«

»

Mar 31

La valorisation des Patrimoines, quoi de neuf ?

Cette semaine nous vous présenterons le nouveau Guide sur la Valorisation Numérique des Patrimoines. Ce guide vient d’être publié et c’est un bon document qui aidera les professionnels du tourisme et de la culture à dynamiser les relations avec leurs visiteurs et à augmenter la fréquentation de sites culturels. Puis, pour compléter cette petite étude, nous vous résumerons les différentes stratégies de cinq pays européens proches du nôtre (Espagne, Italie, Royaume-Uni, Allemagne) pour protéger leur patrimoine. Assez différentes de celle de la France, les définitions d’un monument historique varient selon les pays et mieux vaut les connaître si vous souhaitez créer et développer de nouvelles applications numériques sur la visite du patrimoine européen !

I- GUIDE SUR LA VALORISATION NUMÉRIQUE DES PATRIMOINES
Voici un très bon petit guide, dont les mérites sont évidents : destiné aux élus et à toute personne qui voudrait connaître un peu mieux le sujet rapidement, le guide est certes petit, avec moins de 60 pages, mais il est très complet et pratique  et propose de bons conseils. J’avoue que l’entrée par les « outils » m’a moins séduite que les conseils pour engager une action.Le voici, en ligne et gratuit, ICI!
Produit par diférents partenaires institutionnels de la Nouvelle Aquitaine et rédigé par Jessica de Bideran, docteure en histoire de l’art et experte en valorisation numérique du patrimoine,avec David Souny, historien, le Guide est introduit par le Président de Sites & Cités remarquables de France, Martin Malvy. En voici le sommaire: 
INTRODUCTION : De la numérisation du patrimoine à sa valorisation et Notions clés pour la valorisation numérique des patrimoines (Pages 1 à 16)
DÉFINITIONS : 1.Application mobile 2. Base de données 3. Borne interactive 4. CMS 5. Code-barres bidimensionnel 6. Community management 7. Crowdfounding 8. Crowdsourcing 9. Exposition virtuelle 10. Géolocalisation 11. Immersion 12. Interopérabilité 13. Maquette et plan interactif 14. Métadonnées 15. Mobilité 16. MOOC 17. Open Data 18. Open Source 19. Plateforme 20. Portail 21. RFID et NFC 22. Réalité augmentée 23. Réseaux sociaux 24. Serious game 25. Visite virtuelle 26. Transmédia 27. Webdocumentaire
CONDUIRE UN PROJET de valorisation numérique de son territoire (Page 46)
RESSOURCES (Page 54)
Et voilà un extrait de la présentation, pour vous donner envie de lire ce Guide: 
« La diffusion et la maitrise des contenus sont aujourd’hui des enjeux majeurs pour les sites culturels et patrimoniaux. Ceux-ci doivent pouvoir mieux se positionner vis-à-vis des concepteurs d’outils numériques et être en capacité de cerner les enjeux des projets numériques, leurs évolutions et leurs coûts. Enfin, chaque structure doit être en mesure de produire et mettre à jour ses propres contenus numériques pour assurer leur qualité et en être garant. Ce guide est à destination des élus et services des collectivités territoriales. Il a pour objectif de faciliter l’élaboration des projets en lien avec les entreprises. Il propose un aperçu des notions clés, et aujourd’hui récurrentes, dans l’élaboration d’outils numériques, des retours d’expériences menées dans les territoires ou institutions culturelles ainsi qu’une méthodologie.
II- EUROPE ET MONUMENTS HISTORIQUES : les définitions d’un “monument historique” varient d’un pays à l’autre ! Voici une petite étude comparative élaborée par notre Sénat (Références et article complet ci-dessous).Sur les aspects les plus importants comme la valeur artistique, historique, civilisationnelle ou émotionnelle du patrimoine historique, les définitions européennes ne se recoupent souvent qu’en en partie. L’exceptionnalité de notre législation française est celle de la notion de “secteur sauvegardé”, au-delà des seuls monuments protégés et celle des « abords » des monuments, avec tout ce qui est « co-visibles » depuis chaque monument. Ces notions existent dans d’autres pays mais de façon moins développée qu’en France.
