Après les élections municipales…

Ken Premier MinistreAprès les élections, y aura-t-il une nouvelle donne pour la Culture et le Tourisme? Certainement, car de nouveaux élus vont prendre place  dans les mairies et les intercommunalités et sans doute poser des questions à la Culture et au Tourisme. Nous conseillons aux nouveaux élus de la Culture un excellent outil de réflexion, le très bon et pragmatique questionnaire de la fédération des élus sur la thématique Culture (Voir ci-dessous en V).
I- POUR LE TOURISME, il faudra attendre les résultats des Assises du Tourisme dans quelques semaines, bien que nous redoutions que leur conduite, très officielle et super-institutionnelle, n’aboutisse à un consensus mou qui ne sera pas bien utile à ces nouveaux élus. Que va-t-on recommander aux acteurs du Tourisme? D’ investir et de développer les infrastructures ; de réussir l’Accueil ; de mutualiser les synergies entre les acteurs ; de développer le Numérique ? Merci, penseront les professionnels, mais ces entrées sont des poncifs depuis 10 ans, ce que nous voulons ce sont des décisions qui tiennent compte, si possible de nos réelles et bien concrètes difficultés! Attendre aussi la feuille de route de Laurent Fabius et de Fleur Pellerin qui reprennent le chantier du Tourisme au Gouvernement.
A défaut des résultats des Assises, soulignons qu’il existe cependant de très bons rapports, récents, qui peuvent aider à la décision des nouveaux élus : un état des lieux de l’organisation du Tourisme en France,  avec  les problèmes du secteur et leurs solutions exposés  clairement  pour toutes les filières touristiques, ainsi que  les principales causes  des déséquilibres régionaux. L’ordre des priorités, dans ces rapports,  est d’ailleurs toujours le même pour remédier aux désordres que connait l’industrie touristique.  La modernisation, l’innovation et surtout une nouvelle organisation, avec une clarification/ répartition des compétences,  tiennent les premières places dans ces priorités!  (Voir ces Rapports d’aide à la décision en V).

air-journal_Air-France-pub5II- LA DÉCENTRALISATION ENCORE REPORTÉE…
Quant à la répartition des compétences, clef d’un renouveau et de l’efficacité des deux secteurs, il faudra aussi encore attendre, puisque ni le Tourisme ni la Culture n’ont connu de dévolution de nouvelles compétences de la part de l’Etat depuis ces dernières années.
La clarification (entre les collectivités territoriales) n’est donc pas pour demain !
– Les différents échelons territoriaux vont continuer à s’entremêler joyeusement, avec moult pertes financière et de temps, ainsi qu’un renforcement de la « concurrence » entre les territoires, qui agissent chacun de leur côté pour leur propre promotion. .
– Rappelons aussi qu’un nouvel « échelon », celui des nouvelles « Destinations » a rajouté une couche à ce millefeuille depuis deux ans! Nos concurrents espagnols anglais ou italiens doivent se réjouir de nos cafouillages territoriaux et de cette illisibilité de l’offre qui caractérise nos destinations.
– Une nouvelle « Marque France » est aussi venue se superposer au nombre pléthorique de marques locales – villages et villes ; intercommunalités et pays, départements et régions, inter-régions, etc…)- et entend aussi rafler la mise en centralisant la promotion d’un méga site Internet « Destination France ». Pourtant, le Directeur d’ATOUT France, disait justement il y a deux ans qu’un étranger, aujourd’hui, ne disait plus à ses amis venir en France, mais venir à Paris ou dans le Golfe du Morbihan.

En conclusion, toute véritable décentralisation commence par des dévolutions de nouvelles responsabilités de l’Etat vers les collectivités territoriales, et non pas par un Etat qui dit aux échelons territoriaux « Allez, cessez de vous chamailler les enfants, répartissez-vous les compétences! » sans lui-même faire un effort pour décentraliser de très nombreuses prises de décisions actuellement centralisées et les moyens qui vont avec.
Garde gardant mais quoiIII- …AU PROFIT DES PUISSANTS D’EN HAUT!
Mais voilà, un Etat jacobin, comme l’actuel, qui se conduit comme un Roi et aime jouer les gendarmes, oublie que déléguer les décisions au plus près des actions à conduire, rester agile ou encore repérer les jeunes compétences pour les aider sont les trois secrets de la réussite de notre pays. Comment convaincre l’Etat de s’y mettre? Est-ce même possible? Nous en doutons pour deux raisons :
1- D’une part ce gouvernement est truffé d’énarques, qui, tout simplement, ont été formatés, très jeunes, durant leurs études, à maîtriser parfaitement la centralisation des pouvoirs et la décision à l’échelon central. Une mesure nouvelle vous parait être un progrès en la matière ? Cherchez vite l’élastique qui la relie au pouvoir central, vous le trouverez sans problème ! Nous avons, René Rizzardo et moi-même, vécu trois ans la décentralisation culturelle dans le ministère de la culture : ce fut un vrai cauchemar ! 😉

