Les nouveaux musées chinois

Screen-shot-2013-12-19-at-2.54.02-PM (1)4000 nouveaux musées en Chine depuis 2008! L’investissement culturel est un excellent baromètre de la vitalité des pays, et aujourd’hui nous observerons, avec curiosité, le basculement du monde vers d’autres continents émergents, comme l’Asie, avec ce boom des musées en Chine. J’imagine déjà vos objections à un tel sujet:  » MAIS les musées chinois  sont presque tous vides! Et ils nous copient ! Leurs architectures spectaculaires sont indécentes car l’œuvre architecturale doit s’effacer devant les contenus des musées! » Ces critiques ne donnent pas envie de découvrir plus avant le sujet des « nouveaux musées en Chine », tant il est admis de n’avoir pour référence de ce qui est bon  que nos propres  modèles de musées occidentaux, bâtis depuis des siècles et jamais concurrencés.Enfin,  jusqu’à aujourd’hui.
– Ces critiques, en tous cas, oublient aussi que nous avons connu, en France, la même frénésie de constructions lors de la révolution industrielle, les mêmes folies « bling-bling » de gouvernants ou de financiers fiers de démontrer leur puissance (N’est-ce pas, Ô, Louis XIV?), la même passion d’ingénieurs/urbanistes/préfets de réaliser des villes vraiment nouvelles (Le Paris d’Haussmann) et des architectures au style plutôt « pompier » ( Les gares, les banques…),  bref, un style « ostentatoire » qui perdure pour les lieux de pouvoir (Bercy ou la « Très Grande » ( comme disait Mitterrand) Bibliothèque Nationale.
Faisons donc, sans  préjugés, un petit détour par la Chine pour voir quelques exemples de leur nouvelle frénésie de musées et d’acquisitions d’œuvres d’art. Car, au fond, ce pays n’était pas « obligé » de passer par la case « musées » et aurait pu choisir d’investir ailleurs, d’une part ; ensuite cette offre muséale très importante – on y construit plus de 300 musées  par an- constitue dès aujourd’hui une véritable « offre touristique »pour les européens curieux. Les agences du tourisme émetteur, toujours à la recherche nouvelles destinations, s’en réjouiront. Les agences réceptrices un peu moins, car la Chine comme d’autres pays émergents est une réelle concurrence pour la visite culturelle, dès aujourd’hui.

01-WHOR (1)I- D’OÙ VIENT LA CROISSANCE DES MUSÉES EN CHINE?
1- L’URBANISATION, moteur de la croissance en Chine et à l’origine de la construction de très nombreux musées, comme dit dans ces informations (Le journal Le Monde)  . L’Etat a prévu des musées dans chaque cœur de ville, et décrire l’urbanisation aide à comprendre la croissance de la construction de musées. 
Les musées en Chine sont en plein essor, avec plus d’un millier d’ouverture au cours de la dernière décennie dans l’ensemble du pays (Cf. ceux d’ Ordos, en Mongolie intérieure, au milieu du désert de Gobi).La surface urbanisée en Chine a quasiment quadruplé depuis le début des années 1980. Il se construit en Chine tous les six mois l’équivalent de la région Ile-de-France et on estime que dans les quinze prochaines années la Chine construira l’équivalent de la surface urbanisée de l’Europe toute entière. La ville chinoise de demain, ce n’est pas une ville, ni une métropole mais un système urbain régionalisé, connecté par des réseaux de transport rapide dont les TGV.

– L’industrialisation et l’urbanisation de la Chine ont débuté sur la façade orientale, dans les anciennes métropoles portuaires, comme Canton , puis gagné toutes les régions. Plus de vingt nouvelles villes d’environ 300 000 habitants chacune sortent de terre chaque année en Chine. Ces chiffres donnent le vertige, comme la vitesse et l’ampleur des travaux pour lesquels on abat souvent des montagnes,  d’autant qu’en 2010 plus de 60 millions d’appartements et de maisons construits n’étaient pas occupés et que quelques spéculateurs impulsent souvent cette construction effrénée, y voyant un bon investissement à long terme.(Cf les projets de la Nouvelle Zone de Lanzhou ou de la ville nouvelle de Baidaoping).

