Mieux accueillir les jeunes touristes!

Cet été, vous allez accueillir des jeunes, ou des familles avec des enfants dans les sites culturels. Comment vous  assurer qu’ils passeront  un bon moment et qu’ils reviendront? Comment, en particulier, satisfaire les jeunes Makers et leur désir de « Faire »? Comment favoriser la « créativité » des enfants?
En d’autres termes, quel accueil allez-vous réserver aux jeunes enfants et aux adolescents? Quelles activités culturelles ont été prévues pour eux ?
Voici notre petite collecte, où vous pourrez puiser des ressources ! Nous avons fait un petit tour aux Etats–Unis, qui, comme habituellement, ont à peu près dix ans d’avance sur nos propres pratiques, avec, en particulier, trois démarches pour lesquelles nous vous présenterons des exemples.
1 –Le Testing : on peut tester, aux USA,  les expositions avant de les présenter aux publics (Le Testing est aussi appelé « Evaluation formative » ; il est né dans les années 75-80 à l’Université du Wisconsin, USA).
 2- Les Ressources en ligne sont inépuisables et la pédagogie et les Jeunes disposent  de modèles d’ activités, tous transposables dans nos sites culturels européens.
-3- La Recherche, enfin,  est organisée à aprtir des sites culturels, qui  en bénéficieront. Les professionnels et les universitaires communiquent bien.
Voilà peut-être, grâce à cette mutualisation des connaissances sur l’Enfant, grâce aux évolutions de la Pédagogie formelle et informelle ou à  l ’Evaluation systématique des actions,  pourquoi les USA ont tant d’avance.(Photo : Musée Saint-Raymond de Toulouse, l’un des plus actifs et des plus remarquables pour ses actions de médiation culturelle en France).

I– TESTER ! 

Le tourisme a l’habitude des « visites mystères », ces évaluations des activités, ou encore de la qualité des  hébergement ou des transports. Il existe aussi le fameux Label Qualité Tourisme pour les sites culturels. Vous vous pouvez aussi testez quelques sites culturels, avec quelques jeunes sur la base du volontariat, pour voir simplement s’ils y prennent du plaisir. Donner des avis motivés plaira aux jeunes, et vous pourrez aussi les récompenser! L’objectif est de tester pour voir les sites sont bien adaptés à l’âge, aux comportements et aux souhaits des plus jeunes.On peut aussi évaluer, par rapport aux objectifs fixés : les aides à la visites, les parcours et, dans les parcours, si les messages que l’on trouve importants passent bien.
Notre exemple : Musée des Sciences de Boston, avec le programme Créer et Evaluer les projets dédiés aux jeunes enfants.  Au musée des Sciences, les créateurs d’expositions conçoivent, testent et améliorent les expositions qu’ils font. Ils testent même à chaque étape,  depuis leurs premières idées aux conceptions finaleset à la réalistion de l’exposition.  Behind the Scenes  est un espace  d’évaluation des espositions. Il se trouve au sein du musée et est ouvert en permanence pour  tester les comportements des visiteurs sur les expositions à venir.(Notre photo)

II-  PROPOSER, EN LIGNE, des activités qui stimulent la créativité
Sur ce site, entièrement dédié à des activités développant la Créativité, vous trouverez des activités classées par niveau de difficulté, par âge,par nombre de participants, par critères des compétences mobilisées et, évidemment par thématiques.
Difficulté : Faible difficulté ; Difficulté modérée ; Difficulté élevée
– Age : 6 à 9 ans 10 – 14 ans 14 ans et plus – Tous âges
Compétences mobilisées : Imagination et originalité ; Motivation ; La flexibilité ; La prise de décision ; Collaboration ; – Communication et auto-expression ; Action et mouvement
Nombre de Participants : 1 participant ; 2-4 Participants ; 5 participants ou plus
Thématiques : jeux sportifs ; Storytelling ; La technologie ; arts visuels ; Science ;Arts et performance ;Jeux de langue et de mots ; Making, Building & Tinkering et enfin, La nature et la Cuisine
– On rêverait, en France, d’un Guide par région où seraient référencées ces offres, pour que, quand on y séjourne en famille ou pour les jeunes en groupe d’amis, un menu nous soit proposé où nous puissions choisir selon nos  envies !

