Expositions immersives, le Grand Retour !

Voici de nouveaux formats d’expositions qui vont vraiment plaire à tous les publics. Les acteurs du Numérique et l’arrivée de nouveaux métiers sont en première ligne : arts numériques et Lab comme au Japon, réalité virtuelle dans des expositions très classiques ou encore happenings en Chine, pour une mini-exposition en ligne aux airs de tutoriel : « Je me transforme en Joconde ».
Voilà de quoi aussi renouveler le genre parfois un peu barbant des « expositions » classiques de nos musées, très prisées par les ultra-fans de la culture mais moins par tous les autres publics qui redoutent parfois leur  accès difficile et leur préfèreront une autre activité..Et ces expositions classiques ne sont pas toujours agréables à visiter  pour les visiteurs étrangers, faute de traduction des aides à la visite (Cartels, textes explicatifs, visites guidées, mini-fiches, etc…).
Les acteurs du tourisme pourront trouver dans ces « nouvelles formes d’expositions » des offres plus variées, plus destinées aux jeunes qu’à une élite d’adultes cultivés, adultes qui, de toute façon, ont de quoi faire avec l’immense choix d’expositions classiques!
De nouveaux talents, de nouveaux métiers sont révélés par ces expériences. Pour l’instant, les feux sont braqués à l’Etranger ou vers Paris, mais ces talents existent aussi dans toutes les régions : à vous, amis du tourisme et de la culture, de conjuguer vos recherches de ces talents pour produire de telles expos, très attractives!
Enfin, une grande nouveauté aussi : le Plaisir fait sa réapparition! Oui, ce sentiment que l’on oublie parfois dans les expositions traditionnelles, surtout destinées à être admirée ou à vous apprendre des choses. Prendre du plaisir, avec des interactions, dans une immersion, ou juste en regardant une petite vidéo est devenu beaucoup plus facile aujourd’hui. Nous avions déjà « Toulouse », avec ses musées malicieux, ses offres « drôles » et qui parient sur votre intelligence pour leur donner du sens, et  voici d’autres expositions qui vont vous plaire et vous engager, corps et âme!  Dernier plaisir, que nous venons de signaler pour les visiteurs étrangers: pas besoin des traditionnelles aides à la visite ( fiches, cartels…) ou de traductions : l’interactivité, le jeu ou simplement le regard suffisent à comprendre, regarder, aimer.
-Mes quatre repérages, en ce joli printemps :
de nouveaux lieux sont créés pour accueillir des scénarios d’immersion (Ateliers des Lumières, Paris) et des visiteurs connectés à la réalité virtuelle ou augmentée ;
– des lieux habituellement réservés à des expos-phares (Picasso, Impressionnisme…) réservés exposent en ce moment l’histoire des relations Artistes/Robots (Grand Palais,RMN)
la pluridisciplinarité devient majoritaire : la Villette, Cité des « sciences », nous fait une belle surprise avec une installation interactive proposée par de jeunes artistes japonais très créatifs (TeamLab)
Bref, nous avions vu, dans un billet récent, l’épopée des tiers lieux et Lab culturels qui expérimentent aussi de nouvelles formules, voici des lieux culturels qui font des expositions inattendues.
revisiter les façons d’exposer et les thèmes des expositions! Ajoutons, en essayant de ne vexer personne, que bon nombre de ces expositions chahutent l’histoire de l’art et , grâce à leur effet waouh, ces expos facilitent la découverte des arts ou du numérique, d’une façon ou d’une autre : la façon officielle, comme les ateliers de la lumière, mais aussi, en ligne, cette jeune chinoise maquillée en Joconde, vidéo qui est à la fois un tutoriel (Comment faire ?), un geste à partir d’un chef d’œuvre de la Renaissance et aussi : une petite exposition en ligne! (Notre photo : quand un artiste profite de sons affichage de street art pour demander udes dons via des QR codes..).