1832086_5_ce13_ill-1832086-60c2-infog-chine2_92eccb4274cffee30670f093c6f4b1e7 (1)

2- Rattraper le ruralisme : le rythme effréné, ces trente dernières années, de la croissance des villes est d’abord un effet de rattrapage, après les utopies rurales du maoïsme. Depuis 2011, plus d’un Chinois sur deux habite en ville. Avec 1,4 milliard d’habitants, 690 millions de Chinois vivent donc dans les villes contre moins de 200 millions en 1980. A ce rythme, ils seront un milliard en 2030. Le journaliste Tom Miller, dans son ouvrage China’s Urban million : The story behind the biggest migration in human history (Ed. Zed Books, London, 2012), souligne les risques : « l’urbanisation forcée peut améliorer de manière spectaculaire la vie de millions de personnes – ou alors augmenter de façon catastrophique les rangs des ‘pauvres urbains’. » La réforme du hukou mais aussi la refonte de la propriété collective des terres sont donc considérées comme des étapes essentielles pour une urbanisation durable. « Ce qui est plus important, c’est de réaliser une transition complète du statut de rural à celui d’urbain en termes de structure industrielle, d’emploi, de mode de vie et de sécurité sociale« , expliquait le futur premier ministre chinois.

NewMuseums4 (1)II- LA PLACE de la Chine sur le MARCHÉ DE L’ART est aussi un signe du rôle éminent de l’art et de ses collectionneurs dans la construction de nouveaux équipements. La Chine est en seconde position des ventes d’art, qui affichent une santé insolente
Au premier semestre 2014, le produit des ventes aux enchères publiques d’œuvres d’art dans le monde a totalisé 7,15 milliards de dollars (5,22 milliards d’euros), a annoncé, le 6 août dernier, la société Artprice, spécialiste des données sur le marché de l’art. 2013 avait déjà constitué une année record pour le marché de l’art, avec un total de ventes de 12,17 milliards de dollars. « Le marché de l’art a faim, explique Thierry Ehrmann, président d’Artprice. Nous sommes passés de 500 000 collectionneurs dans l’après-guerre à près de 70 millions de « consommateurs d’art », d’amateurs et de collectionneurs dans le monde. »
– COMMENT REMPLIR LES MUSÉES D’ART?
Selon M. Ehrmann, la nouvelle« industrie muséale » a besoin d’œuvres pour remplir ses espaces culturels et artistiques . Au premier semestre 2014, le marché américain, qui représente un tiers du marché de l’art, arrivait en tête (2,38 milliards de dollars (+ 28 %). La Chine arrive à la deuxième place mondiale avec des ventes de 1,97 milliard de dollars (+ 6,9 %). Le Royaume-Uni est troisième, avec 25,2 % du marché, se 1,8 milliard de dollars (+ 25 %). La France quatrième (549 m$ et 4,5 % du marché), puis viennent l’Allemagne (207 m$ et 1,7 % du marché), la Suisse (159 m$ et 1,3 % du marché) et l’Italie (110 m$ et 0,9 % du marché).Le Monde http://

III- LES NOUVEAUX MUSÉES EN CHINE
« Nouveaux », pour deux raisons : le « musée » tel que nous le connaissons en Occident est peu familier des chinois. Les premiers musées du pays furent  le Xujiahui, Museum de Shanghai , conçu par les missionnaires jésuites français (P.Heudes qui constitue les collections de 1868 à 1872) et le Musée de Nantong , (Province du Jiangsu ) du pédagogue Zhang Jian , en 1905. Le National Historical Museum de Pékin fut ouvert en 1912. Mais les musées restent rares, par rapport à leur croissance au XXéme siècle en Europe  ou aux USA. Nouveaux, ensuite,  car jamais la Chine n’avait fait appel à tant de très grands architectes -surtout américains et anglais-  pour les construire . Enfin l’accroissement des musées est tel, de puis moins de 10 ans, que  que l’on peut penser qu’ils deviendront les nouveaux symboles des villes et, plus généralement, de la puissance chinoise.
NewMuseums3– Le boom des musées ! En 2000, la Chine, selon le Bureau des Stastistiques de la République Populaire de Chine, comptait environ 1 373 musées. Fin 2011 il y avait déjà 2571 et rien que cette année-là , 395 musées furent construits selon Chen Jianming, Vice président de la Société des Musées Chinois. Bref, en 2012, l’Administration du Patrimoine culturel affichait 3400 musées, soit autant que ceux de la France, et bien moins que les musées américains (17.500, officiellement). . …Selon le plan quinquennal actuel, la Chine était d’avoir 3 500 musées d’ici 2015,un objectif qui fut atteint trois ans plus tôt .
– La principale caractéristique de ces nouveaux musées est la qualité architecturale, innovante et audacieuse.
Que les motivations de et appel à de grands architectes soient complexes (Nationalisme, Soft Power, Urbanisation, marché de l’art, collectionneurs ou nouveaux entrepreneurs, tous désireux de prestige et de sites pour des réunions publiques ou privées(1)) les projets de musées en Chine ont mobilisé les meilleurs talents d’architecture du monde, dont huit Pritzker lauréats.L’Etat investit massivement pour la construction et le fonctionnement de ces musées (plus de 8 milliards de dollars, soit plus de 6 milliards d’euros de 2008 à 2010, d’après Clare Jacobson qui a interviewé, pour son livre, les responsables de l’Etat.
(1)Les musées privés veulent aussi reprendre la tradition de « philantropie »des célèbres Getty, Guggenheim et Whitney qui ont fondé les grands musées américains.

