À Lille, les fenêtres parlent!

LES FENÊTRES QUI PARLENT ont 20 ANS… ET ALORS ?
Cet événement est tout ce que l’on aime et qui est possible aujourd’hui, malgré la pandémie : des circuits d’art en plein air, de la convivialité, des rencontres avec des artistes et des surprises culturelles! Une grande balade d’art et d’échanges entre voisins, voici la bonne idée de la Métropole de Lille, qui fêtera les 20 ans de la création de l’évènement du 20 mars au 25 avril. Durant 5 semaines et 6 week-ends, les artistes s’emparent de plus de 2000 fenêtres, frontières de l’espace privé et de l’espace public. Les rues, deviennent des espaces à vivre collectivement dans les 28 quartiers de 17 communes de la métropole lilloise*.
– Cet événement est conçu et réalisé depuis 20 ans par et pour les habitants, et il leur ressemble : « Nous aimons recevoir, échanger et nous le faisons aussi via nos fenêtres. ». Et  utiliser sa fenêtre pour dire, montrer, faire savoir est une pratique culturelle des villes du Nord, dit le communiqué de presse.
– Des collectifs d’habitants et d’associations habitants  se sont regroupés en réseau à Lille et dans la métropole (* Villeneuve d’Ascq (Pont-de-Bois) /Roubaix (Épeule) , Villeneuve Lomme (Humanicité) / Capinghem (Humanicité) Faches-Thumesnil, Lambersart (Canon d’or) La Madeleine (Berkem) / Saint-André-lez-Lille…) Et l’’évènement s’est aussi exporté aussi à São Paulo (Brésil) et à Montréal (Canada).
Le principe est simple : chaque quartier s’organise « à sa façon », et garde son autonomie pour les différents choix : thématique, artistes, modes d’accrochage…Le lien est ici!

I- DES BALADES et DES TEMPS FORTS Avec la complicité des habitants, les artistes se prêtent au jeu de la confrontation de leurs œuvres au regard des passants. Les associations, les artistes et les habitants s’invitent à partager des moments insolites à l’occasion de nombreux temps forts avec des manifestations sonores, de spectacles vivants et des créations in situ qui rythmeront l’événement.
– POUR L’ANNIVERSAIRE, l’idée était de se renouveler. L’édition de base des Fenêtres a été « augmentée » avec de nouvelles interventions artistiques  entre ses territoires habituels. Des binômes d’artistes et groupes pluridisciplinaires des arts visuels et plastiques s’expriment sur 16 espaces de la métropole situés à l’interface de quartiers ou villes; sur ces  « lisières de territoires »,  les co-créations artistiques réalisées invitent les l’habitants à dépasser les frontières de leur propre quartier !(Ma photo : affiche ancienne de Lille 3000, en 2015).
II- LE PROGRAMME DE LA 20 ÈME ÉDITION Organiser votre balade est simple, avec une cartographie en ligne – Accessible par Qr code ci-dessous) des œuvres installées et un programme des temps forts, http://www.lille.fr/Evenements/Les-Fenetres-qui-parlent3
https://www.fqp20ans.com/programme et . Voir les œuvres  et la Cartographie, c’est   ICI, ou sur ce lien direct en format pdf .

Video de 5 minutes

Vidéo : Collages et peintures réalisés par le Carré des artistes de Lille-Sud à l’occasion des Fenêtres qui parlent 2021 dans le quartier des 400 Maisons. Artistes: Olivier Ardéco, Axel van der Waal et Madeline Wood Réalisation vidéo: Axel van der Waal Musique: Lobo Loco. Voici le  lien de la vidéo, au cas où : https://www.youtube.com/watch?v=86f7uylqTxc

III- QUI ORGANISE ? Le Réso ! Ce sont 37 associations et collectifs d’habitants membres du Réso Asso Metro, né en 1999, qui ont organisé les 20 ans, profitant du travail des 60 autres membres du réseaux des Fenêtres qui parlent (Voir tous les participants et actions de ce beau réseau ci-dessous sur les liens). Et profitant de leur expérience (expositions d’art contemporain, valorisation du patrimoine, manifestations festives, repas de quartier, aide à la création de jardins communautaires…).
Un réseau pour fédérer les artistes de toute la métropole, le bien-nommé  Réso Asso Métro a organisé cette montée en puissance entre les quartiers en « apportant une plus-value collective et inter-territoires, comme des « cadeaux » l’on s’offre entre amis ou voisins lors d’anniversaires ou d’occasions spéciales. »Ce sont 50 rendez-vous qui ont été organisés entre le 20 mars et le  25 avril 2021 , avec la  cartographie très claire qui permet de créer son propre parcours (Qrcode).

