«

»

Déc 15

Les 10 étapes de la mise en tourisme

Voici les dix étapes-clés de la mise en tourisme de l’offre culturelle,avec dix schémas qui résument les compétences et tâches nécessaires et les partenariats souhaitables. Mais avant de passer à l’action, des études préalables sont nécessaires ( et souvent longues…) pour que le site culturel devienne ou demeure un site touristique. Ces études doivent associer, d’une façon ou d’une autre, tous les acteurs du tourisme et de la culture, mais aussi l’ensemble des habitants de proximité qui sont les premiers bénéficaires et ambassadeurs du site ou de l’évènement culturels.

I- DES ÉTUDES PRÉALABLES décideront ou non, de cette possibilité de  « mise en tourisme ». Citons-en quelques ou  unes : la première  étude précise le positionnement du site ou de l’événement culturel dans son contexte géographique, économique et social. Cette étude donnera la priorité à la Sécurité, aux accès du site  (Aéroports, autoroutes et routes, trains et autres transports collectifs) et à  la proximité  d’hébergements et des Services incontournables pour accueillir des touristes.Sans un bon positionnement, l’offre culturelle n’aura sans doute pas les clientèles potentielles nécessaires à sa survie, comme cela arrive trop souvent, et le territoire ne pourra pas profiter des fameuses retombées économiques attendues par les élus et autres financeurs.Ensuite viendront les études plus fines de définition de l’offre, par rapport à ce contexte, à une enveloppe budgétaire, aux visiteurs potentiels,  et des études plus stratégiques d’aide à la décision pour réduire les incertitudes (Analyses  SWOT, acronyme issu de l’anglais Strengths (forces), Weaknesses (faiblesses), Opportunities (opportunités), Threats  (menaces).

Sans de bonnes perspectives qu’apporteront ces études préalables, la mise en tourisme serait tout simplement impossible.Enfin ces études doivent être renouvelées régulièrement afin d’accompagner le site face aux évolutions locales mais aussi aux grandes mutations du monde.

...ET DES POLITIQUES LOCALES!  Bien sûr, chaque site ou événement culturel s’inscrit sur un territoire qui a ses propres spécificités et ses stratégies locales pour le Tourisme, la Culture, les Loisirs, la Jeunesse, l’Economie ou l’Aménagement du Territoire dans lesquelles il faudra aussi situer et insérer le projet. Rappelons, par exemple,  qu’en 2019  de nouveaux schémas régionaux seront proposés :  les  SRADDET (schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires).Là encore tout ne se passe pas simplement, naturellement.

Si l’offre culturelle et les Services qu’elle propose sont toujours les bienvenus pour renouveler l’image d’un territoire, pour attirer des visiteurs étrangers et satisfaire les habitants de la proximité,elle dérange aussi les habitudes et peut déséquilibrer certains budgets ou même devenir une nouvelle concurrente d’autres sites culturels. Associer tous les partenaires de l’offre culturelle et touristique est donc,pour conclure, l’une des premières conditions de la réussite de la mise en tourisme.

II- DE NOUVEAUX VISITEURS! Avec des visiteurs plus experts, qui peuvent facilement choisir une destination (Comparer les offres;prendre des avis sur Internet…) et avec des visiteurs mobiles et interconnectès en permanence, le Tourisme Numérique et Culturel est né! La génération des Millenials, celle qui n’a jamais vécu sans Internet, en témoigne par de nouveaux usages et de nouveaux comportements. Et, toutes les études l’affirment, cette génération, les « touristes de demain »,  est avide de culture et de nouvelles expériences de visite active (Tourisme Créatif; Makers; Authenticité;Partage…).Les conséquences de ces nouveaux comportements sur les métiers mais aussi sur la gouvernance des institutions culturelles et touristiques sont très importantes.Pour faire vite : les directions doivent redonner une partie de leur pouvoir aux équipes et aux visiteurs.

nouvelles-clienteles

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

III- DE NOUVEAUX CONCURRENTS: qu’il était doux le temps où l’Europe créait le Grand Tour, au XIXéme siècle! Le monde entier découvrait l’Europe et la France, avec le Royaume -Uni, inventèrent le Tourism(e). Hélas, les touristes européens, bien qu’ils soient toujours largement majoritaires en France, forment aujourd’hui un public « vieillissant ». Tandis que sur d’autres continents, de nouvelles offres voient le jour. Plus spectaculaires,mieux adaptées aux nouveaux comportements, ces offres  attendent le flux des deux milliards de visiteurs prévus par l’OMT, et ce flux croît chaque année (+4%) .La Chine, par exemple, construit 300 musées par an et ses touristes ont envie de découvrir le monde.  Comment attirer ces nouveaux visiteurs? Comment mieux les connaître?Les accueillir? S’adapter à leurs profils et à leurs comportements? Comme les jeunes Millenials, les visiteurs des pays émmergents  sont le « public de demain » et la mise en tourisme doit prévoir leur accueil.

