Deux nouveaux PASS pour la visite culturelle et touristique

Ken en goguetteLes Pass Culture ont le vent en poupe !

Peut-être grâce à une volonté politique de faciliter les visites culturelles ? Dans la lettre de mission de la ministre, Ch.Albanel, on trouve en effet ce souhait de Nicolas Sarkozy, qui vient juste après sa demande d’expérimenter la gratuité des musées nationaux :  « Vous créerez, à, l’échelon de la France, ou mieux encore à l’échelon de l’Union Européenne,[…] un Pass culture pour les jeunes, leur donnant un droit de visite gratuit aux musées et aux sites les plus remarquables du patrimoine français et européen » ( 1er août 2007).

Le paysage des pass en France

  1. Les nouveaux Pass, qui comportent des visites de sites culturels et permettent aussi de découvrir une ville, d’y séjourner, de pratiquer d’autres activités, d’être guidé lorsque l’on veut faire un peu de shopping ou manger un petit morceau. Voir nos exemples des Pass de  Nice Riviera et de Venise
  2. Les Pass Culture (ou Musées, Cinéma…) destinés au jeunes, étudiants ou scolaires, les plus nombreux. Conçus par les collectivités, réservés aux jeunes de la proximité.Voir notre exemple en  Seine Maritime

Les Pass Musées et Monuments, qui ciblent la clientèle des passionnés de leur visite, auxquels on ajoutera les Laissez-Passer et autres formules d’adhésion et de fidélisation pour les visiteurs de proximité d’une région ou d’une ville.Voir nos exemples avec le Pass Télérama, le Pass des Musées du Rhin Supérieur, le Pass Monuments et Musées de Paris en Ile-de-France

1. LES NOUVEAUX PASS

A notre avis, seuls les nouveaux Pass peuvent renouveler durablement la fréquentation.
La renouveler, car ils ne ciblent pas les seuls adeptes de la culture, prêts à passer l’entier de leur séjour à visiter des sites culturels.
Et durablement, parce que la notion de « plaisir » est inscrite au programme : si on vous aide à trouver le bon bus, à trouver le bon restaurant, le bon bistro, un musée ou un château, la visite n’en sera que plus aisée, et vous aimerez la ville ou la région visitée. Il y a fort à parier que vous y retournerez un jour, plutôt que dans une ville (ou une région) où vous aurez galéré pour vous déplacer ou boire un petit café.
Nos deux exemples de Pass, qui ont nécessité un travail considérable, le bench marking de tout ce qui existait, en France et à l’international, une recherche permanente de partenariats, des efforts d’innovation pour la commercialisation, etc… :

  • LE PASS DE NICE

Ce Pass, tout à fait exemplaire, est malheureusement assez unique en son genre, en France. Il a été créé en 2008 par l’Office de Tourisme et des Congrès de la Ville de Nice , qui a associé de très nombreux partenaires, dont d’autres OT (Monaco, Antibes, Biot, Eze, Cagnes sur Mer… etc…) et développé avec une approche marketing parfaite.
Le Pass de Nice nous parait remarquable car il est conçu à partir des comportements des visiteurs et non pas à partir des entrées ou catégories traditionnelles des visiteurs. Il ne sépare pas les différentes activités possibles, il ne sectorise pas les temps du voyage ( transport/hébergement/restauration/visites et activités). Chaque touriste est donc traité comme un VIP, selon ses goûts et ses choix. Le temps n’est pas contraint, les visites et propositions ne sont pas « obligatoires ou optionnelles ». C’est un forfait intelligent, en ce sens qu’il s’adresse à tous, mais rend possible toutes les différences entre les touristes.
Conçu comme un véritable sésame, le NICE Riviera PASS facilite le séjour sur la Côte d’Azur. Avec une seule carte ,  découvrir le paysage, s’arrêter pour visiter les grands sites et musées niçois, ou trouver un restaurant, déguster la gastronomie locale, etc.. Des échappées sont possibles à Antibes, Biot, Cagnes-sur-mer, Eze ou et Monaco, avec les mêmes possibilités, en accès libre. On peut donc enfin flânez pour profitez des avantages proposés par le Pass.