Les partenaires de la Métropole Européenne de Lille,  au titre du rayonnement culturel et du service de communication : la Région Hauts-de-France au titre de la culture ;la Ville de Lille au titre des arts visuels; le Département et de nombreuses communes (- www.lesfenetresquiparlent.org – www.fqp20ans.com)

Contact Communication Réso Asso Métro : Benjamin Gourdin 06 10 31 10 77)

 

 

 

CONCLUSION : RENOUVELER LES FÊTES LOCALES ! Sans doute êtes-vous un peu lassés des fêtes traditionnelles, comme ces fêtes calendaires (Noël, Pâques…) qui ont vraiment du mal à se réinventer. Même stagnation pour les Carnavals, sauf quelques –uns, dans le nord, qui résistent à la marchandisation (places payantes pour les habitants…) et parfois véritables foires commerciales déguisés en fêtes ? En tous cas les fêtes traditionnelles sont trop souvent devenues banales  et non le lieu d’un plaisir de se rencontrer entre habitants anciens et nouveaux, voire  même de se défouler dans ce plaisir d’être ensemble, qui était évidemment gratuit.

POUR EN SAVOIR PLUS /
1- Sur la manifestation les Fenêtres qui parlent :
Lille, tous les événements et les Fenêtres qui parlent, ici : fenêtres qui parlent Lille http://www.lesfenetresquiparlent.org/ ;
https://www.lille.fr/Evenements/Les-Fenetres-qui-parlent3
Le site dédié, où l’on peut voir les œuvres et les artistes tranquillement : https://www.fqp20ans.com/ sur les 20 ans http://www.lesfenetresquiparlent.org/
2- Quelques liens utiles sur l’art dans la ville, pour Lille
Nos billets du blog : Lille 3000, Lille est fantastique ! En 2012 : https://www.nouveautourismeculturel.com/blog/2012/10/11/lille-est-fantastique/
Lille 3000 : Renaissance , en 2016 https://www.nouveautourismeculturel.com/blog/2016/06/16/qu-tourisme-culturel/5-lille-3000-renaissance-_affiche/
Ola Cuba, de Lille 3000 (notre photo) : www.olacuba-lille3000.com et http://www.lille3000.eu/ola-cuba/fr/home
2019 : Lille à vélo : un parcours Street art, et Architecture : https://www.geektouristique.fr/visiter-lille-a-velo-en-suivant-le-parcours-street-art-et-architecture-notre-avis/
3- Communes et quartiers de la Métropoles recevant l’événement .* Faches Thumesnil, Halluin, Hellemmes, La Madeleine (Berkem), Lambersart (Canon d’Or), Lille (Bois-Blancs (Village et Jetée), Centre, Faubourg de Béthune, Fives, Moulins, Saint-MauricePellevoisin, Sud, Vauban-Esquermes, VieuxLille, Wazemmes), Lomme-Capinghem (Humanicité), Loos (Oliveaux), Marcqen-Baroeul (Pont), Marquette-Lez-Lille (L’Abbaye), Ronchin (Petit Ronchin), Roubaix (Epeule), Saint-André-lez-Lille, Tourcoing (Flocon), Villeneuve d’Ascq (Annappes, Pont-de-Bois-Hôtel de Ville, Résidence, Triolo), Wambrechies
4- Origine de l’événement : elle est assez lointaine, car c’est en 1995 que le journaliste et animateur de Rencontres Luc Hossepied invita, pour la première fois dans la Métropole lilloise, les artistes à exposer dans une fenêtre, la sienne à Roubaix, lors d’un événement qu’il avait appelé « La plus petite Galerie du monde ». En 1998, il proposa de le développer dans un quartier, celui de Berkem à La Madeleine, pour “Façad’Art”. Quand le Réso Asso Métro, créé en 1999 à l’initiative de Béatrice Auxent et Michel Brulin, chercha une action culturelle qui ait du sens, Façad’Art se développa t dans 5 quartiers en 2002. (Extrait du Communiqué de Presse).

