Inauguration des phares culturels de l’année !

cONFLUENCES _360Voici donc les principaux chantiers culturels qui vont ouvrir leurs portes prochainement, à la grande joie des habitants mais aussi des touristes et de leurs opérateurs. Quoi de plus intéressant, pour les Agences , les Tour Opérateurs, les hébergeurs, les transports, les voyagistes « en ligne », qu’un renouvellement de l’offre et des services qui l’accompagnent? Ces futurs monuments seront-ils capables de rendre les villes plus créatives ? La réconciliation entre habitants et touristes sera-t-elle au rendez-vous ? Les usages numériques, les pratiques culturelles bénéficieront –elles, avec ces nouveaux équipements, d’une entrée royale? On ne le saura que dans un an ou deux, mais dès maintenant nous pouvons faire quelques constats, en attendant les vôtres dans les commentaires!
1) L’offre culturelle en France s’enrichit de très fortes propositions, même si un déséquilibre entre Paris et les autres régions s’accroît, le projet politique de décentralisation ayant d’ailleurs laissé sa place à une laborieuse réforme des territoires. Paris, contrairement à d’autres régions majeures pour l’accueil touristique, a su renouveler ses propositions culturelles plutôt que de s’endormir sur des lauriers un peu fanés( et Merci à Bertrand Delanoé !). 2) L’architecture épouse les standards internationaux, et se veut « spectaculaire » façon Frank Gehry et Zaha Hadid. Par exemple  la Philharmonie de Jean Nouvel ou le musée des Confluences de Coop Himmelb(l)au à Lyon ont le même aspect « coup de vent sur les toitures » et leurs « peaux » extérieures se ressemblent étrangement. 3) L’externalisation de services autrefois internes (médiation, gardiennage, boutiques…) se poursuit.4) Toujours pas de compétences « Tourisme » à l’horizon, pour ces nouveaux établissements, alors que tous accueilleront plus de 70% de visiteurs touristiques et que les précédents blockbusters (Louvre-Lens, Centre Pompidou Metz ou MuCEM à Marseille) n’ont pas eu la fréquentation espérée – loin de là ! – comme nous l’avons analysé dans ce blog. Des « subventions d’équilibre », comme on dit joliment dans les réunions budgétaires en France, ont donc dû compenser les déficits liés au revenu des billetteries ou vente des produits dérivés.  Tant que cela est possible, pourquoi changer? 🙂
Attendons cependant d’entrer, de visiter, de mieux connaître les fonctionnements de ces nouveaux sites pour ne pas sombrer, par exemple, dans cette maxime banale : « « Le contenant (architecture) doit s’effacer  par rapport aux contenus (les collection »s)« . Car, pour notre part, nous voulons et une belle architecture, et de bons contenus et des fonctionnements innovants. Ce troisième point est d’ailleurs un  chantier très en retard par rapport aux modes de fonctionnement des sites  culturels étrangers, à notre avis. Si nous disposons régulièrement, en France,   de  « nouveaux » équipements culturels, le fait est que  les plus importants sont conçus avec un raisonnement et des schémas  trop  traditionnels : organigrammes verticaux ; fonctionnement hiérarchique  « années 80 -2004 »; le numérique  arrive  « en plus », par exemple, où « à côté » de ces verticalités, mais il n’est pas moteur  de l’organisation et de la gestion des « nouveaux sites » culturels. Si l’on veut trouver l’innovation, il faut donc aller visiter et comprendre des sites culturels plus  petits, ceux dont nous parlons en priorité dans  ce blog, et surtout des politiques culturelles qui ont revisité les pratiques et les désirs des visiteurs en profitant de la disruption numérique pour interroger le « fonctionnement général »  d’un site culturel et y  apporter les meilleures solutions.
La-Fondation-Louis-Vuitton-deploie-ses-ailes_article_landscape_pm_v8I- LA NOUVELLE FONDATION VUITTON, très très attendue par les milieux culturels, les mécènes et collectionneurs d’art contemporain! L’inauguration aura lieu les 26 et 27 octobre 2014 au Jardin d’acclimatation de Paris. Le projet de la  Fondation Louis Vuitton , sorte de nuage de verre qui s’étendra sur 4.300 mètres carrés,avait été présenté le 2 octobre 2006 par Bernard Arnaud. Plus de cinquante maquettes d’études réalisées par l’agence Gehry Partners , racontent aujourd’hui la complexité de ce projet au Centre Pompidou.
Le bâtiment a été conçu par l’architecte Américano- Canadien Frank Gehry. Pourquoi ce choix ? « En 2002, j’ai été bouleversé en découvrant le musée Guggenheim de Bilbao, la structure innovante du bâtiment, les assemblages singuliers de pierre et de verre », explique Bernard Arnault.Sur le site de la Fondation la genèse du projet, sa construction ainsi que l’histoire du Bois de Boulogne sont très bien exposées.

