l’Europe créative, c’est parti!

creative_europe_bigAlessandra Gentile était à Bruxelles pour la présentation du nouveau programme Programme Europe Créative la semaine dernière, le mardi 26 novembre! (Voir le CV d’Alessandra sous sa signature).
Vous ne comprenez rien aux financements européens ? Trop difficile à décrypter, à mettre en œuvre? D’accord, il faut une certaine habitude, et savoir lire entre les lignes mais lorsque mon amie Alessandra explique l’Europe, ses stratégies et ses aides possibles tout devient limpide!
Un budget en augmentation, une entrée du tourisme culturel, la fréquentation et le lien social en critères majeurs : l’Europe change, profitons-en. Enfin, même si vous ne demandez pas d’aide, les nouvelles directions sont vraiment intéressantes, à l’image de celles des pays les plus innovants. On raisonne, dans ces nouvelles propositions, avec les nouvelles forces plutôt qu’avec celles de la tradition, avec l’imagination plutôt qu’en suivant les dogmes, avec réalisme plutôt qu’en voulant reproduire l’élitisme qui plaçait autrefois l’Europe hors de portée de tout ce qui était « work in progress », travail en cours de futurs projets.

logocreative2I- PRESENTATION DU PROGRAMME EUROPE CRÉATIVE 2014-2020 et d’autres outils possibles, par ALESSANDRA GENTILE
Officiellement, Europe Créative nous est présenté comme le « nouveau programme-cadre pour les secteurs de la culture et de la création relevant du cadre financier pluriannuel 2014-2020, qui réunira les actuels programmes Culture, Media et Media Mundus en un seul, et établira de nouvelles facilités visant à améliorer l’accès au financement ». A ces deux volets Culture et Media viendra enfin se greffer un troisième dit transsectoriel, destiné à l’ensemble des secteurs de la culture et de la création. (1).
Ainsi décrit, le nouveau programme Europe Créative, approuvé par le Parlement Européen le 19 novembre dernier, présente donc une, certes timide, mais tout de même bonne nouvelle : dans un cadre de financement pluriannuel 2014-2020 revu à la baisse, son budget de 1,46 milliard d’euros au total, a en réalité été augmenté de 9% par rapport aux précédentes versions. Dérisoire railleront certains. Mais tout comme l’affirme Culture Action Europe, association œuvrant à la promotion de la culture au sein de l’UE : « Ce pas en avant en faveur d’une augmentation du budget culturel en temps de crise doit être reconnu et ne peut être démenti: il représente une somme trop faible pour faire partie des négociations sur les coupes budgétaires mais une idée trop forte pour être balayée d’un revers de main. »(2)

1) Quelles nouveautés pour ce programme ?
Tout d’abord, il faut mentionner les nouveautés importantes communes aux 2 sous-programmes Culture et Media :
– L’accent sera mis sur le concept d’ »audience development », le développement de la fréquentation, avec la participation citoyenne à la création des œuvres. Il s’agit de ne plus seulement se focaliser sur l’offre, mais, en temps de crise du financement, de comprendre aussi en quoi consiste la demande afin de mieux la cerner et donc de mieux distribuer les fonds. Comme pour bien souligner cette tendance, mentionnons qu’il a été question de ce concept lors du dernier Forum Européen de la Culture, qui s’est tenu du 4 au 6 novembre dernier à Bruxelles, où un des thèmes de discussion était justement celui de l’élargissement des publics au moyen de la participation citoyenne (3).
– Une deuxième nouveauté consiste ensuite en l’ouverture géographique au Sud et à l’Est de l’Europe
(1) A voir ICI
(2) A voirICI 
(3)A voir ICI

2) En ce qui concerne le sous-programme Media:
– Un budget estimé à environ 10 millions d’euros pour 2014 (le gros du budget sera distribué vers la fin du programme, en cause les économies adoptées par le Parlement pour les années 2014 et 2015)
– D’une manière générale, on y facilitera le passage au numérique et les mesures porteront sur la formation, le soutien aux producteurs (notamment de jeux vidéo et c’est une nouveauté) avec une approche industrielle afin d’augmenter la compétitivité des industries créatives, l’accès au marché, la distribution avec l’augmentation de la circulation transnationale des œuvres, programmation télévisuelle, fonds de coproduction, réseaux de cinémas et enfin les festivals (de cinéma ou autre) avec toujours l’audience development en exergue et des critères d’évaluation moins stricts pour les projets (financement forfaitaire et non plus en fonction du nombre de films ou d’artistes programmés).