Le développement du NICE Riviera PASS est pratiquement prêt pour 2009, qui verra le jour fin avril. Avec de nouvelles offres à la fois en “accès libre” (5 nouveaux musées et un jardin), pour la durée 24/48/72 heures, et en “avantage” pour la durée de un mois. Le guide qui accompagne la carte et les pages web du site présenteront l’offre des produits conçus autour des 3 zones géographiques majeures:
– Nice
– Antibes – Biot – Cagnes-sur-mer
– Eze -Monaco

Transports locaux  :   du nouveau! Actuellement on peut avoir accès, en sus du Pass,  à une carte de transport urbain ( le Multi) ou une carte à la journée  aéroport/ville, sans compter les réseaux des  bus, le nouveau tramway de Nice, les autocars et les trains. Une proposition somme toute  traditionnelle, mais qui va changer début 2010. Le Département des Alpes Maritimes  travaille en effet à la réalisation d’ un titre  de tranport permettant l’accès à différents  moyens de transport existants. Avec un projet de billétique commune, ce qui facilitera considérablement le séjour touristique. Le Pass de Nice intègrera, évidemmment, ce nouveau service.On a hâte d’en savoir plus…Rendez-vous en janvier 2010!

Distribution, vente du Pass :
Le développement des relais de vente du Pass est aussi en cours (professionnels locaux comme les hôtels ou les agences réceptives, opérateurs internet…).
Je vous donne donc rendez-vous dans ce blog, pour suivre ces nouveautés, dès la parution du Pass de Nice « augmenté », fin avril !
Pour en savoir plus : site de l’Office du Tourisme et des Congres de Nice : www.nicetourisme.com

  • LE PASS DE VENISE

LE PASS DE VENISE, accessible via le nouveau Site officiel de la Ville « Venise Connected », un formidable travail pour aider le touriste italien ou étranger à préparer son voyage et ses visites culturelles!

Venise connected, Site Officiel pour le Tourisme à Venise :
A partir du 1er février vous pouvez acheter les services offerts par la ville de Venise comme les tickets pour les transports publics, l’accès au parking municipal, l’entrée aux Musées municipaux, à un tarif préférentiel selon la période de séjour.
Ce Site et le Pass sont vraiment très bien faits : on peut préparer, localiser les musées municipaux sur le plan. Il ya a des réductions (enfants de moins de 14 ans, étudiants, seniors) et un
tarif on-line. Plusieurs Pass sont proposés – mais pas trop, pour faciliter le choix ! – et la durée du Pass,favorise la découverte par les habitants comme par les touristes. Qualité que l’on retrouve à Nice.
Site de Venise Connected : www.veniceconnected.com/fr/node/311

2. LES PASS POUR LES JEUNES

Ce sont les Pass les plus nombreux, et ils sont conçus pour les jeunes qui habitent la proximité (un département, comme pour l’exemple ci-dessous, une région, une ville..).

  • LE PASS DE LA SEINE MARITIME

Un chéquier de 40 € pour chaque collégien valable dans plus de 400 lieux, disciplines : cinéma, arts plastiques, dessin, peinture, sculpture, musique, chant, danse, art dramatique, arts du cirque, photographie, vidéo…

1 chèque de 20 € pour l’inscription en établissements d’enseignement artistique
3 chèques de 5 € pour l’achat de livres et/ou paiement d’entrée à des musées, lieux de diffusion et festivals
2 chèques de 2,5 € pour aller au cinema.

