Tourisme Culturel,  nouveaux territoires de l’art !

Le rôle des collectivités territoriales dans l’organisation et l’offre du tourisme local est majeur car ce sont elles qui  prennent la  décision de faire évoluer, ou non, les offres de tourisme culturel. Il est aussi banal de dire que certaines régions ou villes ne font pas trop d’ efforts pour que leur tourisme culturel soit à la hauteur de celui de nos concurrents. Pour la France,  ces  concurrents sont en fait  nombreux, à commencer par ceux de l’Europe : l’Espagne, l’Italie, l’Allemagne, le Royaume Uni ou les Pays–Bas, la Belgique ou la Suisse.  Pourtant,  environ 200 territoires, en France (Des villes, Intercos, ou des Départements et des Régions…) produisent en permanence de nouvelles pépites de tourisme culturel, que nous vous présentons dans ce petit blog avec des expériences étrangères. Cette semaine nous  partirons voir un nouveau Sentier de Street Art à Vitry-sur-Seine, visiter des ateliers au  Pré-Saint-Gervais ( Notre photo ci-contre). Et nous rejoindrons la Bretagne pour voir que le projet de l’Art dans les Chapelles tient toujours le coup!  Trois pépites à savourer, copier ou encore re-créer différemment!

I- A VITRY SUR SEINE, un SENTIER DU STREET ART ! Petite Reine de l’art contemporain, Vitry reconnait ses talents artistiques et en attire de nouveaux. On connaissait son musée d’art contemporain, le MAC, qui, depuis 2005, ne s’est jamais satisfait de ne faire venir que des parisiens (Trop facile !). Ce  musée est au contraire devenu un rendez-vous d’acteurs locaux et  de visiteurs qui habitent sur son  territoire. Voici donc notre présentation du nouveau Sentier de Vitry, « Arcueil-Paris-Vitry », nouvelle galerie d’art à ciel ouvert, ouverte la semaine dernière, le 10 juin, et  qui s’étend sur 12 km à cheval sur Paris 13e, Arcueil, Gentilly et Vitry avec des œuvres excellentes (Obey Giant, C215, Meushay…).
1- A Vitry-s-Seine, le 1% culturel fait une place au street art en consacrant 1 % du budget dédié à la construction d’un bâtiment public à la réalisation d’une œuvre d’art. Depuis 50 ans, grâce à ce dispositif, la mairie installe une à trois œuvres par an. Vitry devient donc la troisième collection d’art contemporain sur l’espace public après Paris et Grenoble. Au total, on compte plus de 140 réalisations (Adami, Sonia Delaunay, Fromanger, Dubuffet, Ernest Pignon Ernest ou encore Rancillac).
2- On y encourage les artistes ! Quand le célèbre artiste C215 a commencé à peindre dans la rue, la mairie lui a téléphoné pour l’encourager à continuer. Puis le journal municipal a expliqué sa démarche et son travail aux habitants.L’artiste a, en retour, demandé à la ville de « ne surtout pas bouger », pour que street art reste spontané . (In : Article de Vianney Delourme du 8 juin 2017).
3- ART dans l’espace public et randonnée ! Le Sentier street art est donc une galerie d’art de 12 km des deux côtés du périph. On y part en randonnée à la découverte découverte du street art. Un guide raconte aussi l’urbanisme et l’architecture que l’on traverse, avec par exemple la Maison Doisneau à Gentilly, la Butte aux Cailles à Paris, la Manufacture des œillets ou les constructions de Renaudie à Ivry.
4- Deux ans de travail ont été nécessaires pour créer le Sentier street art du Grand Paris .
L’itinéraire était long (10 km) et devait être accussible en tous points grâce aux transports en commun. Il devait aussi englober les prinipaux joyaux culturels de la ville –  la Maison de la photographie Robert Doisneau et le Générateur à Gentilly, la Cité universitaire, la Butte aux Cailles, la BNF, les galeries Mathgoth et Itinérance, le quartier Masséna (13e), etc..- et mettre tout le monde d’accord, lancer des idées de budget participatif pour un GR, tout cela fut évidemment long et nous sommes ravis de vous annoncer son  l’ouverture prochaine!

