L’Italie pleure, l’Allemagne rit…

Ken tout fiérot pose sous la voûte de Michelangelo, dans la Chapelle Sixtine, au Vatican, à Roma.

I – L’ITALIE QUI PLEURE….

L’Italie laisse aujourd’hui s’effondrer des pans entiers de son patrimoine, qui constitue pourtant la moitié Patrimoine mondial de l’humanité à l’Unesco. Pompei s’écroule et le Colisée s’effrite,  des hommes d’affaires s’emparent de terrains destinés  à la Mostra, le Festival du Cinéma de Venise…. Les musées ne vont pas mieux : celui  de Regio Emilia fait  signer des pétitions sur le site SOS Patrimonio,  tandis que la gestion du musée d’art contemporain de Rome, le Maxxi, avec des  subventions réduites de 43% a été placé sous tutelle le 15 mars dernier. Et ce, malgré un autofinancement de 4,9M€ sur un budget de fonctionnement total de 8,89M€.Créé il y a deux ans, le musée aurait gagné à un engagement pluriannuel.

Le Patrimoine de l’Etat est en vente : depuis un an , le Trésor et l’Agence des Domaines italiens ont réorganisé la vente du patrimoine de l’Etat, estimé à  1800 milliards d’euros, afin qu’elle devienne plus…efficace !Des églises, des palais, des châteaux, des phares ou des  immeubles,  en tout, 11 700 « biens transférables » sont ainsi proposés à la vente dans les régions.

Avec l’un des plus petits budgets européens pour la culture ( 0,21% de son budget global), l’Etat néglige ou réprime sans faire face, et tous  les secteurs sont touchés : la Bibliotèque Nationale  des Girolamini a Naples a été mise sous sequestre par le Procureur le mois dernier dernier, au motif que 1500 livres auraient disparu entre 1950 et 2007. Dernière action flamboyante qui symbolise ces dérives: un musée italien brûle régulièrement ces jours-ci ses œuvres en direct ( sur skype…)pour protester contre les coupes budgétaires. Le directeur du Musée d’art contemporain de Casoria(Campanie) après avoir demandé l’asile artistique  pour ses oeuvres, à Angela Merkel l’an dernier, près de Naples, ,a commencé, mardi 17 avril, à les brûler une par une , avec l’autorisation des artistes, pour protester contre les importantes coupes budgétaires dans le secteur de la culture.

1- POMPEI

Des sols instables, murs de soutainement qui cèdent et piliers qui s’effondrent : Pompéi, cité romaine engloutie sous les cendres du Vésuve le 24 aout 79 ap.JC est aujourd’hui un vaste chantier abandonné.(66 ha, dont 22 non fouillés). Le 22 décembre 2011, la colonne d’une pergola de la villa de Loreio Tiburtino s’est effondrée. Deux mois plus tôt, c’était un mur de la maison de Diomède. Le site a  accueilli 2 319 668 visiteurs en 2010. Que va devenir, avec tant de désordres, l’image de Pompei auprès des visiteurs nationaux et internationaux, si aucune restauration sérieuse, aucun projet d’extension des fouilles ne viennent compenser cet abandon navrant?

2- LE COLISEE A ROME : une Procédure judiciaire autour de sa rénovation Après plusieurs incidents dus à des chutes de mortier de chaux et de pierres, décision avait été prise d’une restauration de la façade très dégradée du Colisée. Photo La construction du  Colisée, de  70 et 72 sous l’empereur Vespasien à l’an 80 sous Titus, en faisait le plus grand amphithéâtre jamais construit (188 mètres sur 156, pour une hauteur de 48,50 mètres)., il fut utilisé pour. Il fut utilisé pendant près de 500 ans par  50.000 et 75.000 spectateurs des combats de gladiateurs et autres spectacles publics qui y étaient organisés. Le nombre de visiteurs au Colisée est passé en une dizaine d’années d’un à six millions par an.
Diego  Della Valle, patron de l’entreprise Tod’s, affronte aujourd’hui plusieurs enquêtes sur des irrégularités présumées dans l’appel d’offres ainsi que des menaces concernant toute utilisation publicitaire du monument, et fustige les  atermoiements politiques et administratifs qui retardent le chantier.