.
Définitions du monument historique en France, Allemagne, Espagne, Italie et Royaume-Uni: 
FRANCE . La définition française est simple et technique. Les monuments historiques sont « des immeubles dont la conservation présente, au point de vue de l’histoire ou de l’art, un intérêt public ». A ce titre, ces immeubles « sont susceptibles d’être classés comme monuments historiques en totalité ou en partie par les soins de l’autorité administrative ». L’intérêt public est donc celui de la valeur historique (souvent appelée valeur scientifique) ou artistique, sans aucun critère d’émotion, de plaisir ou la moindre allusion à sa valeur économique.
ALLEMAGNE : chaque Land (région) ayant sa propre législation, on trouvera en Rhénanie du Nord-Westphalie une définition plus humaniste que la nôtre : « les monuments historiques exigeant la protection publique sont « des choses (Sachen) importantes pour l’histoire des êtres humains, pour les villes et les cités ou pour le développement des relations de travail et de production, et qui sont disponibles pour la conservation et l’utilisation pour des raisons artistiques, scientifiques, culturelles ou architecturales». Contrairement à la nôtre, la définition ne repose pas sur la qualité scientifique et artistique mais plutôt sur la valeur sentimentale et la place du patrimoine dans l’économie.
La définition du Land de Bavière se rapproche davantage de la nôtre. Les monuments historiques y sont « des choses, ou partie de celles-ci, créées par l’homme dans le passé, dont la conservation revêt un intérêt collectif en raison de leurs significations historique, artistique, architecturale, scientifique ou culturelle ».
ESPAGNE, la définition est beaucoup plus large que la nôtre et prend en compte d’emblée la problématique de la transmission (et non de la seule conservation et valeur historique) :
« L’objet de la loi est la protection, l’augmentation et la transmission aux générations futures du patrimoine historique espagnol dont font partie les immeubles et les biens meubles d’intérêt artistique, historique, paléontologique, archéologique, ethnographique, scientifique ou technique, outre les gisements et les zones archéologiques, les sites naturels, les jardins et parcs dotés d’une valeur artistique, historique ou anthropologique. »
Peu d’émotion ou d’humanisme, mais la transmission aux générations futures est mentionnée dans la loi et fait donc d’emblée partie des missions des propriétaires, ce qui n’est pas obligatoire dans notre pays.
ITALIE, la définition du “patrimoine culturel” méritant protection publique (le terme de monument
historique n’est pas utilisé) se rapproche de la conception espagnole mais est la conception la plus large qui comprend une approche par la « civilisation », soit des modes de vie : « Le patrimoine culturel (patrimonio culturale) se compose des biens culturels et des biens paysagers. Sont des biens culturels les choses immeubles et meubles qui présentent un intérêt artistique, historique, archéologique, ethno-anthropologique, archivistique et bibliographique. » […]« Ainsi que les autres choses définies par la loi telles que des éléments qui ont une valeur en termes de civilisation ».[…] « les places publiques, rues et espaces urbains ouverts et les architectures rurales témoignant de l’économie rurale traditionnelle » […] « Sont soumis à des dispositions de protection particulière : les fresques, blasons, graffitis, pierres, inscriptions et autre éléments décoratifs des édifices, les ateliers d’artistes, les zones publiques où est susceptible de se dérouler le commerce ambulant, les moyens de transport de plus de 75 ans et les vestiges de la Première guerre mondiale. »