—————————————

KEN LE TOURISTE PARFAIT avait retrouvé Barbie Chérie très joyeuse! Elle avait téléphoné au Général qui s’occupait de Notre–Dame (En France, c’était comme ça…) et il lui avait donné un rendez-vous pour une visite privée…Elle prépara son petit sac, appela le pilote de leur Jet Privé et avertit Ken, qui l’accompagnerait aussi à Lille, pour en voir les fenêtres qui, parait-il, parlaient (En France, c’est comme ça, aussi !).

 

Venise au calme!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et voici l’une des meilleures nouvelles depuis longtemps : Venise, l’une des plus belles villes du monde, n’a plus de touristes! Les 25 à 30 millions de visiteurs étrangers qui visitaient la ville chaque année ont disparu….et cela pourrait durer longtemps! Venise est au calme, sans ce flux de croisiéristes débarqués en continu par les paquebots géants de croisières maritimes. Ces visiteurs pressés qui se précipitaient sur les petits marchands et sur la Place Saint-Marc car ils n’avaient que quelques heures pour visiter la ville et en rapporter des souvenirs.
– Venise sans touristes, cela a commencé il y a un an,  alors que toute la ville était  surtout organisée   pour répondre au tourisme de masse (Logements type Airbnb, commerces, restauration, visites guidées…).C’est simple : face à ces 30 millions de touristes, les habitants avaient fui et il n’en reste, aujourd’hui,  que 50 000 environ.
Le gouvernement italien a décidé de  remédier à  cette catastrophe d’un tourisme de masse   en interdisant l’accostage des porte-conteneurs et des navires de croisière près du centre-ville de Venise, et cela « jusqu’à ce qu’une solution permanente soit mise en œuvre », à la grande satisfaction du ministre de la Culture, Dario Franceschini. Enrico Giovannini, le ministre des infrastructures durables de la ville, a lui aussi approuvé, et déclaré qu’il lancerait un concours pour recueillir des idées pour une solution permanente au problème, en tenant compte des défis techniques et économiques de la construction de nouveaux ports. Le ministre a convoqué une réunion avec le maire de Venise et le président de la région de Vénétie la semaine prochaine pour discuter des projets futurs. Espérons surtout que le Gouvernement tienne sa  parole….Je vous tiendrai au courant, promis!

I- LES PREMIÈRES CONSÉQUENCES !
Cette fois-ci, la situation a changé, car un an sans touristes, cela n’était jamais arrivé !
1- La ville retrouvée
Cette décision de limiter le tourisme s’est renforcée, auprès des habitants, par la beauté retrouvée de la ville, dont les eaux ne sont plus brun foncé. D’autres pollutions ont disparu (Avions, bateaux de tourisme des canaux, valises à roulettes dans les ruelles…) ainsi, surtout, que toute une série de risques de collisions, de rancœur après des années de protestation et de de déception (une décision similaire d’arrêter le tourisme de masse avait été prise en 2019 , après qu’un navire géant ait failli tuer des passants sur un quai, mais n’a jamais  été appliquée en 2020.). Ces navires, longs de centaines de mètres et aussi hauts que des immeubles à appartements, ne seront plus les bienvenus et le « prétexte » d’autres petites pollutions qui disaient qu’elles n’étaient aps si graves.
2- Interdire le tourisme de masse  !Terminé le déversement brutal et massif d’un flux continu de touristes! Les nouveaux flux, qui prendraient forme dans des endroits différents mais à plusieurs kilomètres de Venise, se disloqueraient avant de rejoindre le centre de la ville, grâce à d’autres activités et destinations de proximité proposées aux visiteurs des croisières plus attractives que la visite de la place et des ruelles alentour (visite en bateaux autour de la ville ; visites des iles autour de Venise, par exemple) qui certes devront être prêtes avant que la reprise n’ai lieu.

