Culture et relations internationales

Ken fait son chic en Arts Premiers (légende en fin de billet).

Aujourd’hui je vous propose deux focus récents sur les réussites de l’action culturelle à l’étranger, le premier vu par une enquête internationale, le second vu par la Culture en France ; et d’autres nouvelles, avec ce nouveau sondage créé pour connaître les établissements culturels européens « en crise » et les premiers résultats des tournages de films en 2011. En forme de conclusion, je vous propose un très joli programme de formation en Suisse à l’automne prochain, et des vidéos sur les métiers d’art en cadeau-bonus!

I – WORLD CITIES CULTURE REPORT 2012 : NEW YORK ET LONDRES CHAMPIONNES DU MONDE…Le Rapport, mis en ligne ces jours-ci,  fait une analyse comparative de l’offre culturelle des grandes villes du monde.  Les Villes concernées sont New York, London, Berlin, Tokyo, Paris, Sao Paulo, Shanghai, Mumbai, Johannesburg, Singapore, Istanbul et Sydney. Il est réaffirmé que la Culture « se situe au cœur des politiques publiques et contribue de façon importante à l’action commerciale financière des villes. Le Rapport a été lancé au Sommet de Londres, en même temps que les Jeux Olympiques, ce qui n’était pas un hasard. Car le Grand Londres a organisé pendant toute la période des J.O  2012  son plus important Festival culturel , historiquement.

1- Les critères de l’étude, ou pourquoi Paris n’a pas gagné! Les 60 indicateurs de l’étude  comportent des thématiques classiques (Patrimoine et musées , bibliothèques et lecture, Spectacle vivant, film et jeux numériques…) Paris devrait, par sa grande supériorité du nombre d’équipements, largement gagner.  arriver  largement en tête,  (nombre de lieux et de spectateurs ; nombre de librairies, de bibliothèques, de salles et écrans de cinémas…)…) l’étude ajoute deux groupes de  critères  qui sont discriminatoires pour Paris. Le premier est constitué d’indicateurs de l’environnement culturel  et de  convivialité de la ville (Bar, restaurants, vie nocturne…) ;  le second  comprend l’effort de la ville pour les Formations aux  métiers culturels et l’effort de production culturelle » ; le Design, la mode, les jeux vidéos , par exemple, toutes industries culturelles très présentes à Londres, mais qui le sont moins à Paris. Enfin l’attractivité des évènements, festivals et leur fréquentation sont passées au crible, ainsi que le nombre, dans chaque ville, d’étudiants étrangers, de résidents nés à l’étranger et des visiteurs touristiques étrangers.  De ce fait Londres arrive en tête,  avec seulement 173 musées, alors que Paris en compte 1046.  (Berlin en a 158 et New Yorken compte 137). Pour les Arts du spectacle (Performing Arts) : New York est en tête, avec 43,000représentations  et 28,1 million de spectateurs de Théâtre par an, (Pour Londres : 32,500 représentations et 14.2 millions de spectateurs).

2- Les orientations pour l’avenir : le Rapport annonce cependant vouloir approfondir 4 directions, dont les résultats leur manquent pour avancer, dit-on dans l’introduction  et que, il est vrai, nous percevons aussi comme majeures :a) La Culture informelle , celle qui existe entre les lieux, ou « en plus » des lieux et des équipements :  le partage, le dialogue.Il faut la connaître et mesurer son apport potentiel à l’ensemble « patrimoine, spectacle, etc..)- b) Les nouvelles voies et comportements, nouvelles façon de fréquenter la culture, incluant les pratiques numériques. Les raisons pour lesquelles les gens participent (ou non ) à laculture – c) Le rôle des artistes et des créatifs dans la fabrique de la veille (Rôle social et rôle économique)- d) Les différentes approches pour l’évaluation de la « valeur » de la culture
3- Une conférence permanente sur le sujet Après les Jeux Olympiques, Les Olympiades de la Culture continuent ?   Le travail du Rapport aussi, avec une forme de conférence permanente des pays et villes concernées sur le sujet. Sur notre photo ci-dessus, les participants de la conférence de Shanghai, qui s’est tenue du 19 au 21 avril derniers

4- Téléchargez le Rapport ici.
II- RAPPORT SUR L’ACTION CULTURELLE EXTERIEURE DE LA FRANCE (Ministère de la Culture)