ROYAUME-UNI, il n’y a pas de définition de la valeur pour laquelle tel ou tel monument ou site doit être protégé, mais une liste de contenus. Sont définis comme monuments : « toute construction, structure ou tout ouvrage, sur ou sous la surface de la terre, et toute grotte ou excavation ; tout site comprenant les restes de toute construction, structure ou tout ouvrage, sur ou sous la surface de la terre, et toute grotte ou excavation ; tout site comprenant, ou comprenant les restes d’un véhicule, navire, avion ou toute structure meuble, ou une partie de celle-ci, qui ne constitue ni ne fait partie d’un ouvrage considéré comme un monument au sens de cet article ; et tout site comprenant toute chose ou groupe de choses qui atteste d’une activité humaine antérieure. »
Le législateur qui a produit l’étude sur la législation comparée s’est donc étonné :  » Cette dernière précision est remarquable par son ampleur et la nature très générale de la “valeur” : être le produit (le « reste ») d’une activité humaine passée. Par ailleurs, le passé se régénérant au fil du présent, il n’y a pas de borne historique… »

CONCLUSION : comparer ces diverses définitions européennes est riche d’enseignement sur les différentes valeurs que les pays accordent au du passé, à l’histoire d’une population ou de l’histoire humaine en général.
La France, rigoureuse et républicaine, privilégie la signification scientifique ou intrinsèque du
bien considéré (historique ou artistique). L’Allemagne, terre fédérale, très attentive aux spécificité des régions et au bien-être de ses habitants, défend davantage la perpétuation des identités et l’équilibre des personnes. L’Espagne porte une vision plus anthropologique ou ethnologique que culturelle. L’Italie, pays de patrimoine par excellence mais aussi pays dont le passé est particulièrement prestigieux, se préoccupe à la fois de civilisation et de vie quotidienne, comme les commerces artisanaux, les places de marché ; c’est l’Italie même qui est patrimoniale.
Enfin, l’Angleterre, plus universaliste, plus attachée à l’historie « golobale », sanctifie le temps même au fur et à mesure qu’il s’écoule .

POUR EN SAVOIR PLUS
1- DANS L’ACTUALITÉ: une nouvelle Loi sur le patrimoine ! A chaque Gouvernement sa nouvelle Loi sur le patrimoine ; celle de ce quinquennat est dans la loi relative à la liberté de la création, à l’architecture et au patrimoine (LCAP), promulguée le 7 juillet 2016 et publiée le 8 juillet au journal officiel de la République française. A compter de ce jour, les secteurs sauvegardés, les aires de mise en valeur de l’architecture et du patrimoine (AVAP) et les zones de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager (ZPPAUP) sont transformés en sites patrimoniaux remarquables (SPR). Ces SPR sont gérés par les plans de valorisation de l’architecture et du patrimoine (PMVAP).De très nombreux sites Internet vous donneront les Textes et  détails de la Loi (Assemblée Nationale; Sénat; Servicespublic.fr; Gazette des Communes, etc…) .
2- ÉTUDE SUR LES LÉGISLATIONS COMPARÉES
. L’étude du Sénat sur le Patrimoine a été réalisée en septembre 2014 et concerne les législation allemande, espagnole, italienne et anglaise relatives à la protection de ce qu’on appelle en France les “monuments historiques”.
Diverses conceptions européennes des monuments historiques
Sénat, étude de législation comparée des lois relatives à la protection des monuments historiques
Lire l’article de La Lettre d’Echanges n°129 – fin septembre 2014 FNCC, par  Vincent Rouillon et le texte complet de l’Étude de législation comparée n° 247 – septembre 2014 – Les lois relatives à la protection des monuments historiques, sur le site du Sénat, ICI!

3 Un lien sur le Classement des monuments historiques, son histoire, ici, depuis la création des biens nationaux, constitués à la faveur de la nationalisation des biens du clergé (décret des biens du clergé mis à la disposition de la Nation du 2 novembre 178910), des émigrés (décret du 9 novembre 179111) et de la Couronne de France (décret du 10 août 179211) […]En 1819, pour la première fois, le budget du ministère de l’Intérieur a une ligne « monuments historiques », une quinzaine se voyant allouer la somme de 80 000 francs. Mais c’est la Loi de 1913 qui va surtout régler un code du Patrimoine en évolution constante depuis cette date. https://fr.wikipedia.org/wiki/Monument_historique_(France).

