Comment j’écris mon blog

Bonjour, mes amis, avec, aujourd’hui, un petit billet pour vous expliquer comment je choisis les sujets du blog!
Car une veille, cela s’organise, et avec mes trois domaines géants que sont le Tourisme, la Culture et le Numérique, ma priorité est de trouver des thèmes où ces trois-là joueront ensemble.                                                                         – Ensuite vient ce « nouveau » tourisme culturel, au sens tout simple de ce mot : un événement, une pratique, une « ingéniérie » jamais vus.                           – Enfin ce que je choisis doit être tout récent, révélé par la presse ou un ami, par vos informations ou celles des réseaux sociaux.                                        Dans ce contexte, je préfère toujours  raconter des belles expériences, réussies, bien accueillies,  qui peuvent vous aider, vous inspirer.                  Tout cela est un peu abstrait,  alors voici ma cueillette pour que vous compreniez mieux ces critères, avec  six mots-clés de mes recherches : Destination,Pays étrangers,Histoire, Ville, Artistes et Data! Secouez bien et vous avez le blog et ses 570 billets!(Photo Enjeux Les Echos Juillet aout 2013, un magnifique numéro spécial)).
I- UNE DESTINATION est l’objectif du Tourisme, la nôtre ou une destination  plus lointaine, vers laquelle les habitants de proximité partiront. Comment leur donner envie? Tout le monde doit prendre pace à la table des décisions d’une destination. Et, pour séduire, la Culture a de plus en plus la cote, si j’ose dire, avec la recherche du sens et celle de l’écologie. Un thème me plait beaucoup, celui de la rencontre entre habitants et touristes : comment  provoquer un échange, et que cette rencontre ne soit pas artificielle?

II- L’ÉTRANGER comme boussole : le tourisme culturel est né en Grande Bretagne, qui inventa le mot il y a plus de deux siècles mais qui inventa aussi les subtilités du marketing, et ce pays  continue à développer ses centres de ressources sur le tourisme culturel. Les Pays émergents sont aussi précieux, pouvant se permettre d’abandonner nos  vieilles habitudes et de créer de nouvelles offres et de nouveaux métiers!

Enfin la passion de certains pays leur ont permis d’avoir une seule gourvernance pour le tourisme, la culture et le numérique, et ils ont aussi une véritable avance sur nos pays « matures ». Hélas, les limites du tourisme sont l’absence de démocratie et la guerre, et  certains pays  massacrent  l’héritage patrimonial ou s’en servent comme outil de propagande et de mensonges.(Photo : Journal des Arts Sept. oct. 2018).

III- L’HISTOIRE comme ancrage! Impossible, pour la Culture, de se passer du passé. Des racines, des histoires de vies, des aventures collectives : plutôt que les rois, ce sont les habitants qui reçoivent les touristes, qui les accueillent et, hélas, les subissent parfois  lorsque les règles du « vivre ensemble » ont disparu, comme à Venise, envahie par le tourisme de masse.      – Ce sont donc les habitants, les paysages, les façons de vivre qui sont précieuses pour forger sinon une identité, du moins un caractère qui lui est propre à chaque lieu ou expérience du monde!L’exemple des nouvelles « routes du monde  » est à ce titre passionnante. Autrefois réservées aux grands explorateurs, aux conquérants ou aux prédateurs de richesses, ce sont de plus en plus des routes vierges ou presque l’important étant que vous soyez en communion avec la nature.(Notre petite photo  ci-dessus de l’article du Monde, sur ce sujet, le 30  nov. 2019: « Les 20 destinations 2020 »).


V- LES VILLES comme dynamique. La Ville, c’est évidemment le lieu de l’échange depuis des siècles, mais aussi du pouvoir, de la grandeur : y construire des monuments, y rassembler les populations les a dotées d’un patrimoine infini, et aujourd’hui les villes « sans patrimoine » inventent d’autres atouts (Nantes et la création) ou revisitent les professions culturelles ou digitales (Toulouse, Strasbourg, Rennes,Brest,  etc…) comme exemples en France.(Couverture : dossier Journal des Arts-avril Mai 2013) 

 

V- LES ARTISTES Pas de culture sans artistes, les oeuvres d’aujourd’hui formant le patrimoine de demain mais pas seulement :l es artistes savent revisiter le monde à « à leur façon », ce sont des personnes indispensables. Leurs interprétations et leurs langages sont parfois hors-sol. Ils ne font pas la leçon, à mon avis, ils sont la leçon!Bref, les oeuvres nous interpellent et nous étonnent et nous apprennent à imaginer.(Photo Journal des Arts, 29 nov.-12 décembre- Oeuvre de Cléon Petreson, FSans titre, détail- C Photo de Benjamin Roudet )

 

VI-BIG DATA : non, je ne mets pas cela pour faire mode, mais parce que je crois que dans ma cueillette c’est la meilleure salle d’attente. Une fois repérées, triées,interprétées, elles gouvernent aujourd’hui les grosses machines du monde (Sécurité et Santé, Numérique et Commerce, Voyage et Finances, Géopolituqe et Ressources….) mais,évidemment, l’hyper « personnalisation » ou les nouvelles I.A ont leur face sombre. Alors, comment faire? J’avoue que le groupe d’artistes qui travaille sur la façon de grimer les visages pour tenir tête à la reconnaissance faciale m’a fait rire, cette semaine,  et m’intéresse. Il n’y aura pas de solution fatale, mais tout le monde doit s’y mettre!(la recherche-2013)

 

 

Et vous, mes amis, aimeriez-vous écrire dans le blog? Ou avez-vous des sujets que nous pourrions défricher ensemble? Dites-le moi, dites-le nous!Et en attendant passez toutes et tous une belle fin de semaine!  
———————————————–
KEN LE TOURISTE PARFAIT se sentait un peu « oublié », dans ce billet, qu’il avait lu par dessus mon épaule, juste avant de partir en Nouvelle Zélande pour de nouvelles aventures : lui, qui ne vivait que d’Investissements, de Business, de Finances et de montages d’opérations, n’avait d’yeux que pour les expériences rentables… »Pourquoi pas la Culture, alors? » lui demanda une Barbie triomphante qui remontait de leur piscine chauffée de L.A. Barbie adorait taquiner Ken qui répondait invariablement : « La Culture n’a pas de prix, mais elle a un coût »!

(1 commentaire)

    • Bertrand onfray on 5 décembre 2019 at 21 h 27 min

    Les villes…oui évidemment il s’y passe plein de choses mais la culture c’est aussi en milieu rural que ça se passe. Ici avec des dispositifs comme ciné-lévézou ou « nos campagnes, regards croisés » il y a des initiativesvraiment intéressantes pour faire bouger les lignes.
    Viens voir chere Evelyne, je suis sur que ça te plaira. Et si en plus tu fais un détour par Arvieu ou le street art à Decazeville, ça sera le nirvana 😊

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.