1- TEAM LAB, avec l’expo « AU-DELÀ DES LIMITES », est aussi une exposition- parcours et spectacle (15 mai-9 septembre, La Villette ,Grande Halle, Paris), sur 2000 m2. Personnellement c’est l’expo que je préfère parce que leur travail est une création : tout a été créé et sort de l’imagination des artistes japonais.
teamLab est donc un collectif d’artistes originaires du Japon formé en 2001,composé dit G.Morel, de «près de cinq cents informaticiens, programmateurs, mathématiciens, animateurs 3D, ingénieurs, vidéastes, architectes ». Leur oeuvre digitale est une installation immersive et interactive qui mixe les frontières de l’art, de la science, de la technologie et du créatif. Première grande expo en France de cette équipe, Au-delà des limites entoure les visiteurs d’images et les tableaux évoluent en fonction des déplacements et des mouvements des visiteurs. « L’exposition devient elle-même un organisme numérique vivant qui produit sans cesse de nouvelles images en rupture totale avec notre quotidien, pour un dépaysement onirique ».
Dans son article de Connaissance des Arts, le journaliste Guillaume Morel, : présente l’expo comme suit : « Le digital est au cœur de nos propositions, mais il est un moyen, pas une fin, explique la cheffe de projet Noriko Taniguchi. Notre volonté est de proposer quelque chose de totalement nouveau, en repoussant les limites de la création. » Le gigantesque dispositif imaginé pour La Villette comprend cinq installations interactives conçues autour des notions d’harmonie et de paix, dont Graffiti nature (un écosystème fantastique), The Way of birds (une migration d’oiseaux d’une poésie infinie), ou Universe of water particles, transcending boundaries, une cascade virtuelle d’une hauteur de onze mètres qui chute le long du mur avant de se répandre partout sur le sol. Chaque visiteur présent dans la Grande Halle, par ses déplacements, ses gestes, ses mouvements, influe directement et en temps réel sur l’évolution des images, des lumières, des effets visuels qui envahissent l’espace. « Notre objectif est d’abolir les frontières entre l’œuvre d’art et le spectateur. Nous aimons l’idée de ces individualités qui ne se connaissent pas, mais qui se croisent, s’effleurent, et participent au même moment à l’élaboration d’une œuvre commune et éphémère », conclut Noriko Taniguchi . (Grande Halle de la Villette. 211, av. Jean-Jaurès (Paris XIXe). Tél.: 01 40 03 75 75. Du 15 mai au 9 septembre).

Regardons la vidéo !  Video Team Lab , 1 :07 minute
https://lavillette.com/evenement/teamlab/

2- «ARTISTES & ROBOTS», jusqu’au 9 juillet au Grand Palais (Paris, VIIIe). Cette exposition invite tous les publics à expérimenter des œuvres créées par des artistes à l’aide de robots de plus en plus intelligents (Mouvements du corps, commande vocale, et…).Une trentaine d’œuvres nous donne accès au monde virtuel immersif et interactif, à l’expérience sensible du corps augmenté, de l’espace et du temps bouleversés. L’expo raconte aussi l’histoire de cette aventure entre technologie et artistes, entre art et sciences. En 1964, le grand artiste coréen Nam June Paik (1932-2006) présentait son Robot K-456, créé en hommage au Concerto pour piano no18 en si bémol majeur de Mozart (no 456 de Köchel) au Festival Avant-Garde de New York.Voir toute l’expo présentée par la journaliste Valérie Duponchelle , le 25/04/2018 sur « Sortir à Paris-Le Figaro) . Et suivre une petite  VISITE GUIDEE par l’excellent Hervé Thomas sur la vidéo ci-dessous(Vous pouvez zapper l’intro et mettre à 1 :40 mn pour entrer directement dans l’expo).

