Vous avez dit “Stories” ?

Comment va l’un de nos musées préféré ? J’aime bien suivre, à travers les années, quelques très bons exemples d’un  tourisme culturel qui innove. Cela permet de voir les évolutions dans la durée, et, aujourd’hui, comment ils renouent le fil avec leurs leurs visiteurs. Aujourd’hui, ce sera “Stories et Playmobil®” à Amsterdam!
Depuis dix ans, nous avons toujours raconté les innovations du  Rijksmuseum d’Amsterdam, ville qui a une étonnante  stratégie touristique pour rapprocher “habitants et touristes”,  et qui demande leur avis aux habitants sur les stratégies touristiques à venir! (Voir notre article  Marie-toi et marche ! ). Ville, aussi, qui dès 2012 avait mis en ligne plus de 400 000 œuvres en HD et en accès libre.

I- LE RIJKSMUSEUM en quelques mots ! Pour les nouveaux lecteurs, le Rijksmuseum, situé à Amsterdam, est un musée national néerlandais , le plus grand du pays consacré consacré aux arts – 8000 objets exposés avec une collection d’un million d’objets et d’œuvres (1200-2000) depuis sa création en 1798 – et des chefs-d’œuvre de Veermer, Rembrandt  et  Frans Hals.
– Ce musée est aussi le plus étonnant d’Europe car dès 2011 il innovait avec un site de création numérique intégré, le génial RijksStudio . Bien avant Paris (2020), il a mis ses 700 000 œuvres en ligne et en haute définition ; vous pouvez emprunter ces images et les utiliser pour toute création privée ou commerciale, comme il vous plaira : les transposez sur votre fond de chambre, un mur de salon ou votre vélo sans aucun problème !Un grand prix annuel (10000 euros) récompensait la création la plus originale.

II- DE 1798 AUX… PLAYMOBILS !
Aujourd’hui, ce musée et son Rijksstudio, proposent des Stories , (cliquez pour y accéder directement).
LES STORIES Depuis quelques années, c’est évidemment le musée virtuel qui s’est agrandi , avec une riche collection d’histoires sur les objets et le musée lui-même. Le but est de découvrir des histoires derrière les chefs-d’œuvre, et les Rijksmuseum Stories  mobilisent les équipes, les visiteurs, les chercheurs et tous ceux qui ont envie de participer. Voilà la grande nouveauté !
UN BEL EXEMPLE, avec LE COLLIER DE L’ ESCLAVE, récit d’ une histoire exemplaire ! En ce moment, le musée propose une exposition réflexion sur le sujet si difficile de l’Esclavage, avec une exposition jusqu’à al fin du mois d’Août. Une story  décrypte l’histoire du Collier d’un esclave, Paulus : “Le collier est entré dans la collection du musée en 1881 en tant que collier de chien. Cependant, il est hélas apparu que le collier était celui d’un esclave noir dans une maison hollandaise”. La chercheuse Annemieke van der Vegt vous raconte toute l’histoire de Paulus, à partir des œuvres. A voir et écouter ICI, et Là.

VOUS VOULEZ PARTICIPER AUX STORIES ? une réflexion sur les histoires de l’exposition Slavery a commencé. Après avoir vu et entendu les histoires, vous pouvez partager vos impressions. Vous pouvez partager une pensée ou une contribution physique. Nous les intégrerons dans les installations. Curieux de savoir comment vous pouvez participer ? Tous les détails sont ici !
– VOUS VOULEZ PROLONGER VOTRE STORY ? 
Evidement le musée renvoie le visiteur expert ou curieux à des catalogues. Pour l’Esclavage, on nous propose : « Voulez-vous en savoir plus sur Paulus ? Avec le catalogue de l’expo !

