Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/nouveaut/public_html/nouveautourismeculturel.com/blog/wp-includes/post-template.php on line 293

Pourquoi j’aime les Touristes

Ken touriste d'affaires1 – Le touriste, c’est forcément l’ Autre. Il arrive avec son petit bagage perso, ses us et ses coutumes, mais il sait, avant même son départ, qu’il va devoir tout accepter, ou presque, à défaut de comprendre les différences qu’il va rencontrer dans un nouveau pays, un autre continent.
Il est courageux, en quelque sorte.


2 – Il ne fait que passer…voilà qui pose des défis à la culture : on ne peut l’ « éduquer », le « tirer vers le haut », faire usage de la médiation culturelle, sur le long terme. Il nous échappe, d’autant que souvent il ne parle que sa propre langue.
Le touriste nous oblige donc à revoir tous nos codes de visites, nos objectifs et nos méthodes. Il nous oblige à inventer, et pour cela à changer de point de vue.

3 – Sa réputation est abominable et imméritée

Les touristes sont des hordes, des meutes, des troupeaux, des envahisseurs, des moutons, des tsunamis, des marées menaçantes et des envahisseurs. Rien que ça !
Pour les professionnels  du Tourisme,  l’approche manque aussi d’affection. Les touristes sont des cibles, sorte de « Ken » très  dociles auxquels on doit faire une offre de destination. Explication : Ken voyage, dort une nuit en dehors de son lit et  a une activité. Voilà, c’est simple, à partir de cette définition commence l’industrie touristique. Le transporter, lui faire dépenser  plus que le « panier moyen », lui plaire, voilà l’objectif. Pour cela, connaître ses goûts et ses attentes, segmenter l’ensemble des Ken  est le travail ordinaire des professionnels du tourisme. Il fait donc l’objet de veilles de toutes sortes, de statistiques et de prévisions : on le l’étudie, on l’observe, on le démarche, on ne le lâche pas!
Pour moi ce Ken est donc  aussi bonne pâte, car malgré tout, il est en général content du voyage et il revient. Et souvent avec sa famille, ou des amis, en plus.

4 – Les élus l’ont à l’oeil !

Disposer d’ une stratégie touristique intéresse un élu dans deux cas de figure : si elle rapporte des retombées économiques, pour qu’elles profitent à ses habitants, ses commerçants, au développement économique,   ou bien si les touristes décident de devenir des résidents, au moins des résidents secondaires, pour les mêmes raisons.
L’ « altérité » des touristes n’est jamais reconnue comme telle, leur demande de convivialité jugée trop compliquée à satisfaire ; leur fort appétit d’authenticité sera plutôt  comblé  par quelques standards régionaux- crêpes ou fandangos- plutôt que par une franche discussion  avec des élus qui leur présenteraient leur ville, leur région ou leur département.

En conclusion …

Mal aimé,  le Touriste est coincé entre la réalité de l’économie touristique et le principe  qu’il n’y aurait  de bonne visite culturelle que suite à l’acquisition de connaissances, des livres qui l’accompagnent, des paroles d’un maître ou de médiateurs culturels.
J’aime donc le Touriste pour ce qu’il est, toujours différent, venant d’ailleurs et prêt à découvrir, à connaître et même à partager.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.