2- D’autre part, bon nombre de nos habitants, de gauche comme de droite, semblent encore apprécier ce pouvoir central, ces décisions prises « en haut lieu » et les fastes de notre République. Le décorum des passations de pouvoir en témoignent : des dizaines de gardes en costume de l’Elysée, debout et bien droits toute la journée malgré leur lourde épée (Bravo à eux !) ; ces symboles d’un pouvoir central fort nous ont encore étonnée. Pourquoi ces gardes ? pensions –nous, le peuple va-t-il attaquer ? Faut-il se méfier du peuple? Sinon, hors le « Palais, le Président et les ministres « , que et qui  gardent-ils ?
Beaucoup de français, donc, aiment ce « maternage », si l’on peut dire, d’un pouvoir central fort et de ses représentations. Nostalgie de nos grandes périodes historiques, de Louis XIV à Napoléon ou de Gaulle?
3- Un espoir ? Comme les urnes n’ont pas eu dimanche dernier le succès escompté, avec une abstention record, que les gens se sentent malheureux et abandonnés au quotidien par les véritables princes que nous élisons, peut-être peut-on espérer un changement, de nouvelles formes d’une participation réelle aux prises de décisions? Un repérage des vrais déficits ? Un encouragement de nos réels talents?
4- Le véritable espoir, c’est que l’innovation vient aujourd’hui des territoires, et que des villes ou régions culturelles, en France sont réellement excellentes ! Des acteurs jeunes, agiles, qui caracolent hors système se sont emparés des innovations, des politiques étonnantes et efficaces, voilà le véritable espoir au présent, dans lequel nous puisons nos meilleurs exemples pour ce petit blog. Puissent-ils être reconnus et encouragés, voilà notre seul souhait après les élections.
unnamed (1)IV- L’AVENIR DU TOURISME CULTUREL EN FRANCE ?
Et le Tourisme Culturel, dans ce contexte ?
La semaine prochaine, nous verrons ce qui compte, pour l’avenir du Tourisme culturel :
– Poursuivre sa mue, car il y a bien un « nouveau tourisme culturel : avec les usages du numérique, de nouvelles clientèles, inattendues encore il y a dix ans – celles des pays émergents, qui prennent déjà le relais des clientèles matures et vieillissantes de l’Europe- et de nouvelles destinations, qui vont concurrencer la nôtre. Et les acteurs sont bien là, pour développer leurs talents!
– Bien connaître les usages du Numérique, les comportements de ces nouveaux visiteurs et notre concurrence pour le Tourisme Culturel (l’Espagne, la Grande Bretagne, l’ Italie, mais aussi l’offre des Pays du Golfe et bientôt de la Chine ou du Brésil.. )
Nous commencerons par le numérique, avec deux exemples, celui de la MuseumWeek anglaise sur Tweeter en Angleterre, et le projet de Barcelone, désignée icapitale européenne de l’innovation le 10 mars 2014, pour avoir introduit l’utilisation des nouvelles technologies afin de rapprocher la ville de ses citoyens».
Nous présenterons le nouveau projet de l’utilisation des Big Data au service des conduites participatives, qui va s’appliquer à l’une des premières fêtes traditionnelle, la Mercè de Barcelona, en 2015, dans le cadre des politiques de cette ville comme le « Projecte Govern Obert », gouvernement ouvert et largement participatif, qui organise la participation entre quatre groupes : entre la ville et ses administrés, d’une part, et entre ses administrés, d’autre part et enfin entre la Ville et ses habitants ET entre eux et les touristes! La Mercè sera un très bon exemple, avec deux millions de touristes attendus et la grande diversité culturelle de Barcelone.

V- POUR EN SAVOIR PLUS :
1) LA FNCC, FÉDÉRATION DES ÉLUS POUR LA CULTURE, a présenté un très bon document pour les candidats aux élections municipales de 2014 – “Faire vivre la culture : au coeur des politiques des communes” –. Ce document présente clairement les grands enjeux d’une politique culturelle municipale. Pour lire le document, cliquez  ICI!