III- LES PLAYMOBILS SE DECHAÎNENT !
Enfin je ne résiste pas à vous présenter les amis Playmobils ®, adoptés par le Rijksmuseum pour représenter les héros de chaque chef-d’œuvre du musée, sorte de petits doubles sautillants qui accompagnent les visiteurs, miment les toiles et vous promettent une visite heureuse ! Comme la Laitière, qui me plait beaucoup, peinte par Vermeer vers 1660 mais qui caracole depuis deux ans en Playmobil. Peu à peu se sont ajoutés Vincent van Gogh et Rembrandt à la famille Playmobil du musée :
Lien de la vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=V7jyX6hfcdo (au cas où…) Van Gogh & Rembrandt: A Rijksmuseum Story

Nov 20, 2020- Durée : 2.09 minutes

La vidéo a déjà un second épisode sur Twitter, donc voici le lien et dès que j’aurai l’adresse « embed frame  » je la mettrai en ligne ). « Après des mois d’ennui, nos héros sont enfin là…. pour retourner au travail. C’est vrai, nous sommes à nouveau ouverts! (Back to worjk est le titre de cette dernière vidéo, sur Tweeter (Durée de la vidéo Vidéo : 1, 35 mn) Adresse de la vidéo sur tweeter https://twitter.com/i/status/1401162639808548875 et sur LinkedIn :  https://www.linkedin.com/posts/rijksmuseum_back-to-work-activity-6806929338106187776-BPwx/

POUR EN SAVOIR PLUS
1- ANAÏS COUTEAU
En France, nous n’avons pas le Rijksmuseum, mais nous avons Anaïs Couteau !  Son site Internet explore la créativité, l’innovation et le Digital dans les domaines de l’art, du patrimoine et du tourisme culturel !Pour les stories Instagram. Anaïs vous propose pas moins de 101 idées ludiques et interactives ! De quoi vous inspirer ! Son site présente des brèves d’actu, des analyses et des interviews de pro sur tous les sujets qui gravitent autour de la communication, du marketing et de la médiation numérique.

J’ai hâte d’interviewer Anaïs , dès qu’elle aura un peu de temps, pour nous raconter cette aventure et comment elle voit l’avenir
2- LE RIJKSMUSEUM ! un peu d’histoire ? Comme je vous le rappelle en introduction, ce musée national néerlandais est donc le plus le plus grand du pays consacré aux arts – 8000 objets exposés avec une collection d’un million d’objets et d’œuvres (1200-2000) depuis sa création en 1798, dont ceux de Rembrandt , Frans Hals et Johannes Vermeer. Mais il présente aussi l’histoire d’Amsterdam et une petite collection asiatique.  Le musée est situé au sud de la ville, dans le quartier des musées, proche du musée Van Gogh , du musée Stedelijk d’ Amsterdam et de la grande Salle Royale pour les concerts (Concertgebouw) . Il a donc intégré dans son site Internet un  Rikskstudio dès 2010, avec toute l’innovation numérique en ligne, accessible.
3- Martijn Pronk (Rijksmuseum), fut le très grand professionnel responsable du site Internet et des stratégies numériques Les trois premières années le site web, créé en 2012, a attiré environ 15 millions de personnes et 200 000 comptes ont été ouverts pour « jouer avec les oeuvres » du Rijksstudio ; plus d’1,3 million d’images ont été téléchargées soit environ 1.400 par jour en moyenne. Qui dit mieux ? (la Ville de Paris a attendu  jusqu’à 2020, voir notre article, ici , mais n’a pas créé l’équivalent).

4- TOURISME et stratégie touristique : Amsterdam, c’est le tourisme avec l’avis des   habitants, qui se rapprocheront ainsi des touristes. Leur publication (40 pages) : Perspectives 2030 : Destination Les Pays-Bas, une nouvelle vision de la destination qui profite aux habitants !
5- Les PLAYMOBIL® :« Depuis 1974, le concept de jeu PLAYMOBIL® conçu par Hans Beck est devenu un incontournable dans les chambres des enfants avec ses multiples univers – du bateau des pirates à l’hôpital pédiatrique.
Depuis leur création, plus de 3 milliards de personnages au sourire mythique ont été fabriqués. Avec près de 40 thèmes différents et distribués dans près de 100 pays, ces personnages ont conquis le cœur des enfants des cinq continents. La marque représente un concept de jeux offrant un haut niveau de qualité et sécurité aux yeux des parents et des éducateurs. »


Le Bonheur

KEN LE TOURISTE PARFAIT  faisait un peu la grimace, ce matin. Barbie Chérie arriva en trombe, et vit son regard perdu :                                                                                                                                                                                            – Que se passe-t-il, Ken , on dirait que tu viens de recevoir une fessée!”                                                                                                                                          –   Mais non, ne plaisante pas, Barbie,  c’est simplement tous ces Playmobil®, qui inondent ce billet… On voudrait me ringardiser que l’on ne s’y prendrait pas mieux.