III- – LA RECHERCHE : fédérer toutes les recherches locales et les évaluations sur les pratiques culturelles des enfants, avec un « Living Laboratory », Laboratoire vivant des comportements des enfants dans leurs rapports à la culture et aux musées
Ce Living Laboratory® des musées a été créé il y a une dizaine d’années aux USA, pour sensibiliser le public au développement de l’enfant en immergant les visiteurs des musées dans le processus de découverte scientifique. Depuis 2005, le Laboratoire vivant du Musée des sciences de Boston a associé le public à cette recherche sur le développement de l’enfant.

1-LIVING LABORATORY  le modèle Living Laboratory® avec ses trois objectifs :
A) Briser les obstacles entre les scientifiques et le public
Objectifs pour les publics:
• Les visiteurs contribuent au processus de découverte scientifique en participant à des études actives
• Les visiteurs se livrent à des interactions pédagogiques avec les scientifiques qui mènent la recherche
• L’éducation aux visiteurs se concentre sur le processus de la science, l’intérêt croissant et la compréhension des «questions et méthodes» de la recherche ainsi que les «résultats»
• Des études se déroulent en public, dans l’exposition
• Les visiteurs non-participants peuvent s’entretenir avec les chercheurs et connaître les études en cours
• La recherche « in situ » est intégrée comme une partie attendue et prévisible de l’expérience du visiteur
B) Développement professionnel mutuel pour les scientifiques et les éducateurs
Objectifs pour les professionnels:
• Les chercheurs reçoivent une formation du personnel du musée sur les processus d’éducation au musée, améliorant les compétences de communication des chercheurs avec le public
• Les éducateurs en musées ont un accès direct à la science actuelle qui est pertinent pour leur travail auprès du public, ce qui améliore la compréhension de la science par les éducateurs et leur application potentielle à leur pratique
• Les éducateurs et les chercheurs de musées communiquent régulièrement, en surveillant de façon collaborative le programme afin de s’assurer du suivi des objectifs scientifiques et éducatifs.

C) Enfin des listes des sites culturels qui participent sont établies et diffusées sur Internet. Voir la liste des musées et sites qui  participent  à l’expérience .
2- LE CCC, Centre pour la créativité des Enfants (Center For Childhood Creativity) de Californie est à la fois un Centre de Recherche et une Ressource pour les professionnels de la culture : il fournit des services de conseil aux écoles, aux musées, aux bibliothèques, aux organismes à but non lucratif et aux entreprises qui influent directement sur le développement des enfants.