– UNE PROUESSE TECHNIQUE ! Sur le site Internet une phrase résume les intentions de l’architecte : « le bâtiment imaginé par Frank Gehry réunit l’ensemble des méthodes, des codes et des modes d’expression de l’architecte tout en représentant une nouvelle étape de son travail. Il y révolutionne en effet l’utilisation du verre pour donner vie à sa vision d’un bâtiment léger, lumineux et en mouvement conçu destiné à s’intégrer harmonieusement à un parc de la fin du XIXe siècle et à abriter des œuvres d’art d’exception. S’écartant des approches classiques des facettes de verre, il a développé un façonnage révolutionnaire de ce matériau qui permet de courber au millimètre près et de façon différenciée chacun des 3600 panneaux des douze voiles de verre qui donnent son volume à l’ouvrage ».
– En fait, l’ensemble des partenaires réunis autour du projet ont appris à manier et se sont appuyés sur un outil unique : Digital Project, un logiciel 3D développé par Gehry Technologies à partir de l’outil Catia de Dassault Systèmes. La performance exceptionnelle de ce logiciel permet de créer les formes complexes imaginées par Frank Gehry, dans une très étroite collaboration entre les différentes équipes qui travaillent simultanément sur un modèle commun.
Gehry Technologies a reçu le Prix d’Excellence BIM (Business Information Model) décerné par l’American Institute of Architects. En France, le Ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie et le Ministère du Redressement Productif ont décerné le Grand Prix National de l’Ingénierie à Setec Bâtiment, Quadrature Ingénierie, RFR, T/E/S/S. Bonna Sabla a reçu le Trophée FIB (Fédération des Industries du Béton) pour le moulage sous vide du Ductal.
EIFFAGE Construction métallique fut en charge de la réalisation des douze voiles de verre.