Nouvelle offre de culture en France!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’ouverture de nouveaux sites culturels : avec les réouvertures mais aussi de nouveaux lieux ouverts au public, la vie culturelle recommence ! En France, mais aussi à l’étranger, les lieux culturels retrouvent leurs publics, ravis après tant de mois de privation. Avec les cinémas, théâtres, galeries, musées ou monuments, la réouverture s’est aussi accompagnée de nouvelles offres, qui avaient différé leur ouverture. En voici les principales, qui furent parfois l’objet de longs travaux, avec les liens si vous voulez en savoir plus! Je sais que les professionnels du Tourisme sont friands de nouvelles offres, alors voici une première petite liste à compléter au fil des jours à venir.
Ce qu’il faut retenir de ce premier inventaire, c’est la part importante de lieux transformés en centres d’art (Couvent des Sœurs franciscaines à Deauville ou Bourse de Paris) mais aussi l’effort de repenser complètement la muséographie ancienne de l’Histoire de Paris (Musée Carnavalet à Paris ou Muséoparc d’Alesia) ou d’affecter de nouvelles fonctions à tout un ensemble monumental (Le Grand Palais, Paris).
Mais un ton est donné, celui de construire ou reconstruire « durablement » et de ne plus créer des événements trop somptueux, en allant chercher des collections ou des musiciens à l’autre bout du monde, par exemple. Trop d’avions, de pollution, de coûts faramineux. Pas de blockbuster à l’horizon, d’ailleurs, ces grandes expositions capables d’attirer plus d’un million de visiteurs. Et un retour vers les « collections permanentes » des centres d’art comme des musées d’archéologie, avec de nouvelles façons de les montrer ou de les parcourir.
I- TOUT POUR PARIS, toujours et encore ?
Toutes ces offres semblent très réussies et je suis très admirative! Nous allons découvrir ces nouveaux lieux avec un immense plaisir, et les quelques photos ou vidéos promettent le meilleur. On regrettera seulement que Paris capte la majorité des nouvelles offres, avec sept nouveaux remodelages ou créations de musées, et que le déséquilibre Paris/Province continue. On aurait pu penser que la crise permettrait d’inventer de nouvelles politiques (au sens de “choix”) culturelles, au niveau national, eh bien ce n’est pas le cas. La ministre Françoise Nyssen s’était pourtant indignée en 2018, dans son discours à la Villette sur la « Culture près de chez vous » : « Nous dépensons dix fois plus en Ile-de-France que dans le reste du pays, les chiffres sont criants : 139 euros par an pour un francilien ; 15 euros en moyenne pour les autres citoyens». Alors qu’il faudrait rétablir un équilibre, on accroit l’inégalité d’accès, mollement rattrapée par une petite application, très chère et poussive, le Pass Culture.