3) En ce qui concerne le sous-programme Culture:
– Une grande nouveauté: les plateformes de promotion des artistes et des œuvres. Mesures destinées à soutenir la création de plateformes d’organisations à vocation européenne et qui se focalisent sur l’émergence de nouveaux talents. Minimum 10 membres de pays différents et un financement pouvant atteindre 80% des sommes nécessaires….
– On reste dans la continuité en ce qui concerne les mesures de financement de création de réseaux, les projets de coopération, les traductions. Des mesures aussi pour faciliter le passage au numérique. Notons enfin des actions spéciales: le prix européen dans le domaine de la culture, le label du patrimoine et les capitales européennes de la culture

4) En ce qui concerne le volet transsectoriel :
Ce volet comporte un nouvel outil de garantie financière permettant aux petites entreprises culturelles et créatives d’accéder jusqu’à 750 millions € de prêts bancaires. Et c’est une autre des grandes nouveautés d’Europe Créative (et une des plus polémiques aussi !) : ce fonds de garantie pour les PME et organisations culturelles, visant à leur faciliter l’accès au crédit pour la réalisation de leurs projets, renforcera une certaine approche industrielle et l’aspect compétitivité des industries créatives. A chacun de se faire sa propre idée sur la question, et affaire à suivre surtout.
5) Qui est concerné par Europe Creative?
La culture européenne : le cinéma, la télévision, la musique, la littérature, les arts du spectacle, le patrimoine et les domaines proches. Le programme subventionnera au moins 250 000 artistes et professionnels de la culture, 2 000 cinémas, 800 films et 4 500 traductions de livres. Enfin le Programme Europe Créative sera ouvert aux 28 États membres de l’Europe et à d’autres pays s’ils remplissent les conditions nécessaires (cfr ouverture géographique).
6) La prise de conscience d’Europe Créative?
Selon les différents communiqués, l’argument de l’économie est mis en avant, même si d’autres dispositifs privilégient la cohésion sociale et le vivre ensemble: « la culture joue un rôle majeur dans l’économie de l’UE. Des études montrent que les secteurs culturels et créatifs représentent jusqu’à 4,5% du PIB de l’UE et près de 4% de l’emploi (8,5 millions d’emplois et beaucoup plus si l’on tient compte de leur impact sur les autres secteurs). L’Europe doit investir dans la capacité des secteurs culturels à gagner de nouveaux marchés et de nouveaux publics à l’échelon international, tout en renforçant la compétitivité des secteurs de la culture et de la création. ».

7) Le Calendrier d’Europe Créative:
19 novembre 2013 – adoption par le Parlement européen
5 décembre 2013 – adoption par le Conseil
10 décembre 2013 – lancement des premiers appels à propositions
Europe CreativeII -DES IDEES ET QUELQUES OUTILS PARMI D’AUTRES
1) Le programme « Europe pour les citoyens » propose aussi toute une série d’actions en vue de la participation des citoyens à la construction européenne, et notamment au travers de la culture. Il est ICI !
L’action 4 en particulier de la précédente version du programme (mais qui sera selon toute vraisemblance maintenue), intitulée Une Mémoire Européenne Active, prétendait notamment « favoriser l’action, le débat et la réflexion dans le domaine de la citoyenneté européenne et de la démocratie, des valeurs partagées, de l’histoire commune et de la culture ».