3- Les mécanismes du contrôle des flux semblent aujourd’hui possibles :
-Essayer d’identifier la formation, la croissance et le contrôle des flux pour que les décisions opérationnelles de leur régulation soient tenues
Accoster les navires de plus de 40 000 tonnes au port de Marghera, une station d’amarrage industrielle située à environ six kilomètres du centre de Venise..
Mettre en place une réservation obligatoire pour les groupes de touristes.
Mettre ou remettre la taxe pour les excursionnistes (3 euros)
Étaler les arrivées tout au long de l’année.
Limiter les fast-foods et autres services similaires
Travailler à un label pour certifier les produits réellement Vénitiens ou de la région de la Vénétie

II- Les problèmes sociaux et environnementaux liés au tourisme de masse – et particulièrement aux croisiéristes , sont portés par des organismes plus militants, ( en voir deux, ci-dessous) dont le constat est que les croisières ont contribué au changement climatique et à la disparition d’espèces marines , à cause de la combustion d’énormes volumes de carburant et de leur déversement dans l’océan,
Leur constat est que “Les navires de croisière continuent de mettre en péril la santé sociale, culturelle, économique, de santé publique et environnementale des communautés portuaires”
Ces organismes conseillent de :
1- cesser la sous-rémunération des travailleurs les moins payés et le contournement des lois sur le travail, les impôts, l’environnement et le droit pénal.
2- réformer les croisières et leurs process en limitant la taille et la fréquence des navires de croisière ou les interdisant.

III- UNE SOLUTION COLLECTIVE !
A Venise, nous ne sommes pas dans un modèle « Amsterdam », où les habitants se sont pris en main et entendent définir les stratégies du tourisme vénitien (Cf. le billet de mon blog). Rappelons que les habitants sont relativement peu nombreux (50 000) pour une ville organisée pour recevoir 30 millions de touristes.
Cependant, quelques collectifs, relais des populations locales, se sont formés, pour montrer qu’à plusieurs on peut décider de l’avenir de la ville et de son retour au calme, grâce aux habitants mais aussi à tous les amoureux de Venise à l’étranger qui souhaitent une nouvelle vie à la Serenissime, comme ce groupe de
1- We Are Here Venice,  qui a créé plusieurs guides, dont : Comment créer votre propre campagne de sensibilisation contre les navires de croisière.
Ce bref manuel (cliquer sur WAHV, ci-dessus)  a été conçu comme un guide pour d’autres groupes et associations qui luttent contre des problèmes similaires causés par les navires de croisière du monde entier. L ’une des fondatrice, Karla Hart de Juneau Alaska, a acquis une expertise depuis 1984 en travaillant dans l’industrie des croisières .
2 ) GCAN,  Global Cruise Activist Network
est un groupe récent, international qui été lancé en septembre 2020 et présenté dans les médias du monde entier. Il est composé de résidents des ports de croisière, de représentants de la société civile, de professionnels et de défenseurs des droits du travail et des victimes de la criminalité de tous les continents. Son but est de jouer le rôle d’un forum des relations et des alliances se noueront et qui pourra entreprendre des actions collectives.
Le groupe a déjà publié en plusieurs langues ses principes pour une croisière responsable pour partager des informations et entreprendre des actions collectives pour empêcher l’industrie de revenir au «statu quo».
10 BONNES RAISONS POUR REPENSER LE TOURISME DE CROISIÈRE 10 Reasons To Rethink Cruise Tourism (especially during Covid 19) PDF EN ANGLAIS /
Le guide en français sur le site :  https://globalcruiseactivistnetwork.com

♦PHOTOS ET POUR EN SAVOIR PLUS !