II- LES J.O à L’HORIZON 2024…
1) L’accueil des Jeux Olympiques est sans aucun doute l’une des causes de cette priorité «nationale» de créer de nouveaux lieux culturels, en aménageant, restaurant ou en reconvertissant d’anciens bâtiments à Paris. Par exemple la restauration, maintes fois différée, de la verrière du Grand Palais, qui sera, pendant quelques années, totalement réaménagé. Pour remplacer ce bâtiment en travaux et continuer à recevoir de grandes manifestations, défilés de mode ou autres événements que les J.0 , un Grand Palais éphémère est donc réalisé , avec Jean-Michel Wilmotte comme architecte (Le premier qui dit « encore !?! » a gagné ! :-)))) et sera inauguré le 9 juin devant devant l’Ecole Militaire, avec vue sur la Tour Eiffel et le  Trocadéro. Sa superficie sera de plus de 10 000 m2 – soit 2 000 m2 de moins que l’original –  et le dossier de presse annonce  son  insonorisation parfaite, une énergie à 100% renouvelable et une conception pour l’itinérance. Il sera donc à la disposition du COJOP, Comité des J.0)   pendant trois ans.
Les J.O sont l’occasion, mais n’oublions pas le vivier que constitue l’ensemble des visiteurs parisiens et franciliens,  le plus important bassin de visiteurs de notre pays (Parisiens+ touristes) qui semble attirer prioritairement tous les investissements culturels.
2) Pourquoi ce choix permanent de Paris? Parce qu’on n’imagine pas, aujourd’hui qu’un site culturel soit en déficit de visiteurs (et donc de financements).  Sans doute l’une des raisons pour laquelle l’exposition de la collection privée de la Fondation Pinault a été installée à Paris. Inaugurée le 22 mai, au centre de Paris, elle prend place dans  dans l’ancienne halle aux blés transformée en Bourse de Paris au XIXé siècle et qui aujourd’hui sera un lieu de visite de l’une des plus grandes collections privées d’art contemporain(10 000 œuvres). François Pinault a commencé cette collection depuis plus de cinquante ans, et a prévu à un programme d’expositions et d’événements pour le public, détaillé sur le site Internet , où vous pouvez aussi réserver votre visite.
III- LA PLUS GRANDE RESTAURATION/RESTRUCTURATION D’UN LIEU CULTUREL en France est aussi située à Paris, cette année, avec l’ouverture nouveau Musée Carnavalet ; les travaux ont duré quatre ans. Ce musée est le plus vieux musée géré par la ville, où s’expose l’histoire de Paris depuis 1880. Ce musée « revisité » ( 3 900 mètres carrés, et découvrir 4 000 œuvres sur les 625 000 que compte la collection du musée) est dédié à un nouveau récit de l’histoire de Paris et il deviendra vite un incontournable, ce que ne pouvait pas être le précédent musée, plutôt réservée à des visiteurs déjà très érudits en « histoire de Paris ».
Ouvert au public le 29 mai, la visite est accessible à 95% aux personnes à mobilité réduite et près de 10% des oeuvres sont exposées à hauteur d’enfant. Pour la première fois, la Renaissance fait son apparition dans le parcours du musée, qui retracera aussi l’histoire de la ville au Moyen Âge et aux XXe et XXIe siècles.

IV- L’HÔTEL DE LA MARINE , propriété du Centre des monuments nationaux, ouvrira au grand public le 12 juin 2021, véritable chef d’œuvre sur la place de la Concorde – et jumeau de l’Hotel Crillon rénové en 2017- ♦Différents travaux de rénovation des différents bâtiments sont terminés. La visite est juste somptueuse, et vous pouvez réserver votre billet d’entrée dès le 3 juin sur la billetterie en ligne, ICI! . Rappelons que les travaux avaient commencé en 2017 , deux ans après le départ de l’État-major de la Marine qui occupait le monument. Et que l’ ensemble architectural vit le jour au XVIIIe siècle (Architecte : Ange-Jacques Gabriel, Premier architecte du Roi) pour abriter jusqu’en 1798 le Garde-Meuble de la Couronne.
Par contre, nombreux sont les sites qui doivent, pour poursuivre leur rénovation, consolider leur financement (Notre –Dame de Paris) ou trouver de nouvelles ressources, alternatives aux recettes des billetteries (Pour le Château de Versailles- lire l’article « Versailles, les chantiers à l’épreuve du COVID », par Lorraine Lebrun, Journal des arts, 28 mai-10 juin).