2) Le programme Erasmus + (40% d’augmentation de budget par rapport à la période 2007-2013, et ce malgré le Cadre de Financement Pluriannuel 2014-2020 « rogné » adopté par le Parlement à la mi-novembre!), émanant aussi de la DG Education et Culture, a également été approuvé. Celui-ci regroupe pas moins de 7 programmes-cadre préexistants en un seul, donnant lieu à une véritable refonte des instruments de financements en la matière. En particulier, le Lifelong Learning Programme- LLP (duquel était issu le sous-programme Erasmus que l’on ne présente plus !). En réalité, de nombreuses opportunités, souvent indirectes, peuvent être tirées de ce nouveau programme, notamment en matière de Jeunesse (ancien programme Jeunesse en Action), où des projets culturels peuvent être mis sur pied en ciblant spécifiquement les jeunes. Mais pas seulement. A suivre donc. Voir le programme ici .

Trime Creatiu BarceloneIII- LE TOURISME CULTUREL
Le tourisme culturel sera sans doute grandement facilité par ces nouvelles orientations, qui décloisonnent les secteurs habituels et qui estiment comme prioritaires toutes les démarches destinées à accroitre, qualitativement et quantitativement la fréquentation des sites et événements culturels.
A ce titre, notons que La DG Entreprise et Industrie possède une série d’actions spécifiques au tourisme et au sein de ce secteur, un volet spécial qui est dédié au tourisme culturel, avec des instruments de financement spécifiques.(Noter aussi dans le menu de gauche l’onglet ICT & tourist business initiatives, importance du numérique donc).
Le programme COSME (compétitivité des PME) présente, quant à lui, des instruments de financement à destination des entreprises du secteur touristique .
CONCLUSION
Une certitude pour terminer : les chiffres bien réels du dernier baromètre de l’OMT , attestent de façon formelle que le tourisme est un secteur qui ne connait pas la crise, ne serait-ce que parce que le nombre de touristes est en croissance d’environ chaque 5% chaque année !
Et quelques interrogations, enfin : devant tous ces instruments financiers, traduisant des volontés politiques, et qui combinés les uns aux autres favoriseraient immanquablement les secteurs de la culture et du tourisme, et par conséquent aussi le tourisme culturel, ne serions-nous pas face à un tournant? Y’a-t-il une réelle prise de conscience de la part du politique?
Ajoutons à cela la volonté de l’UNESCO affichée depuis la Déclaration de Budapest de 2002 d’encourager la participation active des communautés locales à l’identification, à la protection et à la gestion (touristique aussi donc) des biens du patrimoine mondial (4), comprenez par-là le pendant de l’« audience development » en ce qui concerne le patrimoine mondial, concept comme on l’a vu désormais relayé par l’UE au travers d’Europe Créative, se dessine-t-il là une tendance à œuvrer ensemble pour la poursuite d’objectifs communs en faveur de la culture, « matérielle et immatérielle » pour le coup?
On ne peut en tous cas qu’approuver les croisements possibles des financements, des critères qui consolident les nouvelles orientations européennes et internationales. Même si on peut aujourd’hui les juger encore trop timides, n’est-il pas important d’y adhérer ?
Personnellement, j’ose espérer que nous nous engageons dans une nouvelle direction et que nous saurons saisir les opportunités qui s’offrent à nous.
(4) Rappelons que le thème du dernier séminaire de la Chaire Unesco « Culture, Tourisme, Développement » et du réseau UNITWIN-UNESCO « Culture, Tourisme, Développement » Université Paris I Panthéon Sorbonne / IREST, qui s’est tenu à Paris le 22 octobre dernier a mis, entre autres, l’accent sur le fait que la participation des citoyens revêt une importance capitale dans la gestion et par conséquent la conservation des sites, car c’est notamment « un bon moyen d’éviter de transformer les habitants en simple relais d’un discours territorial produit par les institutions » (S. Jacquot).
AlessandraAlessandra Gentile
Diplômée en sciences politiques, Alessandra Gentile est Expert, Formatrice et spécialiste de la recherche de partenariats pour la culture , le tourisme et les itinéraires culturels. Alessandra vient de terminer une collaboration pour la Programmation de la nouvelle offre touristique du Parc National de la Région des Abruzzes, en Italie, après avoir travaillé sur La Route des Phéniciens, Itinéraire Culturel du Conseil de l’Europe en 2009. Sa première mission, en 2005, à la représentation permanente du Gouvernement Valencien auprès de l’UE (VALENCIA, Espagne) portait déjà sur les Programmes européens ( Culture 2000, Life, Leonardo et Equal).
Alessandra parle aussi quatre langues couramment, et poursuit dès qu’elle le peut sa formation de professionnelle. Je l’ai rencontrée au LabPATC SUMMERSCHOOL (Laboratorio de Patrimonio y Turismo Cultural), organisé par Jordi Tresserras à l’ Université de Barcelone, en Juin 2013.. En 2012, elle a suivi la session EU funding – Project Manager : formation intensive appliquée à la gestion de projets culturels, Università degli Studi di Teramo, après s’être orientée sur le tourisme culturel grâce aux cours de gestion de l’Universitat de Barcelona, 2008-2009.