3- LES FRESQUES DE GIOTTO DE LA CHAPELLE DES SCROVEGNI de Padoue risquent la destruction par les travaux de construction , à moins de 200 mètres, d’un auditorium, puis non loin d’un immeuble de 104 mètres, alors que la situation hydrogéologique est très fragile, la construction d’ un parking géant à proximité  ayant déjà modifié l’absorption des pluies..

4- ET LA MOSTRA DE VENISE!Un article du journal en ligne Left, « La polvere sotto il red carpet, la poussière sous le tapis » décrivait le 20 avril dernier  l’incroyable imbroglio qui menace le Lido, cette ile de  12 km et 16000 habitants,  et a stoppé la rénovation du Palacinema, la palais du cinéma,  prévue depuis 2006. Le montage prévu fut laborieux – opération de 100 millions d’euros, dont seulement 40 étaient apportés par l’Etat, d’où la  ; nécessité pour la ville de vendre l’Hôpital, dont elle n’était pas réellement propriétaire, etc…-jusqu’à ce que Berlusconi propose Vincenzo Spaziante, calabrais d’origine vénitienne, et ancien responsable de la santé en Calabre, comme commissaire délégué à la construction du nouveau palais du cinéma et des congrès de Venise. Ce commissaire fut alors chargé d’un projet global de « développement du Lido » ! Le Groupe Est Capital, déjà propriétaire de grands hôtels au Lido ( Hôtel des Bains ; Excelsior) développa un  prévisionnel des investissements touristiques et put acquérir l’hôpital. Cependant un coup de théâtre  contraria le planning lorsque l’on découvrit des déchets toxiques au milieu du futur chantier…Qu’à cela ne tienne, l’entreprise, pour compenser la dépense du traitement des sols, proposa de développer, en plus, un port de plaisance de 1000 anneaux…Le montage devint si compliqué que les travaux ne purent commencer, et aujourd’hui, dans une nouvelle ère « post –Berlusconi »,  tout est bloqué. Les contrats passés entre le commissaire et les entreprises, qui demandent évidemment des rallonges, doivent être révisés. Les travaux sont évalués par la Biennale à 2, 220M€ et  un projet alternatif a été présenté par la coordination « Un autre Lido est possible », bien reçu par le maire de l’île, Giorgio Orsoni. Prions pour que tout revienne dans l’ordre des choses, la Mostra, c’est dans 4 mois !

II- L’ALLEMAGNE QUI RIT ! CREATIVE GERMANY…L’Allemagne ne cesse de nous surprendre, depuis quelques mois. Elle affiche un réel revival, à la mode anglaise ou celle du Pays Basque espagnol. Avec une stratégie bien arrêtée (Pays émergents ; Jeunes ; Tourisme d’Affaires et Culture d’aujourd’hui), l’Allemagne prend de l’avance.

1- Le nouveau site du Tourisme allemand, très réussi ! Aves des traductions en plus de 20 langues (!), il a d’ailleurs gagné le Gagné le Prix d’Or de la PATA, Pacific Asia Travel Association (PATA) . Ce site  nous servira de guide, véritable vitrine des stratégies touristiques et culturelles.

2– Comment présenter l’Allemagne ? Un peu comme l’Autriche, l’Allemagne traditionnelle avait en quelque sorte engoncé l’ image du pays : châteaux royaux, folies wagnériennes, petits villages moyen-âgeux, authentiques ou  reconstruits à l’identique de leur passé, après guerre… Et là, que voyons –nous sur le site ? Une image toute différente, actuelle, créative, celle qui était réservée, jusqu’aux années 2000-2005,  à Berlin.   « Traditionnellement, l’Allemagne est connue pour être le « pays des poètes et des penseurs ». Mais des tendances continuent aujourd’hui encore d’y naître, des idées innovantes apparaissent, un art nouveau y voit le jour », dit l’introduction.La première page du site Internet annonce la couleur : les entrées sont les suivantes (voir la photo-écran) : 1- les villes et la culture.2-Loisirs et détente- 3- Thèmes majeurs-4-Voyages d’Affaires-5-Voyages pour…( groupes affinitaires, par gouts,âges et profils, très bien fait !…)- 6- Offre spéciales (promotions). Et, en allant sur « Thèmes majeurs », en deux clics, on arrive sur un menu de  l’Allemagne créative ! (Voir nos deux captures d’écran en fin de billet)