V- ET LA DÉCENTRALISATION ?
1) UN MINISTÈRE TRÈS Parisien et …très urbain ! Mais les collectivités dépensent plus pour la culture !
Citons à nouveau Françoise Nyssen en mars 2018 : « Le ministère de la Culture reste, malgré tout, ce qu’on pourrait appeler un ministère urbain . Notre cartographie des lieux culturels publics laisse apparaître que dans 86 bassins de vie, il y a moins d’un équipement culturel public pour 10 000 habitants », sans qu’elle n’ait eu le temps de travailler le sujet, et ses successeurs, Franck Riester ou Roselyne Bachelot,  ont visiblement refermé le dossier de la décentralisation culturelle et toujours pas réussi à obtenir que le budget de la culture soit égal à 1% du budget global (Voir ici le budget pour 2020, largement consacré aux établissements de statut national). « La barre symbolique du 1 % n’est pas atteinte dans le projet de loi de finances pour 2020 . Á méthode de calcul constante, le niveau atteint par les crédits budgétaires en faveur de la culture s’élève à 0,97 % du budget de l’État, comme dans la loi de finances pour 2019 ».Les crédits de l’ensemble des ministères dédiés à la culture représentaient  8,1 milliards d’euros  en 2020.

VI- DES COLLECTIVITÉS LOCALES TRÈS CULTURELLES,
Pour les collectivités territoriales(Régions départements, communes et leur groupements),  les dépenses culturelles étaient globalement de 9,3 milliards d’euros (Ce chiffre pour  2014, hélas, mais qui a augmenté). .

Pour les communes, saluons la magnifique réalisation de la Ville de Deauville, qui a reconverti l’ancien couvent des sœurs franciscaines en un lieu mixte très séduisant, ouvert au public le 19 mai dernier. La restructuration et reconversion concernaient un ensemble de bâtiments du XIXème  (6200m²) ; elles sont très abouties et comprennent : un lieu numérique et interactif comprenant des salles d’expositions ; une médiathèque ;un musée ;un auditorium ;un espace multimédia ;une boutique ;un atelier de restauration et des réserves muséales. Le maire, Philippe Augier, a expliqué ses choix « Très longtemps, les stations balnéaires n’avaient pas de politique culturelle municipale, elles ne vivaient que deux ou trois mois par an, et c’était les casinos qui organisaient cette vie culturelle.[..]Dès mon élection comme maire adjoint, j’ai pu donner libre cours à ma conviction que la culture doit être au cœur de la vie collective.” Le couvent est à voir ici! 
Le musée Champollion , nouveau musée du département de l’Isère
Le Département de l’Isère prépare pour juin 2021 l’ouverture du Musée Champollion aux origines de l’égyptologie à Vif, dédié à la naissance de l’égyptologie. Après un ambitieux projet de rénovation architectural, paysager et muséographique permettant de valoriser toutes les composantes du domaine ont été revalorisées et le fonds de la collection, en grande partie inédit, sera donc exposé.
Quelques liens pour les réouvertures !
1- Les musées de la Ville de Paris, c’est ICI ! Avec La maison Poincaré – Maison des Mathématiques, nouveau musée qui ouvrira cet été ; et les rénovations : le musée Carnavalet , la maison Victor Hugo , le musée des Egouts de Paris, etc…
https://www.timeout.fr/paris/art/7-musees-parisiens-qui-vont-rouvrir-en-2021-apres-de-tres-longs-travaux?fbclid=IwAR0quK89xMRKuSLb3chtN0sj-ne
2- La Fondation Pernod-Ricard a changé de lieu et ouvert un nouvel (petit) espace pour y accueillir les expos des jeunes artistes, avec une bibliothèque et un coffe-shop, le Café Mirette ! www.fondation-pernod-ricard.com

3- Le Projet du Grand Palais, (réouverture en 2025) : En 2024, la Nef du Grand Palais accueillera. L’ensemble du monument sera ouvert au public au printemps 2025que comprend sa restauration/rénovation ? https://www.grandpalais.fr/fr/le-projet-de-restauration

4- Le discours de Françoise Nyssen, ministre de la culture, à la Grande Halle de la Villette
29 mars 2018 : https://www.culture.gouv.fr/Presse/Archives-Presse/Archives-Discours-2012-2018/Annee-2018/Discours-de-Francoise-Nyssen-prononce-a-l-occasion-de-la-presentation-du-plan-Culture-pres-de-chez-vous-a-la-Grande-Halle-de-La-Villette-jeud
5- Les expos à voir à Paris! Un site que j’aime bien, « Do It In Paris https://www.doitinparis.com/fr/bourse-commerce-collection-pinault-25732