photo Clare JacobsonNOS PHOTOS et les informations SONT EXTRAITES DE la rubrique « CULTURE » du JING Daily, excellent quotidien sur l’actualité des investissements culturels  en Chine et de l’ouvrage « Nouveaux musées en Chine«  (New Museums in China). L’ouvrage de  Clare Jacobson (notre photo ci-contre)  présente cinquante et un des musées de Chine les plus innovants des dix dernières années avec une analyse de leur architecture et des conditions de production.(ISBN 9781616891503 2013 – 256 pages, 400 color illustrations Princeton Architectural Press)

absolute

Couverture New Museums

POUR EN SAVOIR PLUS : pour savoir comment s’effectue la transition  « architectes-vedettes internationales  » des musées/ « architectes chinois« , on peut lire l’interview du Jing Daily : Yichen Lu, architecte de l’agence Link-Arc (Pavillon chinois en de l’expo de Milan2015),  s’attaque à sa «responsabilité» de promouvoir l’architecture chinoise ». L’ancien protégé de Frank Gehry et Stephen Holl se concentre sur des projets liés à la culture, tels que les musées et les salles de concert, ainsi que des espaces publics innovants, Lire l’interview complète du Jing Daily pour savoir comment le contexte international de Lu façonne sa vision de l’avenir de l’architecture en Chine.Un bon article sur Shanghai, qui a conservé son patrimoine des années 30 malgré l’invasion de tours et gratte-ciel : « Shanghai, une mégalopole entre Histoire et Futur,  dans TourMagazine, à lire ici !
yueminjun-lovers1-313x380CONCLUSION
L’Europe connait une forte récession et la création de nouveaux lieux culturels ou de nouveaux modèles est à la peine. Les musées en Chine sont au contraire en plein essor, dans ses mégapoles, ses petits centres urbains, et même dans les régions ou sites les plus reculées. Issus de la culture occidentale, les musées ont en Chine un autre avenir. Si nombre d’entre eux sont encore peu « remplis » d’oeuvres ou d’objets,  on peut compter sur les achats, les échanges et la création chinoise et asiatique. Les  très belles enveloppes architecturales, souvent difficiles à aménager,  posent de nouveaux défis, comme la fin  du fameux  » White Cube », ce cube blanc des expositions d’art contemporain qui a fait son temps en de occident. Défis aux artistes, par exemple.Une bonne moitié de ces musées , enfin, sont insérés dans des lieux mixtes (Gratte-ciel ; galeries commerciales…)comme s’ils pouvaient être aussi éphémère que  des commerces « pop up », que l’on peut transformer ou remplacer du jour au lendemain. Je reprendrais bien, en conclusion, cette phrase de Philipp Dodd, ancien Directeur du London’s Institute of Contemporary Arts (1997-2004) et directeur de la China Art Foundation et « Made in China »(Londres), : « Le danger serait que la Chine copie les modèles des musées du XXéme siècle. ». Mais au fond, je suis certaine qu’il n’en sera rien.
La semaine prochaine, nous partirons pour la Corée, analyser comment l’organigramme de la gouvernance culturelle a été complètement bouleversé…dans le bon sens ! D’ici là, amusez-vous bien !
P1090431KEN LE TOURISTE PARFAIT était aux anges ! Des voyages, des Affaires, des palaces et des avions, tel était son quotidien, vous le savez bien, depuis qu’il avait retrouvé un job de « Touriste Parfait »après son éviction de chez « Mattel » avec l’invention d’un divorce entre Barbie Chérie et lui…Il venait de décrocher un joli et très juteux marché, « Revoir tous les magasins de souvenirs » des villes, aéroports et régions, souvent hyper ringards et qui ne reflétaient, en tous cas, que peu les souvenirs créés lors de la visite. Un marché avec? La Chiiiiiiiine, chic!