fONDATION Il y a quelques mois, Harvard a inscrit le bâtiment de la Fondation au programme de son cycle d’études en architecture.Ce n’est sans doute qu’un début!
– Voir le programme technique ici, et le site du Bois de Boulogne, avec son historique,
En conclusion, il reste à voir la collection, dont on ne dit mot, bien évidemment, pour créer l’effet de surprise à l’inauguration.Silence sur les financements, les contenus, les expositions, le fonctionnement, mais cela viendra avec les premières conférences de presse.
–  Bernard Arnault est la  première fortune française en 2014 ( 35 milliards de dollars) et dixième fortune mondiale en 2013 ; Bernard Arnault est propriétaire et président-directeur général du groupe de luxe LVMH, numéro un mondial du luxe grâce à de plus de soixante marques de prestige. Mais c’est aussi un grand amateur et collectionneur d’art et d’architecture. A Tokyo, l’immeuble Dior est signé de l’architecte japonaise Kazuyo Sejima et la LVMH Tower, siège du groupe en Amérique à New York est de Français Christian de Portzamparc. Photo : pose de la dernière pierre du musée le Mardi 18 décembre 2013 en présence de Bernard Arnault et de plus de 400 ouvriers dont certains ont travaillé sur le projet depuis onze ans.Photo : © Vincent Capman
II- LE MUSÉE PICASSO rénové sera inauguré à Paris le le 25 octobre, date anniversaire de la naissance de l’artiste. Ce musée est riche de 5 000 œuvres du peintre (dont 300 peintures et 300 sculptures).En attendant cette date vous pourrez visiter en avant-première l’Hôtel Salé lors des Journées Européennes du Patrimoine, les 20 et 21 septembre 2014, et découvrir l’exposition « Etats des Lieux ». Installé par l’architecte Roland Simounet  en 1985 dans l’Hôtel Salé, (Ville de Paris), le musée a accueilli depuis son ouverture plus de 12 millions de visiteurs.
– LES TRAVAUX -septembre 2011 -octobre 2014.
La restauration, modernisation et restructuration architecturale, confiées aux architectes Jean-François Bodin (Bodin & Associés) avait comme objectif de tripler la surface dédiée aux collections (500 nouvelles œuvres de Picasso) et à l’organisation d’expositions temporaires. La rénovation a donc porté sur un total réaménagement et sur la redistribution des circulations à l’intérieur du musée, avec de nouveaux accès pour le locaux du personnel les la livraison de œuvres, rue Vieille de Temple. Des petits édicules seront « insérés dans le paysage » près du jardin public . Une réserve au le sous-sol des jardins ; une salle de conférence de 100 places et des locaux polyvalents ; une remise aux normes complète (sécurité incendie, des conditions de conservation préventive des collections nationales ou de l’accueil des personnes en situation de handicap).
L’action culturelle prévoit 75 000 scolaires par an, avec leur une plage horaire dédiée de 9h00 à 11h00 leur sera consacrée chaque jour. Enfin un jardin contemporain créé par Erik Dhont complètera cette rénovation.
– UNE FIN HEUREUSE, en tous cas, vu le grave conflit du printemps dernier ! La très brillante directrice du Musée, Anne Baldassari, meilleure experte de Picasso, amie de la famille du peintre et malheureusement remerciée par le ministère de la culture après un travail très novateur (financement du chantier de la rénovation du musée par le prêt d’expositions à l’étranger) a été invitée par son collègue remplaçant à accrocher l’exposition inaugurale du nouveau bâtiment. Une re-visite  de Picasso nous attend!
En savoir plus  sur l’ouverture ICI !

la-philharmonie-de-paris-extrait-1332168342-683III- LA PHILHARMONIE DE PARIS
L’équipement du bâtiment s’achève avec ses les façades et ses toits en murs-rideaux, bardages et surtoitures. La Philharmonie de Paris est l’un des ouvrages exceptionnels, ne serait-ce que par les soins apportés à l’acoustique durant le chantier : « Des mesures acoustiques ont été réalisées à chaque étape pour s’assurer qu’aucun pont phonique ne venait dégrader la qualité de l’ensemble », dit Jean-François Scheidt, directeur de travaux de Bouygues Bâtiment Ile-de-France en charge du chantier. La toiture de la salle, constituée de deux dalles superposées à la géométrie complexe, déconnectées l’une de l’autre par 1 200 boîtes à ressorts, est l’une des multiples prouesses du chantier. Cette toiture sera accessible au public, accueillant un sentier de randonnée dont la pente est compatible avec les exigences d’accessibilité aux handicapés. (D’après AFP – Publié le 04/09/2014). Voir aussi les « couacs », les causes des retards,  ICI.

Chiffres clés : 218,5 millions d’euros HT : montant du marché de travaux;94 000 m² : surface hors œuvre totale, pour une surface utile de 20 000 m²;2 400 places : capacité de la salle de concert;250 000 oiseaux en tôle d’aluminium en bardage, et 80 000 oiseaux en fonte d’aluminium en pavage de sol. RÉALISATION : Maîtrise d’ouvrage : La Philharmonie de Paris. Assistance maîtrise d’ouvrage : Delporte-Aumond Laigneau, ODM SA, Setec TPI, Bureau Veritas. Maîtrise d’œuvre : Ateliers Jean Nouvel (mandataire), Métra + Associés, Egis, Nagata Acoustics, Marshall-Day, Studio DAP, HDA et Arcora, Ducks Scéno, Autobus Imperial, 8’ 18”, AIK Yann Kersalé, Transsolar, Casso & Cie, Sletec.Entreprise : groupement conduit par Bouygues Bâtiment Ile-de-France.Voir la suite sur Le Moniteur, ici! Voir la maquette de la future grande salle :

