTER UNE EXPOSITION ? Comment choisir une exposition ?Festivals de musique : en avant la musique!

V- OUVRAGES INCONTOURNABLES : 5 LIVRES ! Notre blog NTC vous a souvent recommandé ces ouvrages : 1- La Politique culturelle en France,  de Xavier Greffe, qui doit rester votre livre de chevet tant les problèmes et les solutions , pour le secteur, y sont bien exposés. Xavier Greffe ET Sylvie Pflieger-2009- 288 pages . En vente à La Documentation française, Editeur de l’ouvrage. 2- La Fabrique du patrimoine, de la cathédrale à la petite cuillère, par Nathalie Heinich .Maison des sciences de l’Homme, en vente en ligne ( 21€ – Comptoir des Presses d’Universités ). Cet ouvrage présente notre politique de conservation du patrimoine, qui semble ne plus connaître de limites ( Critères si nombreux, décisions de tout protéger, ou presque…) ce qui fait que les problèmes financiers sont aussi à l’horizon de la prochaine décennie. Lorsque nous devrons conserver , restaurer le patrimoine actuel mais aussi ce que l’on y classe chaque jour de nouveau.3- Le Rapport sur le patrimoine de Yann Gaillard (Commission des affaires culturelles) établi pour la préparation du budget 2010, qui fait un point toujours très actuel sur l’état du patrimoine, des musées et de leurs politiques en France. Rapport d’information n° 378 (2001-2002) de M. Yann GAILLARD, fait au nom de la commission des finances, déposé le 25 juillet 2002.4 LA FREQUENTATION CULTURELLE ( la Revue Espaces) ; 5- ET LE TOURISME CULTUREL, un peu de pub ne nuit pas !

*La semaine prochaine, ce sera le tour du résumé du Blog pour TOURISME, CULTURE ET NUMÉRIQUE ! « La grande révolution des médias numériques fait que l’on est passé d’une logique de consommation à une logique de contribution; et l’open innovation joue sur le désir de contribuer, de participer. A l’image de ce qui se passe pour Wikipédia et bien d’autres sites, le consommateur devient contributeur et créateur. Le jeu consiste à les repérer, à les motiver et bien entendu à les animer pour pouvoir capter toute cette richesse en suspension ! » Extrait du Cyber-entretien de Frédéric Soussin avec Emily Thompson, animatrice Open Innovation Touristique, Sidney, Australie du 9 mars, parue sur le site Etourismeinfo. Nous passerons ainsi de la Conservation à la Conversation, comme dit Samuel Bausson !

KEN LE TOURISTE PARFAIT « Cher Ken nous sommes dans un véritable lieu de référence pour l’art ! Cet espace insolite est idéal pour accueillir tous types de manifestations privées de 300 à 3 000 personnes dans une atmosphère résolument culturelle et contemporaine. La Sucrière de Lyon est aussi un espace évènementiel unique  par son positionnement mixte « art et évènement »  et je sais que c’est exactement ce qui vous convient ». OK ! Dit Ken à la ravissante Responsable de GL Events qui organisait tous les évènements de sa multinationale. Le lieu avait l’avantage « d’être à deux pas de Paris en TGV, et la Culture, pour les hommes d’affaire une source de joie et d’intelligence », termina La Ravissante. Ken n’osa pas la contredire, lui dire que parfois la culture était aussi une plaie. C’est simple, il se sentait à mille lieues des pros qui se faisaient des bisous aux vernissages Arty de Barbie, et il n’ouvrait pas la bouche de toute la soirée. Autodidacte, il avait toujours peur de dire une bêtise…Joie et Intelligence? Il ouvrit la portière de sa Maserati en doutant.

– LES PHOTOS DE KEN EN HAUT – Ken a visité en avant première Art Paris Art Fair au Grand Palais (28 mars 1er Avril au Grand Palais) hier, et il a posé devant l’œuvre « Colonne » de Pavel Pepperstein, 2010, Acrylique sur toile, 90X220cm- Galerie Iragui. En bas il est devant son œuvre préférée, « Sans titre »,60X50 cm, tirage argentique, 2006-Galerie Esther Woederhof.(Photos volée, comme d’ab..)

LES ANNEXES : TABLEAUX POUR COMPLETER VOTRE DOCUMENTATION

L'Ile-de-France rassemble presque 60% du nombre de visites des musées en France.

FESTIVALS -(Tableaux Extraits du livre cité)-1 NIVEAU D’ ETUDES DES FESTIVALIERS:

2- OU  LOGENT LES FESTIVALIERS EN FRANCE?


3- Stratégies des festivals pour les publics


(1 commentaire)

5 pings

    • lehalle on 22 mars 2013 at 15 h 05 min

    Mon Kenou-chéri………… Tu n’as pas cette culture là mais tu en as bien d’autres…. On t’aime quand même d’amouououourrrrrrr !

  1. […] Une politique de l’offre, pour la Culture, complétée par une excellente connaissance des visiteurs, celle  du Tourisme : voilà pourquoi travailler ensemble, pour les deux secteurs, devrait bien fonctionner! Voyons aujourd’hui de quoi est composée cette offre culturelle, avec ses principaux chiffres-clefs et une série de tableaux pour vous aider en fin de billet. Evidemment nous vous proposons des chiffres nationaux , mais il est facile de trouver des chiffres en régions, d’autant que ce sont les seuls valables pour travailler sérieusement à la mise en tourisme des offres culturelles. suite et tableaux […]

  2. […] Une politique de l’offre, pour la Culture, complétée par une excellente connaissance des visiteurs, celle  du Tourisme : voilà pourquoi travailler ensemble, pour les deux secteurs, devrait bien fonctionner! Voyons aujourd’hui de quoi est composée cette offre culturelle, avec ses principaux chiffres-clefs et une série de tableaux pour vous aider en fin de billet. Evidemment nous vous proposons des chiffres nationaux , mais il est facile de trouver des chiffres en régions, d’autant que ce sont les seuls valables pour travailler sérieusement à la mise en tourisme des offres culturelles. suite et tableaux […]

  3. […] C-  Analyse de  l’offre culturelle (Patrimoine et musées, Evènements et expositions..) et un bilan des fréquentations, cliquez ici. […]

  4. […] mais bien réelle, est en cours. Ceux-ci sont plus jeunes et plus populaires que dans le passé. Bonnes pratiques(3): Monuments, Musées, Evènements et Fréquentations. Une politique de l’offre, pour la Culture, complétée par une excellente connaissance des […]

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.