– 1-  L’attractivité de la Culture à l’étranger est réaffirmée : avec les Services culturels des ambassades et 400 Alliances françaises dans le monde, la présence française a de nombreux supports pour son action. ».Rappelons que c’est le ministère des Affaires Etrangères qui pilote les orientations de la politique culturelle extérieure. L’exception culturelle française contribue, selon le Rapport, à une « une forme de lutte contre  la consommation de masse des produits de la culture, le primat de nos expressions culturelles occidentales, le respect du droit d’auteur ou encore le caractère non marchand et non « compétitif » des biens matériels et immatériels culturels».
– 2- Les difficultés de l’action culturelle extérieure de la France sont de plusieurs ordres, nous dit le rapport dans son introduction, tout comme les marges de manœuvre et les réformes possibles. « L’action culturelle extérieure doit d’abord faire face à la mondialisation et à l’émergence de nouvelles puissances culturelles, qui remettent en question l’exception culturelle à la française. En outre, le manque de poids de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), chère à la France, s’avère problématique ».

– 3- Pas de réforme satisfaisante ces dernières années : « Il est notable que la réforme des structures de la coopération culturelle internationale n’a pas permis une rénovation de l’action culturelle extérieure. En effet, la création de la Direction générale de la mondialisation et des partenariats (DGM),ainsi que la transformation de l’association Culturesfrance en Institut français le 1er janvier 2011, apparaissent comme des tournants partiellement manqués, d’où se dégage une absence totale de cohérence politique et de cadre conceptuel

– 4- Pas de gestion des ressources humaines, considérées comme le talon d’Achille de l’action culturelle à l’étranger : « Il est à craindre que ne subsiste aussi l’impression que les titulaires du ministère affectés dans le réseau s’y intéressent plus à leur carrière qu’à un métier, la coopération culturelle, qui n’est pas fondamentalement le leur. Quant à ceux dont c’est le métier, ils ne doivent leur salut qu’à une forme de vassalisation, dans l’espoir souvent illusoire de construire une carrière, ou de ne pas réintégrer les rangs del ’Education nationale ou de l’enseignement supérieur, dont ils sont souvent issus, avec un avancement mis entre parenthèses pendant leur expatriation. »(Page 8).

– 5 –Pas de rééquilibrage vers les pays émergents :  le budget de coopération dans certains pays de présence française traditionnelle est encore cinq fois supérieur à celui des grands émergents, Chine exceptée (exemples : 19 millions d’euros pour le Sénégal contre quatre en Afrique du Sud, selon les chiffres de 2009).

Les conclusions du Rapport (Ministère de la Culture et de la Communication, Inspection générale des affaires culturelles, mai 2012, N°2012 08 ) sont cependant très faibles, à notre avis, et très datées « années 2000 ». Elles minimisent les actions des autres pays, leur puissance (CF.les excellentes analyses de Frédéric Martel sur ce sujet), leur organisation sans faille, fondue dans l’économie, ainsi que les nouveaux Groupes des pays de l’Asie qui ne connaissent ni nos pesanteurs, ni notre « exception » culturelle. Le dialogue hors « Institutions », via le numérique et le web ne sont pas envisagés structurellement, là est le plus grave défaut du Rapport.  Au fond, la conclusion est très classique, un « marronnier », pourrait-on dire : « Il faut que le ministère de la Culture s’occupe de tout cela, et tout ira bien mieux ! ». Il faut dire que le Rapport a été rédigé par  des inspecteurs du ministère de la culture, lequel toujours très mal supporté que le ministère des affaires étrangères soit aux manettes à l’étranger ; ils ont toujours voulu récupérer le secteur culturel des Affaires Etrangères. Mais ce rapprochement ne va pas de soi, à notre avis. Sauf s’il était notoire que le ministère de la culture se porte bien, soit plein de vitalité, d’idées nouvelles, d’agents hyper bien formés, rompus aux supports innovants et structurants (le numérique, le web…),  mais est-ce le cas? On peut en douter.