5- A l’origine du projet, l’association Enlarge Your Paris qui tente de modifier l’image des banlieues.Partenaires du projet : Vitry’n Urbaine, Des ricochets sur les pavés, Digital Street Art, Fresh Street Art Tour Paris, Campus Urbain et A travers Paris.
Pour en savoir plus : voir l’article publié le 11/06/2017, de Chrystel Chabert dans Culture Box, qui , au passage, est à mon avis une très bonne source de l’actualité culturelle.Photos © France 3 Culturebox.

 

II- AU PRÉ-SAINT-GERVAIS , DES ATELIERS D’ARTISTES à visiter  en juin (Du Samedi 17 Juin 2017 au Dimanche 18 Juin 2017 de 14h00 à 20h00)
Ce type de visite, où l’on peut rencontrer des artistes sur leur lieu de travail, réunit beaucoup d’atouts : surprise de ce que l’on y découvre ; dialogue avec les habitants-artistes et image vivante du « Comment vit-on en France ? » pour les visiteurs étrangers. Mais savoir fédérer tous ces acteurs est aussi une force pour la ville :«Les différents artistes qui participent toujours plus nombreux à la manifestation et ont pour projet commun de proposer de nouvelles manières de vivre ensemble et de penser la ville. », dit le document qui présente l’expérience.Là est en effet le secret, pour les élus : savoir profiter de cette adhésion, de cet élan et de ces projets!
1- On sort des ateliers ! Pour cette 7e édition des portes ouvertes des ateliers d’artistes du Pré Saint-Gervais, une centaine d’artistes vont multiplier les interventions dans l’espace public, pour prolonger l’atelier vers l’extérieur. Les palissades des grands chantiers en cours au Pré Saint-Gervais, seront utilisées comme espaces d’affichage d’œuvres en grand format.  L’édition 2017 a pour thématique « MUR/MUR(ES) ».La cité-jardin du Pré St-Gervais abritera les Abris Nomades, des sorte de cabanes créées pour la 6e édition de l’installation « Jardins/abris – Jardins-refuges ». Jardins, squares et pelouses seront également investis comme lieux d’exposition.Enfin, Une exposition de photographies d’archives retracela construction dans les années 30 de la cité-jardin.- Infos pratiques , c’est par ici ! Pour voir la carte et les horaires :ICI!  ou sur Sortir à Paris , ICI.
– D’AUTRES BALADES « STREET ART EN SEINE-SAINT-DENIS ET À PARIS : toujours faire confiance à Tourisme 93, qui est pionnier dans l’organisation de visites grand-public du street art en France.
Balade pour le graff et le street art menée par l’équipe de FreshStreetArtTour : le quartier Oberkampf , lieu privilégié d’expression pour les formes artistiques urbaines. Ménilmontant et Belleville, qui comptent un très grand nombre d’ateliers d’artistes, le boulevard et les rues menant aux clochers de ces deux villages rivaux sont le parfait terrain d’expérimentation Vous découvrirez notamment les œuvres de Némo, Jérôme Mesnager et de Ben.
Découvrez ici toutes les visites autour du Street art et de l’Art urbain.

– Renseignements pratiques : Les Visites de Fresh Street Art ne sont pas très chères / 11€par personne Durée: 2H30 environ et d’autres visites se déroulent dans les ruelles du 13ème arrondissement , à la la Butte aux Cailles
Et au – Marais (22 euros les 2H30) : Culture Alternative et Art Contemporain, le Street art de Beaubourg à la Rue des rosiers. Lien : ici! 

