Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/nouveaut/public_html/nouveautourismeculturel.com/blog/wp-includes/post-template.php on line 293

Les Data, tendances 2016!

 

SKIFTX LOGOSMART CITIES ET DATA, ou Comment l’émergence des Smart Cities impacte-t-elle le Tourisme et le Voyage ? Voici un article  important, cette semaine,de la revue en ligne SKIFT, Revue qui nous aide à mieux comprendre où prend place le Tourisme Culturel et comment penser vos  nouvelles offres!
Bien sûr c’est un sujet un peu ingrat pour certains d’entre vous, qui auraient préféré un sujet plus joyeux. Mais l’urgence est bien là, à mon avis, et il faut en comprendre l’environnement : en 2016, les Data de nos territoires  numériques  seront sans doute un passage obligé, comme nous le soulignons depuis longtemps, et 2016 représente aussi une date après laquelle se poser la question du « Comment utiliser les data? », ces immenses viviers de données qui, souvent, dorment dans nos propres ordinateurs ou dans ceux de la Ville ou de la Région, sera sans toute trop tardive. Récupérer, trier, analyser vos data et celles de vos partenaires devient impératif, avec des stratégies de partage. Voici donc, pour vous inspirer,  deux exemples de bonnes et nouvelles pratiques : l’une en milieu urbain (les Smartcities et le Tourisme aux Etats-Unis), et l’autre plus culturelle, celle d’un musée, la National Gallery of Victoria, à Melbourne, en Australie.
GoLauderdaleI- L’EXEMPLE DES DONNÉES PUBLIQUES PARTAGÉES
« C’est la première fois que nous avons pu d’établir un lien de causalité direct entre l’infrastructure de la ville intelligente et une application touristique pour les visiteurs, tirant parti de l’Internet des objets. Voici l’avenir du Voyage!« , dit Greg Oates, Rédacteur à Skift, qui nous parle toujours au futur. Voyons sa découverte !
– On connait la croissance exponentielle de l’internet des objets (IdO), des plate-formes ouvertes de données fournies par des gouvernements, régions ou villes. , autrefois inaccessibles. Aujourd’hui nous vous présenterons un nouveau modèle de l’utilisation de ces données : une fois triées, elles peuvent aussi être croisées, stockées dans un nuage (CivicConnect) puis servir de « guide » à la fois aux habitants et aux touristes, qui sont des habitants de passage. La difficulté est que ces données sont difficiles à partager, et encore plus difficile à être actualisées et commentées par les habitants.
Civic-ft-lauderdale-721134_01- En Décembre dernier, la ville de Palm Springs (Californie) et l’Office de Tourisme de Fort Lauderdale (Floride) ont lancé chacun leur application touristiques globale, avec la réalité augmentée (Civic ressource) et les villes de Luxembourg et de Dublin vont faire de même  . Pour capter l’info, les habitants et les touristes ne font plus appels à des recherches, des dizaines de sites Internet ou d’applications différentes, mais, au cours de leur itinéraire, ils pointent e9f-YF_R_400x400leurs appareils vers des petites balises iBeacons qui leur transmettent directement l’information qui n’est plus fragmentée et leur pêrmet une approche globale.
2) Voici un résumé de l’INTERVIEW DE GREG CURTIN. Greg Curtin (notre photo), est le fondateur et Resource Group Civic, qu’il dirige, avec un aperçu de la façon dont le développement global de la ville intelligente commence à avoir un impact de l’expérience de Voyage.(Interview complet dans la Revue en ligne SKIFT, à voir ici). Son but est de faire disparaitre les freins du séjour pour permettre une seule « expérience immersive locale », capable de répondre à différentes demandes (Transports ; Culture ; Shopping, Histoire ; Evénements…).
a-  UN POINT DE VUE « SERVICE PUBLIC » . Le Resource Group Civic ne travaille que dans le secteur public au sens large, en lien avec le « tissu d’une ville, d’une communauté, d’une société ». Greg X explique très bien que si les dix dernières années ont été celles de la « mise au point des « entrailles » des villes intelligentes », la question qui se pose aujourd’hui est celle des modes de gouvernements et de partage pour convaincre les citoyens d’aller plus loin en exploitant leur propres ressources, face aux défis qu’apportent les Google, TripAdisor ou Yelp qui ont pris toute la place libre et sont les actuels « guides « des visiteurs comme des citoyens ?
« il faut permettre aux villes et à tous les territoires d’avoir un impact beaucoup plus grand sur l’expérience de Voyage » », car ils ont aussi leur mot à) dire à côté des géants du web.
Les lieux de visite sont majoritairement des biens publics, comme les quartiers historiques, les monuments, musées, centres d’art… et ils représentent des « actifs physiques », avec d’excellentes et innombrables données à maitriser ( SIG, système d’information géographique, inventaires des oeuvres, monuments, musées ; photos, vidéos, commentaires sur les forums ou réseaux, etc..).