(Lien au cas où…: https://www.france.tv/france-2/telematin/516781-visite-guidee-artistes-et-robots-au-grand-palais.html)

3- ATELIER DES LUMIÈRES
L’Atelier des Lumières, est le nom du premier lieu culturel parisien de Culturespaces consacré à l’art numérique. http://www.atelier-lumieres.com/ L’exposition est un parcours immersif en compagnie des œuvres d’artistes viennois célèbres : Gustav Klimt ( période dorée, portraits et paysages) et de deux artistes influencés par Klimt, Egon Schiele et Friedensreich Hundertwasser. Le visiteur est donc plongé dans d’immense formats colorés et animés, qui sont des reproductions des œuvres ou de leur détails, en musique. Regardons la vidéo :

L’Atelier des Lumières – Expositions « Gustav Klimt » et « Hundertwasser » from Culturespaces on Vimeo.
Lien au cas où…https://vimeo.com/265759501 – Mes sources : Golem13, merci à vous ! –

4- UNE ARTISTE CHINOISE SE MAQUILLE EN MONA LISA
L’art utilisé, remanié : à chacun son œuvre !
Le maquillage devient performance avec cette artiste chinoise, He Yuhong. À 26 ans, elle expose ses mutations sur sa chaîne personnelle, sur le site Miaopai.
Un exemple ? La transformation de son visage pour représenter le célèbre tableau de Léonard de Vinci « La Joconde » avec Mona Lisa. « Cette idée lui est venue après qu’un fan lui ait dit en plaisantant que sa prochaine transformation devrait être en figure historique chinoise ou occidentales dans l’art classique ».
Bien sûr cette petite intervention ne peut être compare aux deux expos de La Villette et du Grand Palais ou à celels de l’Atelier des Lumières, mais j’aime ce côté do it yourself des makers amateurs d’art et de culture. Ils ne copient pas, ils réinventent : « « A partir du moment où vous voyez votre visage comme une feuille blanche, les possibilités ont infinies » déclare-t-elle,en ajoutant que chaque création lui prend entre 4 et 6 heures .

Mes sources Golem, article de FÉLIX MERCADANTE, « une artiste chinoise se maquille en Mona Lisa ».
– Twitter : @ | 15 mai 2018
La vidéo sur You Tube, visionnée plus de 20 millions de fois  YUYA MIKA Published on May 10, 2018

—————————————————
POUR EN SAVOIR PLUS sur ces expositions croisant numérique, spectacle et sensations

Mention spéciale pour mon Espace préféré à Paris, eh oui, j’ai comme vous des chouchous : l’Espace EDF Electra, qui présente l’exposition « 1, 2, 3 data « du 4 mai au 6 octobre, 6 rue Récamier à Paris (entrée gratuite). » L’exposition présente des œuvres qui cherchent à transcrire les flux de données issus du « big data », que ce soit les niveaux de revenus à Paris ou à New York (Hedwig Scherabon), le tournoiement des vents à l’aéroport d’Istambul (Refik Anadol) ou à l’échelle des États-Unis d’Amérique (Nicolas Belmonte), une analyse des selfies (Selfiecity), les flux d’ondes qui nous traversent (Architecture of Radio), un décryptage des expressions émotionnelles de Donald Trump lors de sa campagne électorale (Periscopic), l’analyse des centre d’intérêts d’un milliard d’internautes à partir des 250 milliards de recommandations qu’ils génèrent par mois (Dataveyes), la cartographie des données collectées par Facebook (The Human Fabric of the Facebook Pyramid), etc., ce ne sont là que quelques exemples. L’exposition est très interactive, il y a même un casino avec de véritables machines à sous où l’on obtient des jetons non pas en échange d’argent, mais en donnant, jusqu’au niveau où on le juge tolérable, ses données personnelles (prénom, nom, mail, adresse, numéro de sécurité sociale, téléphone mobile, empreinte digitale, numéro de carte bancaire). Très amusant. Une plateforme (123data.paris) permet de prolonger l’exposition sur Internet ».(Ce texte est celui du journaliste Philippe Herlin du Journal Economie Matin, jeudi 24 mai,  à lire ici!). 
1- La réalité virtuelle s’installe au Muséum national d’histoire naturelle