PHOTO de Monet avec sa palette : la Fondation Claude Monet et les jardins, ouvert depuis le 29 mai !
Suite aux dernières directives gouvernementales l’ouverture au public de la maison et des jardins de Claude Monet – Giverny se fera le 19 mai 2021 le port d’un masque (non fourni) est obligatoire pour la visite. Claude Monet vécut quarante-trois ans, de 1883 à 1926, dans sa maison de Giverny. Passionné de jardinage mais aussi de couleurs, il conçoit à la fois son jardin fleuri et son jardin d’eau comme de véritables œuvres d’art
LA FONDATION CLAUDE MONET, 84 rue Claude Monet 27620 Giverny

———————————–
KEN LE TOURISTE PARFAIT était ravi que la pandémie se termine, il allait enfin faire son tour du monde! Culture, Tourisme étaient encore un peu  à l’arrêt, mais tout allait redémarrer.  Barbie Chérie arriva en trombe, toute habillée de vert, et annonça que pour les vacances, ils feraient un nouveau voyage, hyper local, hyper domestique, mais à l’indice carbone très satisfaisant : une grande semaine avec six déplacements DANS la maison. Premier jour, première virée, demain : « De la Cuisine au Salon ! ». Elle proposait de faire conférencière !

 

 

Tiers-lieux et Tourisme, un séminaire éblouissant !

Cette semaine avait lieu, dans la Brie, à l’est du bassin parisien, un formidable séminaire avec les participants d’une démarche citoyenne qui est portée par un collectif de bonnes volontés locales, Brie’Nov. Les voici en train de profiter d’une guinguette locale, dessinés et peints par Renoir en 1881
Merci à mon amie Florence Bruaux pour avoir si bien diffusé le fantastique programme du séminaire, qui pose les très bonnes questions, comme vous le verrez en fin de ce billet !
♦ Enfin Brie’Nov, qui organisait cette rencontre, est une assemblée d’acteurs de la société civile et de tous ceux qui ont envie d’agir pour améliorer leur quotidien d'” habitants de la Brie ” : des universitaires, entrepreneurs, élus, institutions animent aussi ce Collectif  qui est sur tous les fronts de la vie locale, et leur philosophie est claire :
«Partir des besoins exprimés localement et prendre le pari que l’innovation sociale et numérique est un moyen de développement global pouvant à la fois répondre à des problématiques de développement durable et proposer des pistes concrètes de solutions aux crises économique et sociétale». Et  avec une Fabrique des territoire, la “Fabrique 77“, c’est encore plus simple!

I- POURQUOI CETTE DÉMARCHE EST-ELLE RÉELLEMENT INNOVANTE ? Parce qu’elle est l’émanation des habitants ; elle peut écouter débattre et réconcilier des points de vue très divers, des désirs des locaux , et mixer les offres individuelles et propositions d’actions ou de  de moyens et décider  des agendas.
Ensuite, cette concertation entre habitants est devenue une « Fabrique de Territoire » familière, un lieu de débats ou sont recueillis les désirs des habitants pour modifier leur paysage social, économique et  culturel. S’y développent des bonnes pratiques et l’espoir de pouvoir  faire disparaitre les freins ou menaces sur des projets.
C’est ce qui m’a intéressée aujourd’hui, car si le tourisme s’appuie sur des professionnels compétents (Aménagement de leur territoire ; Accueil ; Ressources d’exemples innovants, dont les modèles économiques alternatifs comme l’ESS, l’économie sociale et solidaire.. ) ces professionnels n’ont pas toujours voix au chapitre de l’aménagement territorial!
♦En conclusion, et à mon avis, de tels collectifs pourraient se former un peu partout en France, car il n’y a pas que les élus qui peuvent réfléchir à l’avenir de leur territoires, avec leurs Services. Profiter des compétences de tous les autres citoyens devrait être, un peu partout, la norme, y compris sur le plan politique : aux dernières élections municipales, l’exemple du Printemps de Marseille, Collectif, « au plus près des habitants »  a su, bien mieux que chacun des partis « en solo »ne l’aurait fait, représenter la diversité des souhaits de changements des marseillais.
Brie’Nov : Le lien de la fabrique des territoires, c’est  ICI .