  • Photo du haut  : Le bateau de croisière Costa Serena naviguant dans le port de Venise Photo: Marie-Lan Nguyen via Wikimedia Commons
  • Des articles d’Artnet, une revue très bien informée sur ce sujet des croisières à Venise (https://news.artnet.com/art-world/italy-bans-cruise-ships-1956425 et aussi https://news.artnet.com/art-world/cruise-ship-reroute-venice-2019-1619770  Avec d’autres liens sur ce lien )
  • .- L’industrie de la croisière vue par wikipedia (Chiffre, classification, différents types de croisières ; impact environnemental, etc…).
    « Un navire de croisière à l’arrêt pollue autant qu’un million de voitures » [archive], sur Franceinfo, 22 juillet 2015.

  • –  Ce navire est en projet : il  aura  360 m de long, 47 m de large, 65 m de haut au-dessus de la flottaison et pourra transportera 5 600 passagers en plus des 2 000 membres d’équipage, ce qui représente 7 600 personnes à bord. Source de la photo : Dossier technique sur le gigantisme des croisières, à lire ici: http://www.afcan.org/dossiers_techniques/gigantisme.html

Autre article sur Novethic sur le bannissement des croisières décrété cette semaine par le gouvernement italien
——————————————————————-

Ken et la nouvelle architecture : bioentôt des hôtels-containers?

KEN LE TOURISTE PARFAIT   se préparait au pire : Barbie Chérie voudrait faire un tour de gondole! Ils étaient à Venise, les gondoliers étaient nombreux mais voilà, Barbie Chérie préférait que Ken FASSE le gondolier! Evidemment il avait appris avant de partir à Los Angeles, mais là, tout d’un coup, il avait peur du ridicule…

 

 

 

Villeurbanne, Capitale française de la Culture !

« Place aux Jeunes ! » Bien sûr, devenir la première Capitale française de la Culture est bien, mais si je vous propose ce petit billet, c’est aussi parce que le projet de Villeurbanne pour aboutir à ce titre envié est tout à fait exceptionnel. Non seulement ce sera un projet dédié aux jeunes en toute priorité, mais les jeunes 12-25 ans seront les principaux concepteurs du projet et en décideront largement. Voilà une rupture intéressante, qui pourrait aussi servir le tourisme. Ce projet confirme qu’il ne faut plus construire des projets sans associer au plus près les personnes concernées. Cette Capitale ne sera pas une « représentation des adultes de ce dont ont envie les jeunes », mais un projet des jeunes, de ce qu’ils auront exprimé, souhaité, en direct! Villeurbanne, pour ce projet est partenaire de Lyon Métropole (l’Opéra, la Maison de la Danse…) pour ce projet, alors qu’elle fut si longtemps une ville ouvrière (Industrie textile, puis industries mécaniques et chimiques…) sorte de « banlieue » de Lyon qui elle,  était la « ville bourgeoise ». Quand la Culture quitte ses villes et lieux officiels, elle rajeunit ? En tous cas, pour les villes, et près Nantes et Lille 3000, voici une petite nouvelle qui promet!
I- CAPITALE FRANCAISE DE LA CULTURE , késaco ?
Ce nouveau Label du ministère de la culture a pour objectif d’encourager un « projet culturel urbain de qualité ». Le label en bref, concerne :
1 ville moyenne ou un groupement de communes de 20 000 à 200 000 habitants désigné tous les deux ans
1 million d’euros est attribué au projet retenu
Les touristes français et étrangers «” la commune saura se distinguer par son soutien à création, sa valorisation du patrimoine, l’implication des acteurs culturels de son territoire, l’appellation « capitale française de la culture » permettra, selon la ministre de la Culture Roselyne Bachelot, de « créer une destination ».