 LÉGENDES DES PHOTOS DANS LE TEXTE : du haut en bas : 

Musée de la sculpture de bois en Chine, par l’agence MAD, à Harbin, Chine.  Dirigée par Ma Yansong et Dan Qun, le studio de MAD basé à Pékin, est connu pour la conception des géométries fluides et formes surréalistes. S’étendant sur 650 pieds de longueur, la forme torsadée du musée est revêtue de panneaux en acier poli  qui reflètent on environnement. A l’intérieur,  une collection de sculptures en bois et des peintures.Son  conservateur, Aric Chen,a déclaré  « trop de matériel et pas suffisamment de logiciels», lors d’une récente interview, se plaignant d’ un manque de programmation et des infrastructures de conservation nécessaires pour appuyer les plus de 1000 musées qui ont été construits au cours de la dernière décennie en Chine.

–  Sifang Parkland  par Steven Holl Architects, David Adjaye, Wang Shu, Liu Jiakun, Ai Weiwei,Mansilla + Tuñón, SANAA, à Nanjing, Chine. Construit au cours de 10 ans dans la banlieue de Nanjing, Sifang Parkland a été développé par l’ancien développeur immobilière de 58 ans Lu Jun et son fils, Lu Xun. Ce développement de 164 millions de dollars avec 11 bâtiments conçus par des architectes de renom international est ancrée par le Musée d’Art Sifang , un espace 21 528 pieds carrés conçu par le New York architecte Steven Holl . Le tube luminescent torsion du musée d’art, qui exposera la collection d’art privée de M. Lu, sert de pièce maîtresse dans un complexe d’un hôtel, d’un centre de conférence, et des villas résidentielles.

– Musée d’histoire de Ningbo, à Ningbo- Architectes :  Amateur Architecture Studio. (Lv Hengzhong, de New musées en Chine , Princeton Architectural Press)

– Musée de l’artisanat Xianzhuang Village- Architectes : Trace Service Architecture. (Shu He, de New musées en Chine , Princeton Architectural Press)

KEN le Touriste Parfait se repose en vacances dans une chaise célèbre : Chaise longue de Le Corbusier/Jeanneret/Charlotte Perriand, LC4. Chaise souple et à positionnement libre avec appui –tête cylindrique réglable (Edité par Vuitton, 6500€)

 

3 pings

  1. […]   […]

  2. […] Il n’aura échappé à personne que les maisons de luxe sont les nouveaux mécènes de l’art aujourd’hui. Hier les familles patriciennes de Florence ou de Venise encourageaient les arts, tout comme nos Rois de France avant que l’État ne se porte garant de la culture et de sa diffusion à tous en développant musées, écoles d’art, académies, etc. Mais l’État-providence ne peut pas tout. En outre, l’art est devenu un marché très spéculatif où les prix des tableaux ou sculptures s’envolent, car ces pièces sont uniques, donc objets de rivalité pour leur possession par les musées du monde entier, dont ceux, désormais, des pays émergents. […]

  3. […] Il n’aura échappé à personne que les maisons de luxe sont les nouveaux mécènes de l’art aujourd’hui. Hier les familles patriciennes de Florence ou de Venise encourageaient les arts, tout comme nos Rois de France avant que l’État ne se porte garant de la culture et de sa diffusion à tous en développant musées, écoles d’art, académies, etc. Mais l’État-providence ne peut pas tout. En outre, l’art est devenu un marché très spéculatif où les prix des tableaux ou sculptures s’envolent, car ces pièces sont uniques, donc objets de rivalité pour leur possession par les musées du monde entier, dont ceux, désormais, des pays émergents. […]

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.