 

Ken et JRKEN LE TOURISTE PARFAIT avait l’oeil…Il savait bien que l’énergie des filles commençaient à faiblir, côté « boulot », à partir du 15 décembre…L’odeur de la fête, sans doute, et celle des cadeaux. Ce qui le ravissait, c’était surtout de si bien cacher ceux de Barbie qu’elle n’aurait aucune chance de les retrouver, même avec une fouille archéologique. Alors il prit son air important, lista devant elle les trois semaines à venir et zut! « Pas moyen d’y arriver, my Dear! »  sauf, expliqua-t-il d’un ton docte, sauf  à changer les dix sept voyages qui l’attendaient, à décommander les douze avions de ligne et les trois jets privés réservés pour ses affaires, sans parler des palaces et hôtels, voitures et bureaux réservés, eux aussi, à pris d’or… »Mais Ken, dit son ex  en sanglotant, ce n’est pas possiiiiible? ». Mais non, dit Ken, c’était juste une blague, bien sûr que  je serai là le 24 au soir!

 

Notre photo : Ken est en parachute au dessus de l’oeuvre du photographe JR, au Kenya. (28 mm : Women are Heroes, Action in Kobera Slum, 2009) . Les deux autres photos viennent du site Internet de Turisme Creatiu, le tourisme créatif de Barcelona(Espagne).  

La semaine prochaine nous ferons un petit focus sur une nouvelle offre  touristique, de très beaux forfaits « Hôtels et Expositions! » A bientôt les amis !Et d’ici là, engagez vous! Nelson l’avait dit, chacun d’entre-nous peut-être son héritier.

les larmes de KenNelson MandelaLes larmes de Ken, ce soir du 5 décembre…Nelson

(4 commentaires)

2 pings

Passer au formulaire de commentaire

  1. Bonjour,
    Merci infiniment pour cette synthèse très claire.
    J’aurais souhaiter vous contacter pour en connaître un peu plus sur le sujet, notamment pour évaluer la pertinence d’initier des recherches de financement européens pour l’association Museomix qui développe une communauté d’innovation numérique auprès des musées.
    N’hésitez pas à me contacter. : aube Lebel@wanadoo.fr

  2. D’accord! Et merci pour vos compliments! Alessandra Gentile vous appelle, bien à vous et vive Museomix!

  3. Bonjour j’ai lu avec attention votre intéressant article sur les nouveaux financements européens en particulier le calendrier d’Europe créative. Êtes-vous au courant des nouvelles dates de ce calendrier en 2014?

    Symphonies Culturelles souhaite développer une plateforme collaborative entre porteurs des projets culturels latins et voudrais avoir plus de détails auprès d’ Alessandra Gentile.Pourrions nous la contacter?
    Notre mail : info@symphoniesculturelles.com

  4. Merci! J’ai transmis votre mail à Alessandra. Bien cordialement, Evelyne

  1. […] les travaux, depuis 25 ans, de Greg Richards  et de ses amis à la définition récente de la Creative Europe, en passant par le schéma de développement de Bilbao dès les années […]

  2. […] années à venir (« Creative Europe », voir le billet du blog de notre amie Alessandra Gentile sur ce budget). I – KEN D’ OR DE LA GOUVERNANCE DU TOURISME CULTUREL 1) L’ITALIE a fait […]

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.