II- L’ÉQUIPE ! Une démarche citoyenne : Brie’Nov (Présentation) est donc un collectif bénévole composé de  tous ceux qui ont envie d’agir pour améliorer leur quotidien et celui des habitants. La plupart des membres fondateurs de Brie’Nov ont eu l’occasion de participer à des projets européens et on emmagasiné tout l’intérêt de ces collaborations multiculturelles et souvent joyeuses. Voir  l’équipe, avec les portraits et et compétences de chacun, ! (Ma photo à gauche: Florence Bruaux)
Ce réseau, né en 2012, a participé progressivement à un fabuleux réseau en perpétuelle expansion, qui a reçu de nombreuses récompenses pour sa façon de penser et d’aménager le territoire (« Design Ambassador ») collectivement.

♦ Ce qui anime les acteurs du réseau , en plus de ce «Partir des besoins exprimés localement et  de l’innovation” , c’est aussi de rapprocher tourisme et habitants et  mettre en œuvre de nouveaux modèles, plus souples mais sans ravager l’environnement. Par exemple en pariant sur les nouvelles formes, plus éco-compatibles,  du  Slow Tourism, de la workation et de la mobilité durable, dit Florence Bruaux.

 

III- TIERS LIEUX TOURISME ET LOISIRS :  un SÉMINAIRE et TOUT UN PROGRAMME !
Objectif : Réfléchir ensemble :
au tourisme de demain en ciblant les nouvelles attentes des touristes ;
• aux actions et aux initiatives des habitants au sein des tiers-lieux;
• aux interactions entre les acteurs du territoire et les tiers-lieux.
Evidemment, le Séminaire fut vite au complet, surtout avec les jauges actuelles, mais Florence Bruaux , nous tiendra au courant et je vous mets des liens de “contacts”.

Les réponses  apportées par les participants du séminaire  seront ensuite traduites en actions sur le terrain.

UN PROGRAMME EXTRAORDINAIRE !       Je pense que si toutes les intercommunalités, régions, départements et mêmes communes et Intercos organisaient un séminaire en reprenant les mêmes questions que celles du séminaire, nous aurions une grande diversité et de grandes possibilité de réactualiser notre tourisme en France et en Europe ! Cette diversité est introuvable dans les « stratégies nationales » qui manquent de connaissances sur l’innovation locale, ou ne peuvent prendre en   en compte les demandes des habitants, ou ne pourront s’adapter à quelques territoires affaiblis,  qui ont moins de ressources  que d’autres !

PROGRAMME
MARDI 18 MAI 9H – 12H : 2 tables rondes complémentaires
• 1. Les attentes des habitants vis-à-vis des tiers-lieux ;
• 2. Les habitants ambassadeurs et acteurs de leur territoire au sein des tiers-lieux.
JEUDI 20 MAI 14H00 En présence de : Daniel Nalis Maire de Guérard Bernard Carouge Maire de Crécy-la-Chapelle Eric Gobard Vice-président en charge du tourisme de la Communauté d’agglomération Coulommiers Pays de Brie : Présentation de la Fabrique de Territoire 77 par son Président Didier Galet Mot de bienvenue des élus suivi de la présentation touristique du territoire par Samuel Coquin, Directeur de l’Office du Tourisme Coulommiers Pays de Brie Présentation du tiers-lieu Ô Bout du Monde par Jean-François Bricout.

