La Chine

Ken à Shanghai

L’OMT, organisation mondiale du tourisme a annoncé le 5 avril dernier que la Chine était devenue en 2012 le premier pays émetteur de touristes (83 millions en 2012 et probablement 95 millions en 2013 et 100 millions en 2020). Et l’évolution est vertigineuse, puisque seulement 10 millions de touristes voyageaient en l’an 2000. Le pays est aussi devenu celui qui dépense le plus au monde avec un total de 102 milliards de dollars (environ 75,5 mds d’euros), un record.

Que peut faire le Tourisme culturel? Comment sensibiliser les Chinois voyageurs au patrimoine et à la diversité culturelle française? Quels sont leurs profils, comportements et désirs? Comment leur faire connaître directement une destination remarquable, un monument, un musée, notre gastronomie ou notre culture la plus actuelle? Comment « voient-ils » notre patrimoine ? Quelles sont leurs références, leurs représentations de la vieille Europe? Comment adapter nos « aides à la visite » et tenir compte de leur propre culture pour les accueillir?L’industrie touristique apporte régulièrement des réponses à ces questions, mais, étrangement, car il s’agit aussi d’un sujet très culturel, les opérateurs de la culture n’ont pas encore abordé le sujet. Les publics « de proximité » les accaparent, il est vrai, mais  pourquoi ne pas préparer  l’accueil des descendants de la plus vielle civilisation du monde (4000 ans d’histoire et premiers écrits en -1523 avt.JC)? Plus agiles que nous, les allemands, les anglais ou les canadiens les invitent déjà depuis longtemps.

I- L’E-TOURISME, VOTRE PORTE D’ENTRÉE EN  CHINE !L’important est sans doute de ne pas perdre de temps et de présenter le plus directement possible, sans intermédiaires, notre offre culturelle. Avec le e-tourisme, le contournement des institutions officielles (CRT, CDT, OT, etc…) n’est en effet plus obligatoire.François Perroy, Ludovic Dublanchet et Claude Bénard mettent régulièrement à votre disposition une analyse et des solutions pour mieux accueillir les visiteurs de la Chine, comme dans cet article d’etourisme.info du 8 avril dernier où Ludovic résumait lintervention de Claude du  25 mars 2013 (Tourisme Numérique, le Forum de Deauville) que nous vous résumons :

1) Les internautes chinois : la Chine compte aujourd’hui 564millions d’internautes (800 millions d’ici 2015) et 420 millions de mobinautes particulièrement actifs. Un milliard de mobiles sont en connexion et 92% des internautes chinois sont actifs dans les réseaux sociaux. On apprend aussi que 30% 46% des chinois font confiance aux entreprises présentes sur les réseaux sociaux (33% pour le Japon, 25% pour la France, 12% pour l’Allemagne). Et puisque  « The Great Firewall of China » bloque la plupart des réseaux étrangers (Google, Facebook, Twitter,Youtube, Flickr,Foursquare,etc …), il vous faudra donc installer vos informations directement en Chine sur les abondants sites et réseaux locaux: Baïdu,  jumeau de   de Google, avec 70% de part de marché. Sina Weibo premier réseau social (500 millions d’utilisateurs enregistrés), qui est un mix de Facebook et Twitter et qui a créé  un site pour le tourisme, Tripshow ; ou Youku , équivalent de notre Youtube ; ou encore Poco, frère de notre Flickr. Le développement régional est très inégal dans le continent :  le Guangdong est en tête pour le nombre de sites Internet, suivi par Pékin, Shanghai puis le Zhejiang avec respectivement 16, 15, 10 et 7,3% mais c’est surtout Le Web2.0 et les microblogs qui ont explosé récemment – 372 millions de blogs étaient recensés en Chine en 2013 !

2) Les sites spécialisés dans le tourisme connaissent une forte hausse (+300% pour le TO en ligne Tuniu), www.tuniu.com,  de même que les applications mobiles dédiées à ce secteur.