concurrents

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IV- UN TOURISME CULTUREL ET NUMÉRIQUE! Aujourd’hui on peut comparer des destinations et des offres culturellles dans le creux de sa main (smartphone) avant de réserver une offre. On peut aussi,en permanence et en mobilité :  raconter son voyage, demander des avis aux « locaux » mais aussi aux visiteurs du monde entier. Très rares seront celles et ceux qui partiront à l’aveuglette sans activer tous ces leviers d’information. Ces nouveaux usages font que l’offre trop chère mais aussi « banale », sans services, ne peut plus séduire ces clientèles exigentes. Seuls les « déjà fans de culture » sont prêts à passer beaucoup de temps pour préparer une visite et seront moins exigeants.Mais tous  les touristes étrangers, par exemple, attendent une « aide à la visite », dans leur langue.

en-soixante-secondes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

V- ÉLARGIR LES CONTENUS DE LA VISITE CULTURELLE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

VI-TOURISME URBAIN et parcours culturels  : la Culture dans un flux  : Urbanisme,Transports, Hébergements,Restauration,Parkings… et Activités sont interconnectés. Une question se pose pour la mise en tourisme : quelle est la place, dans ce flux, des établissements et évènements culturels? Peut-on « mettre en tourisme » un monument un musée ou un  événement sans tenir compte de leur contexte?Assurément, non. Mais quand ce contexte est devenu « flux » (Smart Cities ou Big Data; Lab…), il est encore plus difficile de penser ces offres de façon isolée comme on le faisait il y a encore une dizaine d’années.

tourisme-urbain-et-data

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

VII- LA MISE EN TOURISME CONCERNE TROIS GROUPES DE PUBLICS DIFFÉRENTS : la mise en tourisme  doit concerner les publics en ligne, comme le font tous les événements et sites cutlurels  d’excellence (Des milliers d’oeuvres, de monuments ou d’objets en ligne ; des MOOC ( Massive Open Courses, cours en ligne; jeux… ).Cette mise en ligne participe à la promotion de sites et événements, mais aussi au Soft Power (pouvoir d’influence) de chaque territoire ou pays.  Pour l’instant, en France, 80% des moyens, personnels, process et compétences concernent le « public ACCUEILLI ». La mise en Tourisme devrait concerner ces trois catégories de publics.

les-3-publics

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

d

VIII – RAPPROCHER TOURISTES ET HABITANTS. Personne ne veut plus être un « Touriste », et chacun veut   « vivre comme un local ». Proposer un séjour mais aussi une visite authentique, où la rencontre avec les cultures locales sera possible, va devenir un impératif. Comme pour l’Hébergement ( Airbnb), les Transports (Blablacar) ou la Restauration, partager la vie des habitants devient un comportement banal.  Mieux connaître le « back Office », les coulisses d’un Festival ou d’un monument en restauration, ou encore  « faire quelque chose » (Ateliers de Makers ou  Tourisme créatif) sont aussi une voie « collaborative et participative » que doit prévoir  la « mise en tourisme ».

planet-greeters

 

 

 

 

 

 

 

 

IX- PARTENARIATS : élargir les compétences des réseaux. Réseaux culturels et….

desenclaver-le-tout-culturel

 

 

 

 

 

 

 

X- TOURISME ET CULTURE,  TRAVAILLER ENSEMBLE!

A- LE CYCLE DU VISITEUR  et les TROIS TEMPS DE LA VISITE CULTURELLE (Avant, Pendant, Après). quel partage des tâches? Quelle évaluation commune? Quel calendrier?

trois-temps-de-la-visite

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

B- PROPOSITION DE TRAVAIL ENSEMBLE / RÉPARTITION DES TÂCHES, dans le respect des compétences et des agenda respectifs, et des compétences à partager, au centre!

tourisme-et-culture_-jpg-2

2 pings

  1. La Revue de Presse Tourisme & Digital n°23 | UNIGO

    […] Tandis que le ministère organisait les Rencontres du Tourisme Culturel, Evelyne Lehalle décrit les  « 10 étapes de la mise en Tourisme ». […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*