• 1. Quelles interactions entre les acteurs touristiques et producteurs locaux ?
• 2. Quelles interactions entre les acteurs touristiques et culturels ?
• 3. Les nouvelles attentes des touristes Synthèse des ateliers

CONCLUSIONTiers lieux, tourisme et loisirs, pour résumer  est donc une réflexion collaborative, en Seine et Marne, à l’initiative de la Fabrique de Territoire. Elle rassemble des professionnels du tourisme, des animateurs de tiers lieux et des habitants intéressés par la valorisation de leur territoire.
•  Cette réflexion n’aurait pu avoir lieu si la pandémie n’était passée par là. Elle rebat toutes les cartes de notre vie d’avant, notre rapport à la mobilité, au travail, à l’art de vivre, aux vacances… et donc à nos consommations du tourisme et des loisirs.
Il nous semblait pertinent d’y réfléchir ensemble, dit  Florence Bruaux, qui, avec son expertise et par conviction, a proposé  d’interroger de nouveaux concepts comme le slow tourisme, la workation, la mobilité durable, proximité…A “faire ensemble“! Bonne chance à Brie’Nov, et longue vie!

  • Les tiers –lieux, comme leurs ancêtres « les friches industrielles », expriment  les désirs et les pratiques des habitants. Les « locaux » y proposent des lieux d’accueil et d’échanges et savent, en principe, utiliser les compétences locales. La Culture y est très présente, la plupart du temps et sous toutes ses formes (Musique, théâtre, cinéma, vidéo, photos.. », des résidences d’artistes et activités culturelles à pratiquer.
  • Et enfin, ce que je trouve intéressant, c’est un croisement des publics, avec beaucoup d’habitants qui viennent y chercher d’autres ressources (librairies ou magasin de légumes bio ; cours de yoga ou garderie pour les plus petits…) . Ce croisement est plus rare dans les autres lieux de la culture (Musées, théâtres, bibliothèques ou cinémas…) qui  décident souvent dans l’entre-soi, et ont des visiteurs et amateurs dont les profils évoluent peu  car l’offre leur correspond.

    Où est la Brie? Pour mes amis du Canada! :-)))

    POUR EN SAVOIR PLUS
    Voici donc notre troisième voyage au pays des tiers-lieux, dans la Brie, et leur définition officielle sur le site de la Coopérative des Tiers-Lieux. après un billet où je les définissais () présentais des tiers- lieux à la campagne, le 14 janvier dernier, et le Petit précis des Tiers-lieux de la MONA en Aquitaine, qui aidé (Comment créer un Tiers-lieu à la campagne ?)) puis des exemples de Tiers-lieux et Tourisme, (21 janvier dernier )

  • CONTACTS :  COORDONNÉES : Mairie de Doue, 1 Bis Rue Champenois77510 Doue-BUREAU : 10 rue du général d’Harville 77510 Doue
  • CONTACTS POUR RECEVOIR LES NOUVELLES : Florence BRUAUX, Présidente de FB Synergies, membre de la Fabrique de Territoire: 06 86 70 71 55 Jean-François BRICOUT, Gérant du tiers-lieu Ô bout du Monde: 06 70 62 01 18
    • Marianne GAUTIER, Etudiante à l’IREST, stagiaire pour la Fabrique de Territoire : 07 81 53 32 82
  • Mes Illustrations  : Ambiance guinguette  de la belle toile du  “Déjeuner de Canotiers” d’ Auguste Renoir-1881actuellement à la Phillips Collections de Washington – Hauteur: 130 cm Largeur: 173 cm et                         – CARTE DE LA BRIE en France : image Domaine Public de l’ imagerie radar de la navette de la NASA;Source: (carte) Observatoire de la Terre de la NASA (modifié);Image originale sur Wikipedia: Image: France_radar_2.jpg par Sting.

—————————————————————-

KEN LE TOURISTE PARFAIT cherchait la Brie, sur une carte de  la Californie! Barbie Chérie lui avait dit «Terre d’Innovation », alors, il n’avait même pas pensé à la France, un petit peu restée à l’époque de Versailles, selon lui.  BarBrie(!) était avec son amie Florence Bruaux qui était morte de rire « Mais Ken, nous vous attendons quand vous voulez, à Doue! », dit Florence  en reposant son cocktail. Ils plongèrent tous les trois dans la piscine, car l’été était déjà là…