– L’ALLEMAGNE CULTURELLE,  AUJOUR D’HUI : cinq grands domaines sont proposés: lart, avec un ensemble très dense de musées et de jeunes galeries.  Un design créatif qui voit le jour dans de nombreuses écoles supérieures et centres du design. La mode présentée lors d’événements internationaux comme la « Bread & Butter ». Et l’architecture : l’Allemagne comme  hotspot d’architectes internationaux.Enfin un choix d’évènements en priorise trois : « Cette année, le Conseil National Allemand du Tourisme se concentrera sur trois grands événements culturels : 800 ans de Thomana, Documenta (13) et le 300e anniversaire de naissance de Frédéric le Grand ». On note donc que l’Allemagne a CHOISI deux ou trois évènements, pour accueillir de nouveaux visiteurs ou fidéliser des visiteurs qui ont envie de changer un peu, au lieu de TOUT proposer!

« Nous vous invitons à venir voir comment le « Made in Germany » s’est aussi transformé en « Created in Germany » est le mot de la fin.Vous pensiez que l’Allemagne  ne proposait  que des Fêtes de la bière, des musées de l’automobile et des  châteaux  kitchissimes en Bavière, en mode  Sissi Impératrice?Eh non!

3- Fréquentation touristique : en 2011, la destination Allemagne a battu le record établi l’année précédente en remportant 63,8 millions de nuitées des visiteurs étrangers et  330,3 millions de nuitées des résidents allemands,  ce qui en fait la destination préférée  du marché intérieur.

4- Cibles :  les visiteurs chinois, les jeunes du monde entier et les voyages d’affaires!L’Allemagne cible la Chine, et pourquoi pas puisque 100 millions veulent visiter l’Europe, d’après les dernières statistiques ? . « En 2011, nous avons enregistré plus de 1,3 millions de nuitées par les visiteurs chinois. Cela représente une augmentation d’année en année de 21 pour cent et dépasse les chiffres records que nous avons obtenus en 2010. Selon l’Office fédéral des Affaires étrangères, nous sommes le troisième le plus grand émetteur de visas étrangers en Chine « , déclare Petra Hedorfer, chef de la direction de l’Office National Allemand du Tourisme .

5 – Devenir LA destination des  jeunes est aussi l’une de ses priorités stratégiques pour créeer une destination « dynamique, à la mode, innovante » qui s’adresse à un segment du tourisme offrant un vaste potentiel économique. Les chiffres actuels montrent que près d’un tiers de ses visiteurs internationaux ont moins de 34 ans.

6 – Développer le Tourisme d’Affaires Selon le classement de L’Association Internationale des Congrès et des Conventions (ICCA), l’Allemagne est numéro un des sites de congrès en Europe – et ce pour la septième année consécutive. Au niveau mondial, l’Allemagne est en deuxième position – il n’y a qu’aux États-Unis que davantage de conférences internationales ont lieu. L’Allemagne est particulièrement demandée en tant que destination MICE sur le nouveau marché clé d’Asie – dont elle est la première destination européenne. Ses atouts : Sécurité,  excellente infrastructure,  personnel bien formé,  infrastructures en réseau,  durabilité sont les points forts de l’Allemagne en tant que destination d’affaires. Selon le « Rapport 2011 sur la compétitivité des secteurs du tourisme et des voyages du Forum économique mondial 2011 » (Travel & Tourism Competitiveness Report 2011, World Economic Forum), l’Allemagne est  deuxième après la Suisse sur 139 pays, et compte  6 420 lieux de conférences et d’événements (Enquête Institut européen pour l’industrie des séminaires (EITW).