3) Jeunesse des internautes chinois : la majorité des utilisateurs ont entre 20 et 40 ans (55,9%). La classe des 20-29 ans représente 30,4% des internautes, celle des 30-39 ans 25,3% .Viennent ensuite les 10-19 ans à hauteur de 24% (-2,7 pts), les 40-49 ans à 12,4% (+1pt) et les seniors à 6,2%. Notons que la part des 60 ans et plus a cru de 1,1%.On comprend mieux pourquoi les réseaux sociaux sont devenus la première source d’information.Même si, pour partir effectivement, les chinois font appel à des agences, surtout pour obtenir des visas, frein compliqué à leur voyage en France (Voir ICI pourquoi) . En savoir plus : voir les  données du CNNIC .

II- BREVE HISTOIRE DU TOURISME CULTUREL : la mise en valeur du patrimoine en Chine a commencé, pour leXXéme siècle , en 1949, avec le premier inventaire du patrimoine architectural chinois. Liang Sicheng et Liu Dunzhen ont forgé les notions de protection/valorisation du patrimoine, puis l’expert  Liang Sicheng rédigea l’inventaire, avec son équipe , pour éviter les destructions du patrimoine par les armées pendant la guerre civile; enfin son disciple Luo Zhewen (né en 1924 et mort l’an dernier ), architecte du patrimoine, dirigea le groupe d’experts du patrimoine au Bureau national des affaires culturelles. Dès 1952,  Luo Zhewen commença la mise en valeur de la grande Muraille, en commençant  par les sites de Balading, Shanhaiguan et Jiayuguan et enfin  l’extrémité Est de la Grande muraille dans la province du Liaoning.

Dans l’ouvrage La naissance du concept de patrimoine en Chine (2005), l’auteur,  Zang Liang explore  la chronologie des approches inspirées des valeurs européennes. Ont ainsi été définies des zones de protection ; la notion de « monument historique »  ou de  patrimoine urbain ainsi que les formations et les métiers pour accompagner ces stratégies. Comme en Europe le patrimoine et la culture ont donc été utilisées par les différents pouvoirs pour célébrer la fierté nationale, révéler une identité et un sentiment de lien commun entre les différentes cultures dite minoritaires. La Chine s’est aussi alignée sur des résultats et des critères internationaux, comme ceux  du classement  au patrimoine mondial de l’UNESCO où elle compte 43 sites que vous pouvez visiter ici.  La Chine est  donc en troisième position mondiale (L’Italie compte 47 sites ; l’Espagne : 44 sites; la France : 38 sites et l’Allemagne: 37sites.).

-Aujourd’hui, cependant, le culte de la mémoire et le respect du patrimoine ancien tel que nous le connaissons en Europe n’existe pas en Chine. Par exemple Passé et Présent y sont davantage imbriqués, car la recherche de la modernité est omniprésente, y compris dans les centre  historiques des villes ou en milieu rural : les Nongjiale (Gîtes ruraux)s’efforcent de présenter l’ « actualité » de leur région, son architecture actuelle  (infrastructures) ou ses événements et productions artistiques actuelles. Des galeries européennes s’installent en Chine, qui invite aussi l’ingénierie culturelle. Les J.O de 2010 ont permis de devenir un nouveau point de départ de cette actualité, il est donc encore bien tôt pour tracer un portrait des évolutions récentes.  Notons cependant que, comme en Europe, le patrimoine naturel ou culturel, matériel ou immatériel est considéré en Chine comme porteur d’une dynamique à même d’améliorer le niveau de vie des populations locales et les conditions socio-économiques régionales.


III- CRÉATION D’ UN NOUVEAU MODÈLE TOURISTIQUE, ou simple transfert des modèles touristiques existants dans le monde? Il est vrai que les bains de mer, les sports d’hiver ou la construction accélérée de musées sont aujourd’hui empruntées aux modèles occidentaux. Et que ces pratiques semblent, selon les études que nous avons consulté, induire les mêmes effets. Aménagement ostentatoire de sites, type Mont St Michel, ou encore petits pavillons dédiés à la prise de photos ; folklorisation des coutumes ancestrales des minorités à usage des touristes …Mais les comparaisons s’arrêtent là, car le contexte est si différent qu’il semble anecdotique de comparer davantage. La puissance économique du pays, son urbanisation ou encore les menaces qui pèseront sur l’économie touristique sont hors du commun. Ce qui se dessine est surtout la création d’un  futur tourisme intérieur qui voit le jour en zappant la case « tourisme de masse » que nous avons connue en Occident. Des musées et des foires d’art contemporain s’implantent chaque jour, avec cette « internationalisation » des modèles culturels actuels. L’offre culturelle devient aussi très rapidement  mainstream et up to date , adaptée pour être reçue par les habitants du monde entier.