 – POLITIQUE CULTURELLE ET TERRITOIRES
A. La crise : des choix difficiles
B. Les coopérations entre collectivités.
C. La demande croissante de démocratie participative
D. Développement durable et diversité.
E. Urbanisme, tourisme, et patrimoine.
II – LES NOUVEAUX ACTEURS DE LA CULTURE
A. Culture et numérique.
B. Les pratiques expressives citoyennes.
2) LES trois RAPPORTS SUR LE TOURISME 

1) Rapport d’information N°45 de MM. Luc CARVOUNAS, Louis NÈGRE et Jean-Jacques LASSERRE, (2013-2014) fait au nom de la commission des affaires économiques et de la commission pour le contrôle de l’application des lois, à voir ICI  !
-Extrait des préconisations des Rapporteurs :

Mies Van des Rohe Less is more LE TOURISME, UN ATOUT MAJEUR POUR NOTRE PAYS, INSUFFISAMMENT PRIS EN COMPTE
I. UN SECTEUR DE PREMIER PLAN POUR NOTRE ÉCONOMIE ET NOS TERRITOIRES
1. La France, première destination touristique au monde
2. Une contribution essentielle à la richesse nationale
3. Un secteur fortement pourvoyeur d’emplois non délocalisables
4. Une source d’attractivité substantielle pour l’ensemble de nos territoires
II. UN ESSOUFFLEMENT INDÉNIABLE DE NOTRE MODÈLE TOURISTIQUE
1. Une place de leader mondial du tourisme en trompe l’oeil
2. Des statistiques imprécises et parcellaires en matière d’économie touristique
3. Un budget promotionnel trop « léger » à l’échelle européenne et internationale
4. Un environnement technique et normatif excessivement contraignant pour les acteurs du tourisme
5. Une gouvernance de la politique du tourisme délicate à mettre en place
6. Une offre d’infrastructures de tourisme limitée et vieillissante
7. La montée en puissance des technologies numériques, porteuses d’espoir autant que d’inquiétudes
8. Le développement d’un marché du tourisme parallèle qui s’affranchit de toute règlementation
2-RAPPORT SUR LE TOURISME COMME FILIÈRE D’ AVENIR   -Rapport interministériel (Commerce, Artisanat…) 2013, à lire ICI!

3 RAPPORT AU PREMIER MINISTRE SUR L’ORGANISATION TERRITORIALE, L’OBSERVATION STATISTIQUE ET LES ACCORDS BILATÉRAUX DE LA
FRANCE DANS LE DOMAINE DU TOURISME . Malgré sa date ancienne (2008), ce rapport soulignait les inconvénients du mille feuille et reste donc d’actualité. Jean-Michel COUVE:

II. Une meilleure gouvernance dans les collectivités territoriales : les relations entre les Régions et les Départements
III. Pour une meilleure organisation des actions touristiques au niveau communal
1. La mise en œuvre de la compétence tourisme au sein des communautés des communes et des agglomérations
2. L’introduction dans la fonction publique territoriale de formations et de
qualifications dans les domaines du tourisme, de l’événementiel et de la
promotion..
– A LIRE ICI !

 

Robert Mapplethorpe_Sans TitreKEN LE TOURISTE PARFAIT Ken venait de devenir Premier Ministre de la France ( notre photo,  en haut) un poste parait-il « difficile » et où il n’aurait pas trop de temps pour faire son job de  « Touriste parfait »! A moins, pensa-t-il , de voir les choses autrement, comme à son habitude, et de faire touriste parfait pendant son règne, qui tout au plus, durerait trois années . Il appela son ex, Barbie Chérie, qui avait, pour beaucoup, contribué à sa prise de décision : « Alors, as-tu pris tes dispositions, pour notre  parcours?« . Oui, répondit Barbie qui lui envoya un beau document Google Map : à chaque étape, en France, ils visiteraient les villages et les villes, rencontreraient les habitants,  feraient aussi des petits jobs en bénévoles! La France avait appelé le Touriste Parfait, celui qui voyage et dépense sans compter, et la France n’allait pas être déçue : Bottom up! avait décidé le couple, du bas vers le haut! C’est ainsi qu’il entendait gouverner, de façon ultra collaborative en co-création avec tous les habitants. Bottom up!  c’était son seul programme, à vrai dire….  

 

Et la question du blog : Mais pourquoi Hollande reprend-il toujours les mêmes???

Et la question du blog : Mais pourquoi Hollande reprend-il toujours les mêmes???

¨Photos de Ken : en haut, Ken,  Premier Ministre ( photo volée hier, sur le perron de l’Elysée); en bas : Ken et le jeune curieux de Robert Mapplethorpe Sans titre 1980 , Photographie (détail)- épreuve aux sels d’argent 45,8 X52,9 cm. « Le visage tombe le masque » par Daphné Bétard. (Beaux-Arts Magazine Fév. 2014-pp66-75.). Autres photos : celle  de la nouvelle campagne Air France, qui s’amuse avec notre nostalgie révolutionnaire; photo de campagne pour la Corse, avec Barbie Chérie. « Less is more », de l’artiste Ben (MAMAC de Nice ) qui reprend une citation de Mies Van des Rohe, « Less is more ». Les sosies de la semaine  :  Ken Le Touriste parfait et le Premier ministre sortant.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.