II- LE JURY pour juger les projets candidats  : Le jury était composé de sept membres, dont t je salue personnellement les compétences : l’économiste Françoise Benhamou, Éléonore de Lacharrière, déléguée générale de Culture & Diversité, et l’artiste Adel Abdessemed.
Les critères d’évaluation des candidatures étaient répartis en 8 catégories :
• innovation artistique et culturelle ;
• transmission artistique et culturelle
• participation des habitants ;
• solidarité territoriale ;
• rayonnement et coopération internationale ;
• inscription dans la durée ;
• capacité de mise en œuvre ;
• accessibilité à l’égard des personnes en situation de handicap.
Pour en savoir plus : https://capitale-culture.fr/documents-utiles

Les Invités de Villeurbanne, édition 2017

II- LE PROJET DE VILLEURBANNE
– Les Jeunes seront donc au centre du projet, comme acteurs et décideurs. Ils seront aussi recrutés comme techniciens, scénographes et gèreront l’accueil des publics : les Jeunes, à tous les étages , selon Bernard Gevaux, directeur de la Culture (Journal 20mn). Toute une organisation est basée sur ce projet des 12-25 ans, avec une programmation confiée à cette tranche d’âge, qui aura aussi son mot à dire sur les artistes invités, les spectacles choisis, dont un Festival de la Jeunesse pour l’été 2022.

Pour l’instant, sont annoncés :
– 30 festivals ;
– 600 événements
– 4 grosses expositions sont au programme, d’ici avril 2022
– Des lieux dans la ville, comme ces « mini-mix », des petits lieux culturels qui seront développés dans 25 groupes scolaires, pour accueillir des artistes en résidence (Chanteurs, peintres, écrivains, musiciens…)
Mention spéciale pour ce Parlement de la Jeunesse, animé par le Komplex Kapharnaum, pour recueillir les paroles des 12-25 ans, qui aboutiront à un espace d’Agora, avec une question : comment restituer les paroles dans l’espace public ?
https://www.villeurbanne.fr/
« Villeurbanne, riche de son histoire industrielle, cité jeune et en croissance, a choisi la jeunesse pour force et cible de son projet culturel urbain », a relevé le jury, en se félicitant que cette ville de 150 000 habitants « entende renouer avec sa tradition d’éducation populaire et innover dans ses actions d’éducation artistique et culturelle. Villeurbanne a su mobiliser des institutions culturelles et les ressources universitaires présentes sur son territoire” ».
Ma source, LyonMag, à lire ici.

Les gratte-ciel

CONCLUSION Donnons la parole au maire, Cédric Van Styvendael (PS): “Nous accueillons ce titre avec une grande joie et une grande fierté.[…] Nous remercions le jury qui a eu l’audace de choisir un projet construit sur la jeunesse, l’éducation, le patrimoine ordinaire, le faire-ensemble, autant de clés pour les politiques culturelles du XXIe siècle.”

Le maire a aussi salué  l’aboutissement de « vingt ans d’engagement dans la politique culturelle de la jeunesse : “Nous avions fait le choix d’un parti pris “place aux jeunes” qui aurait pu nous être défavorable, ce n’est pas bling-bling, mais le jury nous a fait confiance et a vu le socle très solide et très sincère sur lequel reposait notre candidature », a-t-il ajouté, saluant ce « second souffle » apporté aux « acteurs de la culture qui ont besoin d’une respiration, aujourd’hui. (Source, ici, )

EN SAVOIR PLUS SUR…
1- VILLEURBANNE est une ville française située au nord-est de Lyon , Villeurbanne est la deuxième ville de la métropole lyonnaise et la 20e la plus peuplée de France, avec 151 000 habitants.

Le label “Capitale française de la culture”  était annoncé par le ministère comme  un « projet ambitieux, structurant et innovant »  et fut inspiré du modèle des « Capitales européennes de la culture »; ppur la petite histoire,  ce label fut la transformation d’une  une commande d’un Rapport  par de la ministre de la culture Françoise Nyssen à Bernard Faivre d’Arcier, en 2018, sur  Les capitales françaises de la culture . Cette demande se transforma en un  appel à projet  culturel d’une commune qui mettrait  en valeur la richesse et la diversité de son territoire. Le nouveau Label doit être attribué  tous les deux ans.