1)Puissance économique de la Chine et urbanisation : deuxième puissance économique devant les Etats-Unis, la Chine a gagné 74 millions d’habitants entre 2001 et 2010. Aujourd’hui sa population est de 1,34 milliards d’habitants, dont 60 %seront urbains en 2020 car 400 nouvelles villes seront créées avant 2020. 2) La création d’un tourisme intérieur : depuis les années 90 les experts soulignent, pour la Chine, les améliorations du tourisme réceptif : meilleures infrastructures de transport ( avions, trains, bus, voitures…) ; aménagement des abords des sites touristiques. Cette stratégie continue, avec par exemple un nouvel aéroport en 2018 à Beijing (L’aéroport international actuel qui détient deuxième rang mondial de trafic de voyageurs, avec environ 82 millions de voyageurs en 2012, ne suffit plus). La Chine a construit le plus vaste réseau ferroviaire à grande vitesse du monde pour atteindre 16.000 kilomètres d’ici 2020.Le premier TGV chinois, reliant Pékin à Canton, a été mis en service en avril dernier. C’est le plus long tracé à grande vitesse du monde ( 2.500 kilomètres à plus de 300 km/h et 35 arrêts prévus dans les villes importantes (Quotidien du Tourisme 05 Avril 2013).

2) L’augmentation progressive du niveau de vie et des congés ont été (deux jours de repos par semaine,  des  trois  « semaines d’or » au Nouvel An, les 1er mai et 1er octobre pour la fête nationale ou encore, depuis 2008, l’autorisation de répartir les déplacements intérieurs  pour assister à des fêtes traditionnelles.

3) Quelques statistiques pour ce tourisme intérieur :   lors des congés du 1er octobre 2008, plus de 178 millions de Chinois se seraient déplacés pendant la  « semaine d’or », 22 % de plus qu’en 2007) générant près de 80 milliards de yuans (+ 24 % comparé à 2007) à Pékin ; le parc olympique des J.O 2010 a reçu près de trois millions de visiteurs. La ville de Lijiang, classée au patrimoine mondial en 1997, recevait trois cent mille visiteurs chaque année entre 1997 et 2003, et aujourd’hui plus de trois millions de visiteurs visitent la ville chaque année.

CONCLUSION De nombreux fléaux guettent le pays : poids du passé récent (Le Grand bond en avant…), censures et démocratie à construire et pauvreté ; ou vieillissement accéléré de la population ; déséquilibre hommes/femmes ; risques de conflits intérieurs et extérieurs, guerre de l’eau au sud ; déplacements de populations et énormes pollutions liées aux croissance des villes et nouveaux transports :la liste est effectivement longue et la presse ou la recherche françaises analysent ces freins et menaces du développement régulièrement, en soulignant les causes et la nature de ces menaces. Si nous avons vu la vie en rose dans ce billet, c’est aussi pour insister sur les aspects positifs du futur tourisme culturel chinois, en construction. Car grâce, par exemple, aux compétences de l’Université de Tsinghua, à la culture très contemporaine de Shanghai, à la nouvelle mobilité des habitants pour permettre la naissance du tourisme intérieur, visiter la Chine est malgré tout souhaitable. Et grâce au e-tourisme, les informer pour accueillir ses habitants semble enfin possible, sans intermédiaires, rapidement. Chaque voyage organisé vers l’Europe inclut la France, principale destination de voyages pour 30% des touristes chinois.
IV- Pour en savoir plus : QUE VEUT LA CHINE ? De Mao au capitalisme par François Godement  Odile Jacob, 2012 –  LA CHINE NOUVELLE , Alain Wang Larousse (version réactualisée 2012- « L’ART CHINOIS », Larousse, 2007, et « Puyi, (1906-1967), le dernier empereur », Danielle Elisseeff  Bourrin, 2013.  L’accès de la société chinoise au tourisme : renouvellement de pratiques et de lieux, communication au Colloque Asia Tourisme, Angers, 2008. Le Tourisme Intérieur chinois, Université de Rennes et du Mans . – Cabionet Berger : Analyse du potentiel touristique de la classe moyenne chinoise pour l’Europe et la France » (dépôt légal mai 2012) aux éditions Atout France.  Voir aussi, pour mieux apprécier son offre,  les sites officiels de Maison de la Chineet du Tourisme chinois mercredi 26 décembre 2012 (12h13) Le marché chinois, c’est le moment !Voir aussi les travaux de Jens Thraenhart sur Slideshare.