PHILARMONIEeee64

IV- LA MONNAIE DE PARIS  (1,2 hectare dans le 6ème arrondissement de Paris au 11Quai de Conti) Fondée en l’an 864, la Monnaie de Paris fête cette année ses 1150 années de la frappe de monnaies avec une première refonte : site des ateliers ,nouveaux espaces d’exposition d’art contemporain -1000m2 ; nouveau restaurant Guy Savoy (« le plus beau restaurant de Paris dans un salon XVIIIe, avec son parquet, ses cheminées, ses moulures », dit un responsable de la Monnaie, ainsi qu’ une nouvelle boutique. D’ici la mi-2016 cinq rues piétonnes seront aménagées pour relier les cours intérieures ; les ateliers de métallurgie et de la fonderie seront rénovés pour devenir des vitrines permanentes des compétences de travail des métaux traditionnels et un nouveau parc créé au cœur du site .L’artiste Paul McCarthy présentera l’exposition de sa Chocolate Factory (qu’il considère comme l’œuvre de sa vie, et John Baldessari installera une œuvre interactive sur la façade du bâtiment. Inauguration le 25 octobre prochain.
V- La SAINTE CHAPELLE à PARIS Dernière étape , aussi, pour de la restauration des vitraux de la rose de l’apocalypse, chef d’oeuvre du XVe siècle (Atelier Vitrail France au Mans). » Les vitraux, depuis 2008, ont subi deux types de restauration, suite à la pollution qui a abîmé les œuvres à ‘extérieur et, en face interne, les grisailles – motifs réalisés dans le verre avant qu’il ne soit recuit –abîmées par le ruissellement dû à la condensation . Les éléments à conserver, à remplacer ou à restaurer ont fait l’objet d’un arbitrage par un comité d’experts.Une double verrière permettra, enfin, de créer une lame d’air entre les vitraux restaurés et le vitrage de protection. En cas d’humidité importante dans l’édifice, celle-ci condensera sur le vitrage extérieur ce qui protégera les vitraux. Une étude sur le traitement de l’air dans l’édifice vient par ailleurs de commencer.
A plus long terme, de nouveaux aménagements sont prévus afin de relier la Sainte Chapelle à la conciergerie, en utilisant les locaux des sous-sol qui pourraient être transformés en galerie après le déménagement du tribunal de grande instance. La Sainte Chapelle pourra continuer à accueillir plus d’un million de visiteurs par an, sans dégradation de l’édifice.
591x365xIMAGE_20140910_25589640-644x365.jpg.pagespeed.ic.GSKqdFqJzbVI- LE MONT SAINT MICHEL Le Mont sera à nouveau une île 20 jours par an ! A 20h05, ce 9 septembre , le Mont Saint-Michel était redevenu île, objectif qu’il aura mis vingt ans à atteindre en plusieurs étapes. Dans quelques mois la digue-route qui le relie au continent aura disparu, laissant place à la nouvelle liaison réalisée par l’agence Dietmar Feichtinger Architectes ouverte aux piétons depuis juillet dernier. Dès octobre tous les véhicules y auront accès, jusqu’à la zone d’arrivée en cours d’achèvement.au pied du Mont.
C’est une nouvelle digue-route de 1 085 mètres prolongée par une jetée de 756 mètres. La jetée a été réalisée en structure acier avec un fin tablier tablier qui repose sur 142 piles verticales de petit diamètre (25 cm) , ancrées dans des piliers de béton qui plongent jusqu’à 35 sous terre pour retrouver la roche. Coût de construction : 31 M€ HT( maîtrise d’ouvrage : Syndicat mixte de la baie du Mont Saint-Michel). Infos Le Moniteur.
Photo : © Marie-Douce Albert/Le Moniteur – La nouvelle liaison, au soir du 9 septembre 2014.
VII- LE MUSÉE DES CONFLUENCES, Lyon (69) Musée de science et de société , ouvrira ses portes le 19 décembre prochain. Près de quinze ans après le début du projet et sept ans de tergiversations et de retard, les Lyonnais ne croyaient plus à son ouverture. Son  coût a aussi exposé : évalué à 60 millions au début du projet, il coûtera 239 millions hors taxes. Les étonnantes collections, héritées du Muséum de Lyon. – 2 millions de minéraux et animaux, ainsi que des objets d’art et des instruments scientifiques-ont fait l’objet, dans les premières années de la conception du futur musée,  d’un programme innovant inspiré de la nouvelle muséologie du Québec (Musée de la 20090202_184440_lyonconfluencesCivilisation). Ce programme devait par exemple intégrer la parole des citoyens dans la muséographie, innover pour la gouvernance du site culturel,dans la médiation culturelle ou encore tirer le meilleur parti des technologies nouvelles. Aujourd’hui,  on ne sait pas grand-chose des nouveaux choix  opérés et si cet objectif d’innovation a été poursuivi  dans les stratégies et objectifs du musée. Il faudra donc attendre son exposition inaugurale, qui rendra hommage à Émile Guimet, grand donateur de l’ancien muséum, pour découvrir les surprises et l’intérêt de ce musée. Pour l’instant, et comme pour les autres sites que nous vous présentons aujourd’hui,  seule l’architecture n’a pu se cacher, et le projet est exposé comme suit :« L’idée de lier deux unités architecturales est engendrée par le site de construction, la confluence du Rhône et de la Saône, elle-même lieu de jonction.. Zone d’accueil du public, le cristal qui s’élève du côté de la ville a été conçu comme un forum urbain. Sous ses 40 mètres de verrière, il offre à tous un nouveau lieu de rencontres et d’échanges .Drapé d’une peau métallique, il repose sur trois supports de béton appuyés sur le socle. À l’intérieur s’imbriquent les espaces d’expositions, les auditoriums et les locaux administratifs »( in Guimet au Musée des Confluences L’Oeil – n° 671 – Septembre 2014).