Les collégiens scolarisés en Seine-Maritime qui en feront la demande par Internet entre le 1er septembre 2008 et le 30 avril 2009. (une seule demande par collégien et par année scolaire). <a href= »http://www.seinemaritime.net/article-actualites-pass-culture-358.html »>www.seinemaritime.net/article-actualites-pass-culture-358.html</a>

3. LES PASS POUR LES PASSIONNES DE CULTURE

Ce matin je suis allée acheter mon Pass de Télérama pour visiter gratuitement les musées ce week-end. Enfin pas tout à fait gratuit, car Télérama coûte 2 euros. A la lecture de tous mes avantages, je me suis reconnue immédiatement : j’appartiens à ces 33% de visiteurs qui sont allés au moins une fois au musée dans l’année, et à ces 4,6% de gens qui visitent un musée plus de dix fois par an. Je suis accro, monomaniaque de la consommation culturelle. Je lis beaucoup, écoute de beaucoup de musique et vois beaucoup de films …Passer mon week-end à visiter plusieurs musées est donc un cadeau inespéré ! Je vais d’ailleurs vous faire un aveu, je suis toujours ravie de mes visites, je suis tout à fait prête « au parcours du combattant » qu’elles me demandent, à chaque fois ou presque. Mes 10 problèmes, si j’ose dire, sont, a minima  :

  • trouver l’info préalable suffisamment à l’avance
  • tenir à jour ma petite veille pour les expos temporaires
  • comparer les offres ( Contenus, distance, coût du déplacement …)
  • tenir compte des jours fermés et des horaires – souvent ceux du travail
  • choisir avec une synthèse de tout ça
  • retenir le moyen de transport A/R
  • sur place, trouver des explications en salle, où dans la librairie, s’il y en a une, ou auprès des médiateurs, s’il y en a dans les salles
  • suivre d’un œil et renseigner ceux qui m’accompagnent (ah ! la signalétique !)
  • la logistique : pour que l’étape sur place se passe au mieux, ne pas oublier mes « mémos », cartes routières, situation précise du site sur Google map, article découpé dans un journal au cas où je ne trouverais rien sur place
  • Et peut-être, si j’ai de la chance, pourrais-je aussi combiner ce petit package avec un verre de coca cola et un sandwich pas trop mauvais sur place ou pas trop loin. Il faut préparer aussi cela, car les pages d’accueil des les sites et des lieux culturels ne comprennent pas cette information sur leur page d’accueil, en France. Est-elle jugée trop triviale ? Mais bon, en général je suis prête à jeûner ou à différer mon sandwich.

En conclusion, si je suis pratiquement toujours contente de mes visites, c’est peut-être parce que, avec tout le mal que je me donne, j’ai du mal à « désavouer » ma visite, à la trouver nulle…
Pour résumer, Télérama me fait un beau cadeau alors que je suis prête à toutes les vicissitudes pour dévorer des visites culturelles, dont je suis toujours ravie. Et pour tous les autres français, que fait-on ?

  • pour ces 67% de la population qui ne fréquentent pas les musées?
  • pour ces 11% qui n’y vont qu’une fois par an ?
  • pour ces 5, 4% qui disent ne pas y être allés parce que « Ca ne les intéresse pas », le Pass de Télérama ne me parait donc pas bien adapté. Car s’ils ne visitent même pas un musée parce que ça ne les intéresse pas, difficile de les inviter à un « Week-end spécial musées » !

 

  • LE PARIS MUSEUM PASS

Même type d’offre pour « gros amateurs » que celle de Télérama : on aime les musées au point d’en voir beaucoup en 2, 4 ou 6 jours ! Si on en voit peu, le Pass est peu rentable, d’autant que  d’autres réductions tarifaires sont valables dans les musées.

