Culture et Développement Durable

La Culture au cœur du Développement durable

Cette semaine je vous propose quelques pistes qui vous seront très utiles pour mieux comprendre et mettre en œuvre des objectifs de développement durable pour la Culture, ses établissements, ses process et ses pratiques, y compris l’accueil des visiteurs ou spectateurs.
Je suis en effet souvent surprise par l’avance prise par les acteurs du Tourisme sur ces questions, sans doute parce que de nombreuses activités de ses filières sont très risquées : transport et sur-tourisme guettent les lieux de visite et le tourisme de masse éloignent les touristes plus discrets ou ceux qui veulent « vivre comme les habitants ».
Enfin, comme j’ai la chance de parler cette langue, je vous transmets et résume les textes d’une très bonne revue culturelle italienne, AGCultura, qui fait régulièrement le point sur les rencontres et les avancées du couple « Culture et Développement durable ».L’Italie, comme nous l’avons vu dans ce petit blog avec le « Slow Tourism » et pour sa première place culturelle dans le monde, est aussi en avance sur la réflexion à conduire pour les ODD (Objectif du développement durable). Le fait que Dario Franceschini, le ministre de la Culture soit aussi ministre du tourisme doit aider à ces rapprochements, à mon avis.

I- DÉVELOPPEMENT ET MUSÉES : POUR UNE DURABILITÉ INTEGRÉE

Cet ouvrage vous donne d’emblée une petite idée de l’avance des professionnels italiens sur le sujet des actions à conduire pour que la Culture intègre les objectifs du développement durable.
Michela Rota, son auteure, est architecte, spécialisée en muséologie et en développement durable
POURQUOI UNE DURABILITÉ INTÉGRÉE?
Museums for Integrated Sustainability L’union entre les musées et la durabilité est la grande affaire du Conseil de l’Union européenne, l’UNESCO, de l’ICOM (Conseil international des musées) et de nombreux autres organismes mondiaux qui, nous le verrons ci-dessous, veulent relever le défit des changements climatiques et des désordres qui menacent le patrimoine ou tout autre secteur culturel.
« L’ouvrage entend contribuer au débat et proposer un ensemble d’approches possibles, soulignant comment les musées et les organisations culturelles peuvent contribuer à la construction d’une écologie culturelle ». Le livre a été écrit après quelques années de recherche au Département de l’énergie du Politecnico di Torino et fait partie de la série Cultural Geography (Place et rôle de la culture dans une société et son économie)
Les Principes et critères et quelques outils pour l’évaluation sont présentés pour s’adapter aux contextes et aux particularités des musées et de leur territoire et accompagner les professionnels et « propriétaires » des musées (Villes, propriétaires privées…)