Monet Vetheuilb-  NE PAS MULTIPLIER LES APPLICATIONS !
Il appartient aux services publics, selon Greg de connecter tous ces « musées de données » pour créer une expérience mobile et connectée. Tous les Services publics d’un territoire – transport en commun, les parcs et jardins, travaux publics… ont chacun des informations précieuses pour les habitants et les touristes en mobilité, mais le cloisonnement de ces services et de leur données ont fait que sont apparues, depuis dix ans, des applications « séparées », qui se multiplient ! Une pour les loisirs et l’art, une autre pour les transports en commun, pour les parkings ou les « activités de la Jeunesse », etc…etc…Il devient alors impossible de répondre à la demande de « vivre une expérience » d’un touriste ou d’un résident et de leur proposer des menus qu’ils ne pourraient pas planifier tous seuls.
Fd100985c- ET LES HABITANTS ? Il n’y a aucune raison de les exclure, et ils ont aussi le désir de profiter à plein de leur propre territoire et de ses différents « biens publics »
« Nous avons fait en sorte que la plate-forme de données, « CivicConnect », soit ouverte et permette de de relier tous les ensembles différents de données publiques et privées (celles contrôlées par Yelp, Waze ou Google). Nous ajoutons aussi les données que les utilisateurs génèrent lors de leur déplacement à travers la ville ou ailleurs, vers l’extérieur et le monde.
Les utilisateurs peuvent les récupérer via différents canaux, que ce soit les (les sites Web, les appareils mobiles)car elle sont conçues pour eux. ces utilisateurs. Nous générons l’API (interface de programme d’application), et plus important encore, l’intelligence autour de ces nouveaux ensembles de données ouvertes.
L’objectif semble atteint, « Créer quelque chose de digeste, utilisable et accessible pour l’utilisateur final, et non pas « 100 applications différentes, avec une application de stationnement, une de transit, une pour le tourisme et une autre pour les musées. Et mettre fin, ainsi, à une expérience incroyablement fragmentée. »
II- LA NATIONAL GALLERY OF VICTORIA, à Melbourne, en Australie, a décidé de travailler pendant trois ans sur ses propres data : celles des collections, bien sûr, mais toutes les autres, aussi, celles de l’accueil des visiteurs, l’accompagnement de la visite, les expositions temporaires, les réserves et la documentation, la bibliothèque et la boutique !
La NGV /est la plus ancienne et la plus grande collection publique australienne (70 000 œuvres) et un grand nombre de chefs d’oeuvres y sont exposés , comme ceux de Rembrandt, Modigliani, Monet and PicassoJoan MITCHELL.
RODIN 1884 LE PENSEUR NGV– L’OBJECTIF : construire un Guide multimédia de la Gallery qui soit « personnalisé » pour chaque visiteur, grâce à cette profusion de connaissances des datas récoltées ! ! Le visiteur y a donc un accès direct, plutôt que de passer par des données réaménagées , comme habituellement, c’est-à-dire conçues pour ce « grand public » qui n’existe pas. On peut même dire que le Guide fait visiter la Gallery , mais aussi ses coulisses, ses savoir-faire, ses métiers!
Evidemment les incontournables des guides actuels sont respectés : pouvoir échanger des photos des œuvres, les télécharger dans ses propres « favoris » ou donner son avis. Mais ces dispositifs existent aussi un peu partout aujourd’hui, donc la vraie nouveauté est tout de même ces trois années de travail, entre équipes de la Gallery et spécialistes des Datas et des télécommunications, la Telstra Telecommunications Company Pour les repérer, les trier, les qualifier et leur donner un sens, afin d’établir des réponses aux questions des visiteurs. Leurs comportements sont aussi pris en compte : visite rapide ou visite des chefs d’oeuvre ; visite thématique ou visite en famille : ce guide a préparé des solutions pour ces différentes attentes, comme le font les musées anglais depuis les années 80.
Au niveau du résultat, nous avons donc une bonne part de réalité augmentée par divers discours, une variété d’images fixes ou animées, bref, tout pour mieux comprendre la vie des œuvres présentées, celle de leurs auteurs, des mouvements artistiques et de leur contexte.
VOIR L’ARTICLE COMPLET , c’est ICI !
-Voir aussi,  sur le site de la NGV : tous les formats proposés en ligne : pas moins de 3 formats pour l’exposition temporaire « Warhol et Ai Wei Wei » pour le Multimedia Guide de la National Gallery of Victoria de Melbourne: :
Listen to the Multimedia Guide
Listen to the Multimedia Guide online with text captions
Watch the Auslan Multimedia Guide online