Téléchargez le Rapport mis en ligne et commenté par la Fondation Jean-Jaures 19 Juillet 2012;
III – UNE INCROYABLE ENQUETE SUR LA CULTURE EN CRISE : Le Monde et The Guardian invitent les sites et évènements culturels à faire part des  difficultés budgétaires qu’ils connaissent en ces temps de crise.
Voici la liste des renseignements demandés en ligne aux institutions qui souhaiteraient répondre au Monde et au Guardian : « Quel est le nom de l’institution ? Pouvez-vous nous fournir un lien vers son site Internet ? De quel type d’institution s’agit-il ? Théâtre Musée/Orchestre Opéra Université Bourse d’études De quelle manière a-t-elle été touchée ? (Suppressions de postes Réduction de budget Fermeture Baisse de fréquentation? Faillite ?) Aidez-nous à collecter les informations sur les coupes touchant les institutions culturelles en raison de la crise. Signalez-nous les institutions souffrant de problèmes économiques près de chez vous ». Voir l’enquête ici.
IV- IMPACT ECONOMIQUE DES TOURNAGES DE FICTION EN ALSACE entre 2007 et 2011/ « Évolutions, analyses et préconisations ». Le département Cinéma & Audiovisuel de l’Agence culturelle d’Alsace  fait le bilan de l’impact des tournages de fiction en Alsace sur les cinq dernières années (2007-2011). L’approche économique (analyses des budgets prévisionnels et des coûts définitifs) présente l’évolution du nombre de jours de tournages en Alsace ; le nombre et type de productions accueillies – long-métrage, unitaire, série, court-métrage) ; les dépenses par production et par poste de dépense… 27 professionnels ont également été questionnés. Ces éléments permettent de comprendre les atouts et fragilités de l’Alsace comme terre de tournages en termes de dispositifs existants, de décors et de filière professionnelle. Télécharger le document sur la page de Culture Alsace.

V- FORMEZ-VOUS! Museums.ch, la plateforme des musées en Suisse, propose avec l’ICOM, International Council of Museums, les meilleures formations en langue française d’Europe. Non seulement les sujets choisis sont les vrais, ceux qui ont besoin de progrès en interne, mais les intervenants sont les meilleurs qui soient, bien au courant de tout ce qui se passe ailleurs dans le monde ! N’hésitez pas à vous inscrire! Enfin, notez que ces formations  pour les pros des « musées » sont tout à fait transposables pour des pros des Monuments, des villes historiques, et pour des responsables « culture » d’institutions du tourisme ou encore pour des élus. Il existe des possibilités de formations « à la demande », conctactez-les responsables de la plate-forme pour vos demandes particulières, ici!

L’Évaluation de projets muséaux : 20 septembre 2012 / également à la demande- Améliorer la qualité des visites guidées : 29 octobre 2012 / également à la demande.

L’accueil du public : le 24 septembre 2012 (niveau 1) / 8 octobre 2012 (niveau 2) / 5 novembre 2012 (niveau 3) / 12 novembre 2012 (niveau 4) / 19 novembre 2012 (niveau 5) / également à la demande
Les adolescents au musée : le 26 novembre 2012 / et autres dates à la demande
Eh oui, hélas, aucune formation en France digne de ce nom n’existe sur ces sujets, les professionnels de la culture leur préférant des formations beaucoup plus « années 80 », avec de la médiation culturelle assez plan-plan, alors que le monde a changé. N’espérez pas non plus que des progrès soient rapides, car d’une part tout le monde est content et se satisfait de ces formations « années 80 », d’autre part les « conservateurs », au sens politique de ce mot, ont repris le dessus depuis 10/15 ans. Malgré tout,  les « 500 » très bons établissement culturels, très bonnes villes, départements ou régions repérés par ce blog sont tout à fait au niveau de la Suisse, alors, soyons confiants !

VI- Pour votre récréation! Des vidéos formidables sur les métiers d’art. A voir sur le Blog de Benoît de Sagazan. Ce Blog sur le patrimoine est l’un des plus sérieux auquel vous pouvez vous abonner! Voir les vidéos d’une restaratrice du patrimoine, d’une fresquiste, d’une ébéniste, d’un sellier et d’un maître Plisseur, ici! Et un petit résumé des destinations préférées des français lorsqu’ils passent leurs vacances à l’étranger : cliquez ici.

Ken devant l'Oasis Skyway Garden Hôtel de Shanghai

KEN LE TOURISTE PARFAIT

Ken lisait le journal de Los Angeles dans la chambre 454 de l’Oasis Skyway Garden Hotel de Shanghai. En bon touriste parfait, il emportait toujours des « nouvelles » de la ville qui précédait un nouveau déplacement, histoire de rester connecté. Là était le défaut des palaces : peu de presse quotidienne internationale, seulement quelques exemplaires et cela n’allait pas s’arranger, avec le web. Lorsque son iPhone vibra. C’était Barbie, son ex, qui lui parlait en …CHINOIS ! Certes un chinois débutant, le mandarin pour les nuls, se dit-il, mais voilà, elle lui avait fait la surprise, avant de venir le rejoindre, d’apprendre la langue locale, et ça, c’était super bien. Comme quoi les blondes….

Photo du haut : Ken pose devant un Pectoral colombien en forme ‘homme-oiseau », 1000-1600 après J.C ( British Museum).

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.