  • LE PASSEPORT DES MUSEES DU RHIN SUPERIEUR
    Le Passeport des Musées du Rhin Supérieur est une carte d’accès valable dans plus de 180 musées en France, en Suisse et en Allemagne. Le PASS Musées vous offre l’accès libre* et illimité durant toute une année dans les expositions permanentes et temporaires de tous nos musées membres. Vous pouvez également emmener jusqu’à 5 enfants de moins de 18 ans gratuitement* au musée.
    Ce passeport est achetable en ligne sur le site : www.museumspass.com
    Encore une offre pour amateurs de visite culturelle car, si l’on habite dans ces trois pays, une comparaison entre les musées proches sera nécessaire, car comment choisir autrement ? Et comparer 180 musées, même par groupes de 20, même en une année, ce n’est pas simple. Aller en voir sur un coup de tête, qui prendra le risque ? Certainement pas des néophytes en visite culturelle, attirés par d’autres activités, pris par d’autres passions. La concurrence est forte pour les loisirs et la culture.

 

  • LES LAISSER-PASSER POUR UN SITE CULTUREL PARTICULIER

On peut ajouter aussi aux Pass pour Passionnés tous les Laissez-Passer des sites culturels, celui deu Centre Pompidou, du Château de Breteuil ou du Musée d’Orsay. Ils demandent des visites fréquentes si l’on veut rentabiliser leur acquisition annuelle. Coûteux, autrement, pour les particuliers, sauf si les Comités d’entreprise, par exemple, participent aux frais. Les frais induits par le seul phénomène de « sortie » sont d’ailleurs souvent plus importants que celui de l’entrée de la visite culturelle ( Faire garder ses jeunes enfants, dîner dehors…).

NOS DEUX GOODIES !

  • La photo de Ken en touriste urbain, présentation…
  • Faites-vous partie des « passionnés  » de culture?  Qui sont-ils ? Quel est leur profil ? Leur ressemblez-vous ?

Leur nombre : ils sont 4, 6% de la population a se rendre dans un musée plus de six fois par an ( Rappel : un français sur 4 y va moins de 4 fois/an).En moyenne, 66% de ceux qui vont ont au musée y vont plus de trois fois par an. Mais seulement 33% des français, toutes statistiques confondues, déclarent s’être rendus dans un musée au moins une fois dans l’année.

Où sont-ils ? Ils sont très majoritairement à Paris, en Ile –de-France ou en région PACA, régions d’offre culturelle.
Leur profil : femmes ou hommes ? Cela dépend des statistiques, des contenus- les sciences aux hommes et les arts décoratifs pour les femmes, ne riez pas. En moyenne, moitié/ moitié.
Riches ou pauvres ? Diplômés ou pas ?
Les « Passionnés » diplômés de l’étude du CREDOC ont 7 fois plus de chance de visiter un musée qu’un non-diplômé. (57% des diplômés du supérieur fréquentent les musées, contre 14% des non diplômes)

Statistiques CREDOC

KEN EN TOURISTE URBAIN! Ken, nez au vent sur la photo, flânant tranquilou dans une ville : c’est pure imagination! Flâner, oui, mais aujourd’hui personne ne flâne vraiment comme au temps des romantiques : on veut comprendre ce que l’on voit, on veut « réussir » sa visite, ne pas se tromper, ne pas s’ennuyer…On ne veut pas se perdre, non plus, contrairement à ce que disent les directeurs des lieux «  Ah ! Qu’il est bon de se perdre dans un musée ! De se sentir libre ! ». D’accord, pour celui qui connait bien leurs codes, leurs contenus- histoire, sciences, art, etc… et peut comprendre sans aide à la visite. Pour tous les autres, ils ne se sentent pas du tout libres. Ils meurent de peur et d’angoisse, car ne rien comprendre ou se perdre ça fait peur et ça angoisse. Conclusion : Ken sait où il va, il a l’air parfaitement détendu. De deux choses l’une, ou bien il est de passage à Nice et navigue avec l’excellent Pass de la Ville de Nice, ou bien il vit à Nice depuis sa jeunesse et y habite…A vous de choisir, c’est Comme il vous plaira, avec Ken, qui n’est jamais très contrariant !

1 ping

  1. […] an plus tard, le 19 mars 2009, le blog Vive le tourisme culturel publiait un article sur les Pass’ dédiés à la culture et au tourisme. Question de mode ou […]

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.