4- A nouveau le lien du Guide de la Valorisation Numérique des Patrimoines : https://www.an-patrimoine.org/IMG/pdf/guidenume_riqueweb2.pdf

NOS PHOTOS
Sur le site d’ Alain Marinos Mai 2012 https://www.alainmarinos.net/3-sites-patrimoniaux-remarquables-pmvap-anciennes-avap-et-zppaup/, avec l’exemplaire d’echanges que nous reprenons dans ce billet pour la  partie « comparer les définitions ». Et les photos sur Wiki Loves Monuments.
-Eglise Saint-Pierre d’Aulnay, Charente-Maritime, France Jochen Jahnke de de.wikipedia.org CC BY-SA 3.0 https://fr.wikipedia.org/wiki/Cat%C3%A9gorie:Monument_historique_par_d%C3%A9nomination_(France)
-Le Bateau e Général Leclerc, sloop coquillier de Brest, classé au titre des monuments historiques en 2005. Ludovic Péron — Travail personnel-Multi-license with GFDL and Creative Commons CC-BY-SA-2.5 and older versions (2.0 and 1.0)CC BY-SA 3.0Général Leclerc – BCréation : 16 juillet 2008
-Carte de la Densité de bâtiments monuments historiques hors objet mobilier par département et par 100 km2. : Eric Gaba (Sting – fr:Sting)(En Annexe.
CC BY-SA 3.0 Création : 12 juillet 2010
– La Tour Eiffel l 29 novembre 2016 – PAULMAXWELL .Travail personnel. CC BY-SA 4.0
-Locomotive à vapeur 141 R 1199 est classée Didier Duforest — Travail personnelLa 141 R 1199 au dépôt de Villeneuve-St-Georges le 05/05/2007. CC BY 2.5 File:141-R-1199-a.jpg Création : 5 mai 2007

——————————————————————————

KEN LE TOURISTE PARFAIT était tout à fait ravi, au bord de la piscine, d’apprendre toutes ces choses sur le Cultural Heritage, comme disait, d’une voix un petit peu ampoulée, son ex, Barbie Chérie. Mais oui les filles,  vous ne rêvez pas, Ken lisait ce billet au dessus de l’épaule de Barbie, à Los Angeles. Pourquoi? Eh bien parce que ça lui faisait oublier ses Affaires, la vingtaine de  voyages de la semaine, les Palaces visités en vitesse, les avions par demi-douzaine, aussi. mais, soudain, ce fut la panique : Barbie lui demanda « Et Culture, Ken, comment définirais-tu la Culture? » Viiite, les filles, trouvez une réponse pour Ken, autrement ce sera la honte, s’il ne sait pas…Alleeeez!

—————————————————————————-

Légende de la Photo-Souvenir de Ken  : En septembre 2009 paraissait l’une des toutes premières études, Visite Culturelle et TIC, réalisée par ATOUT FRANCE, la Direction des musées de France (DMF), le Centre des monuments nationaux (CMN) et l’Agence Régionale de la Société de l’Information de Midi-Pyrénées (ARDESI). Sous forme de guide pratique, cette étude établisait un panorama mondial des exploitations des TIC par les établissements et sites culturels. Elle en dégageait les pratiques les plus prometteuses, en soulignant les meilleures perspectives.(Collection Développement Touristique l n°8 l 160 pages et en vente à la Documentation Française www.ladocumentationfrancaise.fr. Souvenirs souvenirs, avec André-Yves Portnoff et Xavier, les auteurs, et Philippe Fabry, Christophe de Chassey ,Corinne Lespinasse-Taraba, Jean-Pierre Dalbéra , Ludovic Dublanchet (Agence Régionale pour le Développement de la Société et l’Information en Midi-Pyrénées)
et les Les membres du groupe de travail eTourisme du Pôle Aquitain pour la Société de l’information!Déjà!

ANNEXE 

Carte de la Densité de bâtiments monuments historiques hors objet mobilier par département et par 100 km2

1 ping

  1. Vivre une expérience? La traduction... - Tourisme Culturel

    […] Qui seront les gagnants de cette révolution ? – Pour les débutants, notre dernier billet sur le petit Guide et les notions clés pour la valorisation numérique des patrimoines […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*