  • La première partie propose des méthodologies, avec  des « scénarios de référence » pour différents contextes organisationnels, processus de gestion, ressources et bâtiments des musées. Par exemple pour :
    – Une gestion globale de l’institution avec la participation du personnel.
    – Etablir un plan stratégique par étapes successives, avec ses ressources et outils.
    – Définir le budget social (ou de durabilité), moyen de communiquer les résultats obtenus à toutes les parties prenantes, y compris les visiteurs et les communautés.
    – Puis différents chapitres évoquent les thèmes et actions possibles pour le bâtiment et l’efficacité énergétique; des espaces de confort et de bien-être pour les personnes qui les habitent; directives pour la conservation préventive; collections et installations, en utilisant des critères pour réduire leur impact et la possibilité de raconter de nouveaux récits; les relations du musée avec le territoire dans lequel il se trouve et le patrimoine culturel et naturel répandu.
    – L’impact culturel, informatif et de sensibilisation sur les utilisateurs est mis en évidence, avec lequel le lancement de projets participatifs est souhaité. Dans le livre, l’analyse approfondie est consacrée à la question de
    – La durabilité environnementale et  les façons dont le musée peut mettre en œuvre des stratégies d’efficacité énergétique pour réduire l’utilisation des ressources, la consommation et en général son impact sur l’environnement l’empreinte écologique, des émissions de gaz à effet de serre qui changent le climat, favorisant ainsi une décarbonisation progressive du patrimoine historique bâti.
    – Les ODD : sont rappelés les 17 objectifs de développement durable (ODD) pour le Programme des Nations Unies à l’horizon 2030 liés aux principaux défis auxquels la société contemporaine est confrontée. Le secteur de la culture et des musées peut contribuer à de nombreux ODD et cibles connexes, comme par exemple à commencer par la cible 11.4, dans le cadre de l’objectif 11 « Villes et communautés durables », qui concerne le renforcement des efforts de sauvegarde du patrimoine culturel et naturel.
    LE MUSÉE COMME « ZONES DE CONTACT » AVEC LE TERRITOIRE ET LES COMMUNAUTÉS, une partie plus classique, prend soin de rappeler l’ouverture des musées aux autres politiques locales, et donc « la possibilité pour les musées d’interagir avec les instances chargées de définir les politiques de développement durable »
    Dans sa conclusion, Michela Rota insiste sur notre rôle de faire connaitre et de bien diffuser tous les débats, outils, ressources, « pour entamer un processus vers la participation des musées de manière plus diffuse » et créer un réseau élargi. Il est vrai que les politiques de développement durable en faveur des communautés et des territoires » ne tiennent pas toutes compte des dynamiques culturelles, pour l’avenir. (Article complet d’AGCultura sur ce livre, ici!).
  • POUR LES MUSÉES en lien avec le développement durable, un  Groupe de travail de l’ICOM travaille aussi sur la durabilité (ICOM WGS – groupe dédié à la durabilité) établi à l’échelle internationale à partir de 2018, avec la participation de 14 experts de différents pays. La mission principale du WGS est d’aider l’ICOM à intégrer les ODD et l’Accord de Paris et à soutenir ses membres (environ 40 000) à contribuer au maintien des activités en faveur des ODD.
    Enfin voici  deux  pistes de Michela Rota pour « Développement durable et Culture » conseillées  dans son livre :
    A Berlin, l’atelier pilote Museum Facing Extinction organisé par We Are Museum et Climate-KIC s’est tenu dans le nouveau musée Futurium en nov. 2019, et a réuni une équipe d’experts du secteur muséal pour quatre jours de travail sur le développement durable et l’urgence climatique et
    – la conférence COP25 sur le climat de décembre 2019 à Madrid, avec l’américaine Sarah Sutton qui a organisé une session « Institutions culturelles et engagement public » au US Climate Action Center, (etc…).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

II- –CULTURE & CLIMATE CHANGE, Ce rapport s’appuie sur le Manuel de la culture et du changement climatique – le premier rapport de recherche publié par le World Cities Culture Forum, Julie’s Bicycle et C40, qui relate les réponses créatives et culturelles au changement climatique et à la durabilité environnementale. En juillet 2019, le WWCF, World Cities Culture Forum, en partenariat avec BOP Consulting et Julie’s Bicycle, a publié le « Culture and Climate Change Report », visant à mettre en évidence les tendances et actions urbaines face aux défis climatiques et environnementaux à travers des initiatives culturelles. Le rapport contient une introduction, la description de six tendances générales émergeant de l’analyse, cinq suggestions de villes ayant des ambitions environnementales et de bonnes pratiques de 14 villes à travers le monde: Londres, Amsterdam, New York, San Francisco, Le Cap, Melbourne, Taipei , Oslo, Toronto, Dublin, Sydney, Édimbourg, Austin et Lagos. Chaque profil de ville décrit les pratiques dans quatre domaines thématiques différents: programmes et campagnes créatifs; ressources et soutien; partenariats et innovation; politique et stratégie. Le rapport fait suite à une première publication sur le sujet,
• Voir l’excellente analyse d’AGcultura sur ce Climate Change, ici
• Voir le Rapport de WCCF : ICI

III POUR LE PATRIMOINE ET le DÉVELOPPEMET DURABLE trois excellents liens 
1- Indicateurs pour la culture à l’horizon 2030 (9 décembre 2019)

2- Tisser la licorne du [Développement durable] Passionnante histoire récente du développement durable et de la culture au niveau international : Lancement d’un premier réseau ; engagement de l’Europe ; engagement d’autres institutions internationales ; rôle de l’ICOMOS, etc…