– ALLEZ EN CHINE POUR Y PRÉSENTER DIRECTEMENT VOTRE OFFRE! au Pata Travel Mart du 15 au 17 septembre 2013 à Chengdu, en Chine, organisé par la PATA, Pacific Asia Travel Association.C’ est le plus important salon professionnel touristique de la zone Asie-Pacifique. Au programme du PATA Travel Mart 2013: 2 journées de rendez-vous professionnels entre acheteurs et exposants touristiques professionnels (16 et 17 septembre), un programme de séminaires, des déjeuners, soirées et visites de la ville sont prévus pour les participants. Organisation : Century City New International Convention & Exhibition Center (CCNICEC).

Shanghai, la ville, la nuit.

 

KEN LE TOURISTE PARFAIT De palaces en Suites d’hôtels et d’avions privés en vols longs courriers, Ken savourait ses listes : Asie, Australie, Europe, Moyen-Orient ce mois-ci…C’est vrai qu’il devenait un professionnel impeccable, capable de générer, pour le tourisme du monde entier, une floppée de retombées économiques au quotidien. La Class ! Pourquoi voulez-vous visiter la Grande Muraille avec votre ex, Barbie Chérie ? lui demanda la jeune sondeuse, Xiao Tang, à sa descente d’avion.Ca y et, pensa-til, ils se mettent aussi au caché, aux sites secrets, très secondaires mais présentés comme incontournables. Il investit sur le champ 11 millions de dollars sur sa case « Pays qui utilisent notre marketing » et invita Xiao à prendre l’apéro….

SIX  DOCUMENTS PRECIEUX!

Sources des photos : Bibliographie issue de la présentation « Le tourisme intérieur chinois copie-t-il les pratiques nde l’Occident), cf. photo ci-dessus.

Principaux segments et  profils des nouveaux chinois : données du CNNIC .

Carte de Chine et réseaux sociaux : intervention de Claude Bénard au Forum de Deauville du 25 mars.

______________________

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


(2 commentaires)

1 ping

    • Claude on 20 avril 2013 at 18 h 49 min

    Les universitaires se penchent sur les réseaux sociaux en Chine.

    Voir une étude faite sur la projection / visibilité de la destination Suisse dans Sina Weibo

    A picturesque online representation of Switzerland: a research conducted on Chinese social network Weibo

    Which is freely available online:
    http://www.webatelier.net/swiss-images

    En autre exemple LIVE, la destination Canada qui fait une grande campagne dans l’Internet chinois

    Campagne en cours pour le Canada (Commission Canadienne du Tourisme) avec un beau pool de partenaires :

    > Sina Weibo (principal réseau social chinois)
    > Jiepang (le Foursquare chinois)
    > TripShow (réseau social et plateforme de promotion des voyages)
    > Papa.me (application mobile de photos vocales et sons de voyages)
    > The Travel Channel (TCTC) (télévision chinoise de voyages)

    http://cn-keepexploring.canada.travel/campaign/index

    Et voir aussi ce que fait la destination Australie, les USA

  1. Merci à Claude pour ces précisions! Et si vous souhaitez le joindre directement voici l’adresse de Claude Bénard, grand spécialiste du e-Tourisme en Chine : claude@dragontrail.com. Pour en savoir plus, voir aussi l’excellent site de Dragon Trail où officie Claude : http://www.dragontrail.com. Bises à tous! Evelyne

  1. […] 1) LA CHINE L’OMT, organisation mondiale du tourisme a annoncé le 5 avril dernier que la Chine était devenue en 2012 le premier pays émetteur de touristes (83 millions en 2012 et probablement 95 millions en 2013 et 100 millions en 2020). Et […]

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.