C’est une première pour un musée français : un espace permanent au sein de sa grande galerie pour plonger, lunettes 3D sur le nez, au sein de l’évolution. Une expérience immersive, pédagogique et ludique unique sur la biodiversité et l’évolution des espèces. (Le Figaro, par Par Lucas Latil Publié le 23/12/2017)
2- ART ET SCIENCES sur le site Golem, plein de petites expos sur les artistes qui jouent avec des illusions d’optiques ; Ici, l’artiste John V. Muntean fait bouger des briques Lego et obtient des formes différentes en ombres chinoises PERCEPTION

3- The Creator Project : un très bon site pour l’histoire de ces immersions artistiques, le street art, les innovations tech et art, etc… Facebook: http://fb.com/thecreatorsproject Twitter: http://twitter.com/creatorsproject Tumblr: http://thecreatorsproject.tumblr.com/ Quand le street art rencontre la 3D : création
4- Street art et illusions d’optique Manuel de Rita alias Peeta est un street artiste italien spécialisé dans l’illusion d’optique grâce à ses peintures murales monumentales qui recouvrent plusieurs façades de bâtiments à travers le monde. (article de Liceo Gatto Acropoli)
–5- Premiers robots et machines à peindre, à dessiner, des exemples, ici  ( Notre photo : machine àdessiner  de Tinguely en 1959).
6- Deux autres expos à Paris pour les fans Attention intelligences! Cette exposition est le fruit d’échanges entre chercheurs du CEA (Commissariat à l’énergie atomique) et artistes, initié par l’Atelier Arts Sciences de Grenoble. Interactive, elle présente huit œuvres pour comprendre comment nos attentions contribuent à construire nos intelligences. Quelle est ma capacité d’attention par rapport aux machines? Les machines peuvent-elles soutenir la pensée de l’homme? S’y ajoutent deux expérimentations avec Spoony, rencontre avec une créature artificielle et Plantoïde, une expérience robotique. Sans oublier les soirées 3 × 1 sur les robots, geeks et intelligence artificielle, les conférences…Maif Social Club. 37, rue de Turenne (Paris, IIIe). Du 18 mai au 2 août. Entrée libre.
Anne-Sarah Le Meur et Philippe Boisnard au Cube Premier centre dédié à la création numérique, ouvert en 2001, Le Cube accueille une rétrospective d’une des pionnières de l’art numérique: Anne-Sarah Le Meur(jusqu’au 13 juil.). et l’l’installation phAUTOmaton (jusqu’au 2 juin) de Philippe Boisnard permet au visiteur de créer un autoportrait à partir d’un texte qu’il tape sur ordinateur pendant que son image est capturée par une webcam. À partir de ces mots, son portrait est reconstitué et directement retransmis sur le site phautomaton.com. Une réflexion poétique sur notre identité numérique. À voir si vous habitez le quartier. Le Cube. 20, cours Saint-Vincent, Issy-les-Moulineaux (92). Tél.: 01 58 88 30 00.

———————————————————————————————————–

KEN LE TOURISTE PARFAIT revenait d’un de ces voyages qui lui faisaient a-do-rer son job de Touriste Parfait : douze réunions d’affaire en 3 jours, quatre Palaces et six jets privés, cinq taxis et deux motos, le tout entre Pékin et Los Angeles où il habitait. Barbie chérie, son ex, lui avait réservé une surprise : un petit tour à San Sebastian en Europe (Espagne, Pays Basque) au Congrès http://www2.unwto.org/es pour la Cent huitième session du Conseil exécutif de l’OMT, l’Organisation mondiale du tourisme . Délicieuse journée en vue, avec l’occasion de revoir son amie Maïté, restauratrice de peinture ancienne, et prendre un thé avec Malika et Maïté!  !!

 

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.