III- L’ ART DANS LES CHAPELLES Rendons enfin hommage, dans ce petit billet à l’art dans les chapelles du XVe et XVIe siècles, projet né en Bretagne en …1992 ( !) dans la petite ville bretonne de Pontivy associée à la vallée du Blavet et au Pays de Pontivy. Plus de 400 artistes – dont Christian Boltanski, Renée Levi, Polly Apfelbaum ou encore Alain Fleischer – ont créé in situ des œuvres inédites, en résonance avec le patrimoine – Voir les artistes qui ont participé à L’art dans les chapelles depuis 1992.(Notre photo Polly Apfelbaum, « Life is not black or white », 2017, chapelle Saint-Jean, Le Sourn. Photo : L’art dans les chapelles)
– Cet été du 7 juillet au 17 septembre !
Le projet est aussi un « parcours » d’œuvres d’art qui ont été commandées pour les petites chapelles. Les artistes, invités créent des œuvres spécifiquement pour la chapelle qui leur a été attribuée ou qu’ils ont choisie et chaque année, la manifestation accueille plusieurs artistes en résidence. Irriguer un territoire en accueillant des artistes est aussi un bon moyen de découvrir l’art à tous les étages, grâce à des rencontres, conférences, expos ou simplement autour d’un petit café !                                                                                                                                                                                   – Le Tourisme local a su développer le concept, et aujourd’hui, au départ de Pontivy et de Pluméliau, 4 circuits balisés de 35 à 50 km vous sont proposés, ainsi que 3 parcours vélo, de 22 à 24 km.
https://www.artchapelles.com/internet/index.php?numrubrique=883
Contact : L’art dans les Chapelles 6 quai du Plessis 56300 Pontivy Tél : 02 97 27 97 31 – Tarifs Entrée libre et gratuite. Visites accompagnées : tarif plein : 5 €, tarif réduit : 3 €. Ateliers : tarif plein : 6 €, tarif réduit : 3 €. Les visites et les ateliers sont gratuits pour les moins de 12 ans.. Informations pratiques, voir : Art et chapelles – le site Internet.

EN CONCLUSION, ces nouvelles formes de visites sont les bienvenues pour enrichir des propositions culturelles très classiques, ou encore des propositions d’autres formes de tourisme : tourisme Sportif, Tourisme d’Affaire ou Tourisme Vert.
– Elles correspondent aux souhaits des plus jeunes, et tout particulièrement aux Millénials, qui pourront  rencontrer des formes d’art et des jeunes tout en étant libres de leurs  mouvements. Car dans la rue, il est plus facile de découvrir l’art qu’à l’intérieur d’un musée : on n’est  pas obligé d’arrêter sa vie – ne pas parler fort, ne pas courir, ne pas manger, etc… . De plus, on peut voir d’autres thématiques, l’architecture, l’histoire d’un quartier, de son architecture et de son histoire.  – Ce qui fait la force de ces projets, c’est aussi leur patiente construction. Deux ans de prépartion poiur réaliser le parours du Sentier d’Evry-sur-Seine, cela veut dire que les partenaires étaient nombreux et que  la concertation fut fertile puisqu’ils y sont arrivés!  Et puis, contrairement à la facilité apparente de ces projets, il faut tout de même bien comprendre, pour des professionnels qui voudraient créeer de tels parcours,  que ce n’est pas parce que le Steet art est un art « très populaire » que ces visites seront plus faciles à organiser. Nous sommes, comme souvent dans le Tourisme Culturel, dans un tourisme de « niche », un Tourisme « cousu main » qui , certes, ne déplacera pas des foules  le jour-même, mais c’est à notre avis ce tourisme qui fait l’excellence de notre pays car il y a une véritable profusion de niches! Ce tourisme, comme ce fut le cas pour de bons exemples de tourisme urbain ou rural, attirera au final beaucoup de visiteurs qui sont à la recherche du sens que peut créer un territoire à partir de ses productions culturelles, et du plaisir de les voir.

Et vous, mes amis, connaissez-vous de bons exemples de visites innovantes, ou de parcours qui ont su se renouveler? Merci de partager vos informations dans les commentaires!  –


KEN LE TOURISTE PARFAIT  s’exerçait à …marcher! Bon, vous le connaissez, mes amis, pas le genre à se passer de taxi, même si Barbie venait de temps en temps le chercher à l’aéroport de L.A avec sa voiture rose en plastique. Ajoutez quelques dizaines d’avions, d’hélicoptères ou de jets privés, un ou deux bateaux ultra-rapides et vous avez une semaine-type de notre Tourisme Parfait. Mais là, dans son appart’ de Manhattan, Ken répétait un pas mesuré, très lent, façon « E.Macron au Louvre » le soir de son intronisation, séquence dont il avait une vidéo. Il répétait avec application, en regardant la vidéo pour bien coller à son modèle, pas à pas! Pourquoi? Vous avez trouvé? Sinon…J’ai bien peur qu’il ne vous faille attendre la semaine prochaine pour le savoir…. (Notre Photo : Ken et Jules, Empereur échappé de Gaula, le Journal de votre été, à trouver au  Musée Saint-Raymond de Toulouse!)

 

(1 commentaire)

    • Tematis on 1 novembre 2018 at 17 h 50 min

    Bravo pour votre article, il est tellement important de mettre en avant l’art et la culture et la rendre accessible à tous

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.