– Les institutions culturelles de Villeurbanne  ! Le plus connu est sans doute son « TNP », ancien Théâtre de la Cité, inauguré en 1934, pour des spectacles (music-hall, concerts, opérette et théâtre)Notre photo ci-contre.. Confié à Roger Planchon en 1957, il fut l’un des symboles de la décentralisation « Defferre » en 1972, à l’arrivée de Jean Vilar qui venait de diriger le TNP-Théâtre National Populaire- D’autres institutions sont très remarquables, vivantes, comme La Maison du Livre, de l’image et du son (1988)  ou Le Rize, Centre mémoires & société, ouvert en 2008. L’IAC, Institut d’art contemporain (1982) ; le studio 24; le Transbordeur ou
l’INSA, l’Institut national des sciences appliquées, chef de file du réseau Insa (Lyon, Rennes, Rouen, Strasbourg, Toulouse).

Mention spéciale pour l’urbanisme, bien trop “marqués” aujourd’hui par l’architecture académique mais sui “signe” la ville. Le groupe  d’immeuble Les Gratte-Ciel ( ci -dessus)  fut  imaginé en 1924 par Lazare Goujon, médecin socialiste acquis aux idées hygiénistes, (Hôtel de ville (1928),Palais du travail,Théâtre (1934).Cela nous rappelle les projets du Docteur Guépin, à Nantes, qui fut cependant plus simple.
– 2- QUI FAIT QUOI? Piloté et financé par le ministère de la Culture avec le soutien de la Caisse des Dépôts , le projet sera mis en œuvre par la Réunion des musées nationaux-Grand Palais (RmnGP). Y participent aussi les ministères de l’Europe et Affaires étrangères, de l’Economie, des Finances et de la Relance, de la Cohésion des Territoires et des Relations avec les Collectivités Territoriales, ainsi que l’ensemble des associations représentants les élus des collectivités territoriales. SUR LE SITE https://www.capitale-culture.fr/

  • – 3- Les ARTICLES de la PRESSE :
    ♦Le Journal des Arts : Villeurbanne, première « Capitale française de la culture » en 2022– PAR CHARLES ROUMÉGOU · LEJOURNALDESARTS.FR – LE 30 MARS 2021
    Le Monde: sur la Capitale française et sur l’actualité de Villeurbanne pendant la crise actuelle, bien mobilisée.
    ♦Contact presse pour en savoir plus sur les Capitale françaises :  Ministère de la Culture Délégation à l’information et à la communication Tél : 01 40 15 83 31 Mél : service-presse@culture.gouv.fr www.culture.gouv.fr
    4- QUI A CANDIDATÉ, en France ? Ci-dessous, voici la répartition des candidatures à la première édition du label « Capitale française de la culture » : vingt-neuf collectivités, situées dans treize régions, avaient fait acte de candidature au 31 décembre 2020, jour de clôture des dépôts des candidatures Parmi elles, dit le Journal des arts , «…Brest, Laval, Annecy, Metz ; ou des petites communes – Gujan-Mestras (Nouvelle-Aquitaine), Le Lamentin (Martinique) Saint-Paul de La Réunion, – ou des groupements de communes : Pays d’Apt Luberon, Grand-Sud Caraïbe. Sète, la communauté d’agglomération Grand Angoulême et la communauté de commune du Val Briard. Liste des régions:
    Auvergne – Rhône-Alpes 3 candidatures
    Bretagne 2 candidatures
    Centre-Val de Loire : 2 candidatures
    Grand Est : 3 candidatures
    Guadeloupe : 1 candidature
    Hauts-de-France : 1candidature
    Île-de-France : 3 candidatures
    Martinique :  1 candidature
    Nouvelle-Aquitaine : 3 candidatures
    Occitanie : 2 candidatures
    La Réunion : 1 candidature
    Pays-de-la-Loire : 2 candidatures
    Provence-Alpes-Côte d’Azur :  5 candidatures
  • ——–

Ken et Barbie, à l’expo TEENAGERS ARE ALWAYS RIGHT, Rueil Malmaison, 15 fév.18 avril 2010

KEN LE TOURISTE PARFAIT  était une fois de plus aux anges! En parfait touriste accompli, il préparait toujours un circuit ou deux à proposer à des étrangers de passage, et cette “Villeurbanne” lui plaisait bien, même si Barbie Chérie la trouvait un peu russo-rustique