  • Ce Centre, dédié aux jeunes, a aussi établi un lien entre la Recherche et un site culturel puisqu’il a été créé en 2011 par le Museum de découverte de la région de la baie (BADM). Situé à Sausalito, en Californie, le CCC a pour objectif de  combler le fossé entre la Recherche académique (dans les domaines des neurosciences, de l’éducation, de la psychologie) et la Créativité.
    Concrètement, le CCC fournit le cadre de recherche ou le Musée (BADM) inscrira sa programmation. Le CCC peut aussi accéder aux auditoires et aux programmes de BADM pour renseigner et poursuivre ou évaluer ses recherches.
    CCC travaille également à l’échelle nationale pour faire progresser la recherche dans le domaine du développement de la créativité et mettre en pratique cette recherche au profit des enfants, des gardiens et des éducateurs, par le biais de partenariats nationaux avec des bibliothèques, des centres scientifiques, d’autres organismes sans but lucratif et des entreprises.
    CONCLUSION
    Cet accueil des jeunes, l’été, est souvent inexistant dans nombreux sites et événements culturels car les médiateurs prennent des vacances et leur tempo est calqué sur l’année scolaire plutôt que sur la présence d’enfants hors milieu scolaire.
  • Les sites culturels français privilégient les stratégies et les moyens pour les publics de proximité, à commencer par les scolaires proches. Très peu est fait, l’été, pour accueillir avec un grand soin les jeunes touristes étrangers dans nos institutions culturelles, à l’exception des lieux qui leurs sont dédiés (Futuroscope ou Musée en Herbe de Paris). Ces jeunes visiteurs touristiques y trouveront rarement, par exemple, une traduction dans leur langue pour les accompagner (Etiquettes des musées ou textes d’accompagnement de la visite, e-visite audioguidée ou application, etc…) , des ateliers in vivo ou des applications numériques adaptées à leurs âges. Bref, la médiation culturelle prend ses vacances.
    3-Recenser dans chaque région les activités de l’été ?
    Pour faire un pas en avant, il faudrait que, pour l’été les sites culturels et touristiques :
    s’adressent aux enfants avec autant de soin que le font les sites américains, en considérant l’enfant, et non plus le « scolaire ».
    proposent des bases de données (activités ; créativité », déjà évaluées, où les professionnels de la culture ou du Tourisme pourraient faire une collecte ; des guides complets des sites et des événements culturels la Culture dédiés aux enfants seraient aussi les bienvenus!
    Ce travail pourrait être l’expression « pratique » de recherches conjointes (responsables universitaires, de sites culturels, d’autres activités pédagogiques et d’évaluation .
  • POUR EN SAVOIR PLUS
    1- MUSÉE DES SCIENCES, BOSTON
    1 Science Park Boston, MA 02114 – Tél : 617-723-2500 et infos : Information@mos.org
    2- Le National Living Laboratory
    – Le modèle Living Laboratory a été développé au Museum of Science à Boston, avec le soutien de la National Science Foundation. Le but de l’initiative National Living Laboratory est d’aider les chercheurs et les éducateurs informels qui favorisent la sensibilisation du public, l’engagement et la compréhension de l’étude scientifique de l’apprentissage et du développement des enfants.
    – Les professionnels intéressés peuvent créer un compte et se connecter pour se connecter au chef de hub dans leur région et accéder à une variété de ressources pour développer un programme dans le modèle Living Laboratory®.
    – Le processus du modèle pédagogique du Laboratoire vivant : les scientifiques (dans toutes les disciplines de la pédagogie,  y compris la psychologie du développement, la science cognitive, la psychologie de l’éducation, les neurosciences cognitives, la psychologie sociale et les domaines connexes) recrutent les participants et mènent leurs études dans des expositions en cours plutôt que portes closes. Les familles qui visitent le musée sont par exemple invitées à participer à des projets de recherche en cours (sur des sujets tels que la connaissance des mathématiques et du langage, l’apprentissage causal, la reconnaissance de l’émotion et le raisonnement social) et peuvent engager un vrai dialogue avec les scientifiques ou initier avec eux de nouveaux projets
    3- Le CCC : info@centerforchildhoodcreativity.org .Site Internet : http://centerforchildhoodcreativity.org/4- LE MUSÉE DE LA DÉCOUVERTE DE LA BAIE
    Le musée de la découverte de la région de la baie (BADM) est un espace situé au pied du Golden Gate Bridge sur 7,5 acres de parc national à Sausalito. Le BADM compte sept espaces d’ exposition et plus de six programmes quotidiens d’ accueil pour les enfants de 6 mois à 10 ans. Il développe des expériences d’apprentissage précoce pour développer les compétences créatives fondamentales en matière de résolution de problèmes chez les enfants, transformant leur façon d’apprendre et leur contribution au monde.
    Fab lab : ce musée dit avoir créé le premier laboratoire du monde dédié à la petite enfance. Les enfants y construisent des compétences en science, technologie, ingénierie et mathématiques (STEM) grâce à un apprentissage pratique, avec des Programmes de laboratoire Fab, et un :Laboratoire de conception, le  » Design Lab. »
  • ————————————————————-
  • KEN LE TOURISTE PARFAIT  était tout fier : après tout il restait un petit endroit, au monde, où l’on « jouait encore à Ken et Barbie », où il avait de vraies aventures, où les jeux sur les portables n’existaient plus : ce petit blog où il  racontait ses voyages incessants, ses Palaces et ses tours du monde de Touriste (presque) Parfait. Il n’osait, en tous cas, fréquenter l’un de ces Fab Lab où tout était permis.Il avait une peur bleue, celle d’y perdre son âme….

(2 commentaires)

  1. Bojour Evelyne
    Sur la légende de la première image, vous avez mis musée des Augustins, mais le visuel est bien celui du musée Saint-Raymond 😉
    Bien à vous,
    Emanuelle
    PS : je n’arrive pas à me connecter à votre profil Linkedin…

  2. Fait! Depuis une bonne semaine, et excusez-moi, Chère Emmanuelle! Belle journée à vous!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.