3- Economie circulaire et patrimoine culturel, outils de réutilisation générative , ou comment  
appliquer les principes de l’économie circulaire à la réutilisation fonctionnelle du patrimoine culturel, tel est l’objectif du projet de recherche européen « CLIC »
4-Et quelques ouvrages récents : Daldanise Gaia, Gravagnuolo Antonia, Oppido Stefania, Ragozino Stefania, Cerreta Maria, Esposito De Vita Gabriella (2019),  » Économies circulaires pour le patrimoine culturel: processus synergiques de réutilisation adaptative pour la régénération urbaine « , Actes de la XXI Conférence nationale de l’UES | Limites, Mouvements, Lieux. Politiques et projets pour les villes et territoires en transition, pp. 1348-1361
– Foster Gillian (2020),  » Stratégies d’économie circulaire pour la réutilisation adaptative des bâtiments du patrimoine culturel afin de réduire les impacts environnementaux « . Ressources, conservation et recyclage 152, 104507
– Gravagnuolo Antonia, Fusco Girard Luigi, Ost Christian, Saleh Ruba (2017),  » Critères d’évaluation pour une réutilisation adaptative circulaire du patrimoine culturel « . BDC. Bulletin du Département de la conservation du patrimoine architectural et environnemental de l’Université de Naples, 2/2017
– Toutes les publications scientifiques produites dans le cadre du projet CLIC sont disponibles sur le lien suivant: https://www.clicproject.eu/scientific-publications/
Safeguarding Cultural Heritage from Natural and Man-Made Disasters : en ligne (207 pages !) ICI!
Cultural Heritage Partnership to enable ambitious climate action

Future of Our Pasts: Engaging Cultural Heritage in Climate Action

 

 

  • Climate Heritage Network Launch
    Pour adhérer, Climate Heritage Network, approuver ou signer le protocole ! il protocollo d’intesa sulla rete del patrimonio climatico (MOU) http://climateheritage.org/join/
    POUR EN SAVOIR PLUS
    À FLORENCE la semaine prochaine ! TurismA, 21-23 febbraio 2020 : Tourisme et Archéologie : un petit Salon de Tourisme Culturel bientôt à Florence, au Palais des Congrès. (Ministère des Biens et Activités culturelles et du Tourisme). https://www.tourisma.it/home/
    – A MILAN en 2020! Filippo del Corno, maire adjoint de la culture de la ville de Milan, a déclaré:
    «Accueillir le Sommet mondial de la culture des villes 2020 est pour Milan la plus grande reconnaissance d’un processus à long terme pour devenir une capitale de la culture. Grâce à l’impulsion donnée par l’Expo 2015, Milan a placé la culture et la créativité au cœur de son développement. Au cours du sommet, Milan deviendra le centre d’un débat politique sur le rôle clé que la culture peut jouer pour faire face aux plus grands défis de notre temps: changement climatique, inclusion sociale, main-d’œuvre créative, centre vs banlieues dans nos villes. Toutes ces questions seront abordées par des dirigeants de villes du monde entier réunis à Milan les 28 et 30 octobre 2020. Nous sommes vraiment impatients de les accueillir à Milan. »(Source WWCF)
  • ITALIE ET CHINE Presse du MIBACT, 21 janvier : en 2020, un jumelage Chine et Italie sur leTourisme Culturel (signé par les ministres, voir la conférence de presse, ici).
    Ufficio Stampa MiBACT:
    L’Année 2020 sera l’année du tourisme culturel en…Chine et en Italie. Voici le logo, les deux pays s’était jumelés pour un partenariat à long terme sur la culture des deux pays, qui devrait apporter une forte croissance du tourisme et de beaux échanges internationaux .Logo de l’année 2020 de la culture et du tourisme Chine-Italie.Il faut dire que le Ministère chinois de la Culture et du Tourisme préparent cela Zheng Hao (troisième à gauche), chef adjoint du Bureau des échanges internationaux et de la coopération du ministère chinois de la Culture et du Tourisme, et Luca Ferrari , ambassadeur d’Italie en Chine, Conférence de presse à Pékin ,quand fut prise la décision d’échanges culturels et touristiques Chine/Italie le 15 janvier 2019.Espérons que le virus ne polluera pas ces relations.
  • ———————————————————

KEN LE TOURISTE PARFAIT devait choisir une nouvelle destination : Chine ou Italie, Australie ou Afrique du Sud : toutes ses réunions d’affaire, ses jets privés, ses Palaces et ses dîners fins attendraient. Il n’avait d’yeux que pour Barbie, car demain, c’était la Saint Ken!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.