L’Allemagne est devenue la première destination pour les voyages d’affaires auprès de la clientèle européenne. Les touristes internationaux dépensent en Allemagne près de 15 milliards d’euros par an pour les voyages d’affaires, selon  le résultat de l’étude du le Ministère fédéral de l’Économie et de la Technologie (BMWi) et publiée en coopération avec la Fédération allemande de l’industrie touristique (BTW). Le quart des voyageurs  vient d’Europe (Polonais, Britanniques et Suisses)  Paris, le 29 mars 2012 Focus 2012 sur les voyages d’affaires de promotionPrès de la moitié du volume d’affaires est attribuable à ce qu’on appelle des voyages d’affaires de promotion, qui comprennent les salons professionnels, les réunions, l’incentive, les congrès et les événements (MICE). « Les voyages d’affaires de promotion en provenance d’Europe vers l’Allemagne ont augmenté l’an dernier de sept pour cent, atteignant les 5,5 millions, et représentent ainsi un moteur économique très important pour le tourisme en l’Allemagne », explique (Petra Hedorfer, Présidente de l’Office National Allemand du Tourisme (ONAT).  Hanovre, Francfort et Cologne proposent trois des cinq plus grands parcs d’exposition du monde, et deux des trois plus grands salons internationaux – le Salon international du tourisme (ITB) à Berlin, le Salon international de l’automobile (IAA) à Francfort ou le Salon de l’informatique (CeBIT) à Hanovre – se déroulent en Allemagne.

7- Le rôle de l’ONAT en 2012 En collaboration avec le Bureau de la convention allemande (GCB), l’Office national du Tourisme, ONAT,  assure la promotion de l’Allemagne  sur les nouveaux marchés clés de la Chine, du Brésil et de la Russie. L’ONAT a élaboré, en collaboration avec le GCB, des programmes spéciaux ( Press, Host Buyrs et Eductours). Dans le segment MICE, des événements clients sont prévus à New York, Shanghai, Bruxelles et Londres ainsi que dans dix autres grands marchés. Depuis dix ans, l’Allemagne accueille le salon IMEX, la figure de proue de l’industrie internationale des réunions d’affaires. L’ONAT possède 30 représentations locales dans le monde. ( www.germany.travel/presse).

Ken, grâce au Titien, a pu rencontrer le Christ marchant sur l'eau aux USA, magnifique oeuvre de 1591 (117X168,5cm) Washington National Gallery

III- KEN LE TOURISTE PARFAIT

Allemagne ? Italie ? Le cœur de Ken balançait…Que croyez vous qu’il choisît ? Evidemment les deux, l’une pour ses voyages en amoureux, car jamais on ne pourrait copier Venise, même  si son ex, Barbie Chérie, trouvait plus fun la Venice de Las Vegas. Mais bon, c’était Barbie, telle qu’en elle-même…Et l’Allemagne car son statut de Touriste Parfait l’obligeait à faire des affaires, à gagner des milliards pour se payer les suites des palaces, les jets privés pour faire le tour du monde  et autres accessoires indispensables au Roi des touristes!

La semaine prochaine : vous connaissez Sylvie ? Sylvie Huron la reine des Greeters de Nantes, dont nous avons loué la perfection dans plusieurs billets de ce blog ? Eh bien, elle a aussi crée, avec des amis experts,  des « paniers culture » , et on fouillera ces paniers pour voir comment ils sont faits, combien ils coûtent, et quelles stratégies sont cachées sous l’osier ! Notre veille sur le Voyage à Nantes va encore nous réserver de joyeuses surprises!

NOS DEUX IMAGES DU SITE  INTERNET: TRAVEL GERMANY

I- Page d’accueil du site, avec un choix simple, une carte interactive et un moteur de recherche:

II- En deux clics, on arrrive sur l’Allemagne créative ( La culture aujourd’hui, avec ce drôle de bal à Hamburg, à la Hafen City, mais il y a plus de 10 autres possibilités…)


(1 commentaire)

3 pings

    • Alia on 8 janvier 2013 at 17 h 34 min

    Je suis d’accord avec vous sur le fait qu’en Italie les politiques pour la conservation de l’héritage historique sont certainement à améliorer mais je ne suis pas sure qu’il soit juste de la comparer avec l’Allemagne où la « dégradation touristique » n’a jamais été aussi forte que dans des villes come Rome ou Vénice, fréquentées par plusieurs millions de personnes chaque année.

  1. […] Tourisme Germany (Franckfurt et Coburg) […]

  2. […] de la culture qui intégrera la création de musées ». N’oublions pas l’ALLEMAGNE ( pour l’émergence d’une offre actuelle très exemplaire) ou la SUISSE, dont […]

  3. […] Bauhaus ! Les campagnes nationales de  promotion de l’Allemagne : aujourd’hui, nous l’avons déjà relaté dans ce blog, l’Allemagne communique sur son offre de monuments tout en faisant la promotion d’une « […]

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.