Architecte : Coop Himmelb(l)au
Coop Himmelb(l)
Maître d’ouvrage : Département du Rhône
Conception : 2001-2002
Réalisation : 2006-2014
Budget » bâtiment et architecture » : 152 millions d’euros
Photo : rendering isochrom/vienna ©
VIII- L’ILE DES ARTS Enfin signalons le feu vert donné au pôle art de l’Ile Seguin à Boulogne-Billancourt dans les Hauts de Seine. le R4, projet porté par Natural Le Coultre et dessiné par Jean Nouvel, va démarrer son chantier (250 millions d’euros) pour une ouverture prévue fin 2017. Suite aux 63 ans d’occupation du site par les Usines Renault, fermée en 1992, puis à 12 ans de déshérence avant la démolition et dépollution du site en 2004, François Pinault avait aussi renoncé à s’y installer et préféra Venise, plus rapide à accepter sa Fondation et ses collections. Voici le nouveau complexe QUI comportera une halle d’expositions, un parc de sculptures, des réserves visitables, des salles de ventes aux enchères, une vingtaine de galeries, des bureaux, un espace de conférences et un plateau de 800mètres carrés pour créer des oeuvres de grande dimension. Cet été la première pierre de la Cité musicale y a été posée par le CG92.Directrice : Nelly Wenger. (Infos in Les Echos du 3 septembre 2014).
P1090536KEN LE TOURISTE PARFAIT avait le vertige ! Pensez donc, on lui avait demandé de « sauver » la jeune artiste, mais avec une condition incroyable : « Ken , votre mission consiste, si vous l’acceptez, à ne sauver cette artiste qu’au moment de sa chute éventuelle». Et pourquoi ? Parce que son défi au vertige est une œuvre d’art et il ne faut surtout pas en supprimer la réalisation. Encore une prise de tête de ce petit monde art, se dit Ken, ravi d’avoir échappé à cette vocation, à laquelle il préférait – et de loin!,  son petit train train de Touriste Parfait : voyages, hôtels, business dans le monde entier, indéfiniment.

 

Précision sur la jeune fille : de New York à Séoul en passant par Hong Kong et l’Australie, la photographe coréenne Jun Ahn réalise, sans filet, des photographies où elle se met en scène, de façon très rituelle, au bord du vide. « Ces spectacles sans public dépendent de mes désirs. La photo me permet d’isoler le contexte, temps et espace, pour aller vers mes fantasmes« , dit elle.(Réf.: IDEAT, N°107, mars 2014).

P1090537

 

 

Notre goodie de la semaine, ci-dessous : pour vous changer les idées,  allez vite vous amuser sur le site du Studio du Rijksmuseum d’Amsterdam!, c’est ICI!  

rIKKS

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.