Weiwei-Eyemask-WEB_1024x1024CONCLUSION  : cet environnement avec son « Open et Big data »du Tourisme Culturel est aujourd’hui constitutif de sa réussite, comme le furent en leur temps le chemin de fer ou les premières voitures individuelles ! J’ai la certitude aujourd’hui que s’ engager sur cette voie des Data peut fait déjà la différence entre un « tourisme traditionnel », et un « tourisme d’aujourd’hui ». A rater ce contexte, je vois trop souvent, au cours de mes voyages, que certaines régions, villes monuments ou musées prennent un retard considérable, alors que d’autres, celles que nous évoquons souvent ici, savent construire des offres beaucoup plus fortes car elles sont innovantes. Elles ne ne se contentent pas de ronronner sur l’amélioration d’offres classiques, mais elles inventent le tourisme de demain, ces fameuses « expériences personnalisées » où les contraintes du voyage et du séjour disparaissent au profit du plaisir. Plaisir de la visite, des rencontres, ou plaisir de comprendre d’apprendre ou, encore, plaisir…de contempler et de ne rien faire!

– A LIRE AUSSI SUR CE PETIT BLOG!

-«  La datafication du monde  » et « Data, Création et Personnalisation« .


– PHOTOS : Œuvres de la National Gallery of Victoria, Melbourne
– Monet Vétheuil, huile sur toile, 187960.0 × 81.0 cm- Photo © Pubic Domain- Auguste Rodin, le Penseur, bronze, 1884- 71.4 × 59.9 × 42.2 cm
– Amedeo Modigliani , Portrait du peintr’e Manuel Imbert,huile sur toile, 1916, 100.2 × 65.5 cm
–  Le masque : This eye mask has been produced exclusively for the NGV design store in conjunction with the Andy Warhol | Ai Weiwei exhibition (Shop de la Gallery, 9,95$, à acheter ici si le cœur vous en dit !)!

Ken abudhabiKEN LE TOURISTE PARFAIT  se sentait un peu mal à l’aise…En fait il était dans un joli bateau qui fonçait vers Abu Dhabi quand ses jeunes voisins, des petits français, lui demandèrent « Que pensez-vous de la déchéance nationale? ». Histoire de faire la conversation, sans doute, pensa Ken. Il appela Barbie Chérie, beaucoup plus « francophone » que lui, pour lui demander conseil.Et là, Barbie l’épata, comme d’habitude : « Tu leur réponds  « Liberté Chérie »! Si tu ne comprend pas, ce n’est pas grave, eux comprendront »…

ob_7fa594_eluarddessin-et-txt-liberte

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo extraite du bloghttp://sicavouschante.over-blog.com/page/4

 

5 pings

  1. […] SMART CITIES ET DATA, ou Comment l’émergence des Smart Cities impacte-t-elle le Tourisme et le Voyage ?  […]

  2. […] nos articles sur l’usage des Big Data : Les data, tendances 2016   Les data, la création et la personnalisation et la définition des data, avec le billet sur […]

  3. […] – SUIVRE LES BIG DATA ET LE TOURISME CULTUREL sur nos anciens billets sur le sujet : 1- 2016 Data, Tendances 2016 2- 2015 : Les Data, la création et la personnalisation et 3- 2014 : C’est quoi les Big […]

  4. […] de solution est encore celui d’Orange depuis deux ans (cf. notre bilet du 4 févreir 2016 : « Les data, tendance 2016 »).  Flux Vision a été mis en oeuvre dans le département de la Manche. Rappelons que cette […]

  5. […] à peu, de nouvelles stratégies du tourisme culturel en jeu (2016 et 2017, les « tournants ») ! Les Data, tendances 2016! et 2017 5- Big Data et tourisme culturel, en novembre 2017 6 – Utiliser, remixer et partager […]

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.