Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/nouveaut/public_html/nouveautourismeculturel.com/blog/wp-includes/post-template.php on line 284

Des Villes Google, Facebook et Microsoft

QUELLES VILLES POUR DEMAIN? La question interroge toutes les sociétés, et voici quelques solutions avec le prisme Numérique, Culturel et  celui du Tourisme urbain. Aujourd’hui, entre villes et campagnes, trois nouvelles villes vont éclore, pensées par des géants du Web : Google, Facebook et Microsoft. Villes hyper-connectées et Smart Cities  modèles ? Non, plutôt des quartiers pour y vivre et y travailler. Etre connecté y est évidemment une priorité, mais l’urbanisme fait aujourd’hui des pas de géant en donnant dans ces trois projets une priorité aux usages, aux liens entre les hommes et à leur mobilité. Nous verrons enfin, avec un formidable urbaniste qui a remodelé Vancouver pendant 20 ans, Brent Toderian, comment créer des villes pour l’homme et non pour les voitures! Et notre conclusion sera simple :  l’Urbanisme peut, plus que jamais, nous passionner encore depuis celui des Romains et la Renaissance, car il touche à tout, et ce n’est pas forcément un défaut!
I- LA VILLE EN TRAIN DE SE FAIRE… Que ces trois entrepreneurs  du Web décident de créer leur ville, rien d’étonnant : les villes ont toujours été créées par de fortes volontés politiques, évidemment mais aussi des désirs et des utopies, à partager (Phalanstères et autres lieux de « vie ensemble ».) Ce qui est nouveau c’est plutôt leur détermination à réaliser des villes « adaptées » au temps présent, plutôt que des lieux de pouvoir. On pourrait avoir peur de l’omni-surveillance des entrepreneurs sur leurs habitants, surveillance autorisée par l’arsenal des stratégies habituelles  (Surveiller, filmer, ficher, cadrer, punir…). Car ces projets font surtout penser aux modèles du Patronat qui, au XIXème siècle, avait pensé des villes pour  rapprocher travail et logements, mais aussi pour avoir, de façon paternaliste, les ouvriers à portée de main.  On vit ainsi la famille Schneider construire Le Creusot, les Crespi, en Italie, construire Crespi d’Adda ou William Lever (Lessivier) construire Port Sunlight en Angleterre et Cadbury construire Bourneville !
1- FACEBOOK CITY : MARK ZUCKERBERG, le PDG du réseau social, veut construire depuis 2015 une ville sur 80 ha à Menlo Park, où est installé le siège de l’entreprise,  près de San Francisco, au cœur de la Silicon Valley en  Californie. «En travaillant avec la communauté, notre objectif pour le Willow Campus est de créer un village intégré et mixte qui fournira des services nécessaires, des solutions d’hébergement et de transport, ainsi que des bureaux « , explique John Tenanes, vice-président pour les installations mondiales et l’immobilier de Facebook.(Source : Genération Nouvelles Technologies du lundi 10 Juillet 2017 )
-Cette « ville nouvelle», actuellement nommé Campus Willow, accueillerait les 13.000 salariés pour qu’ils y vivent en plus d’y travailler. C’est un projet  à 200 milliards de dollars, confié le projet à Frank Gehry qui, avant de signer le musée Guggenheim de Bilbao et la fondation Louis Vuitton à Paris était l’enfant doué de la nouvelle architecture de Los Angeles et de la Californie (Années 80). Et, aujourd’hui, Franck Gehry est devenu un architecte star.

Au programme, pour l’instant : 1 500 habitations, 11 000 mètres carrés de surfaces commerciales, (magasins, services du quotidien mais aussi restaurants, hôtels…) et plus de 150 000 m2 de bureaux pour accueillir d’autres entreprises et développer l’emploi.
La construction de cette ville-quartier est prévue pour 2021 et les premières réalisations dès 2023.
en rouge : Libé En savoir plus Libération du 10 juillet . En voir plus avec la vidéo (59 secondes) ICI!  (Photo de Mark Zuckerberg – Wikipedia Ce fichier est sous licence Creative Commons).

2- LA VILLE de GOOGLE ! La ville ultra-connectée d’Alphabet pourrait voir le jour dès 2020 à Toronto au Canada, sur Quayside, 5 ha de friches industrielles au bord de l’eau  pour un coût final de plus d’un milliard de dollars .Le comité de direction de Waterfront Toronto, organisme public chargé du réaménagement des quartiers au bord de l’eau, a donné son accord en juillet à l’entreprise chargée du projet, Sidewalk Labs. Peu de détails , sauf que là aussi ce sera une ville construite à partir de rien, a annoncé le directeur Dan Doctoroff dont l’agence développera « un projet audacieux qui relie une approche avant-gardiste en matière d’aménagement urbain aux nouvelles technologies afin d’améliorer la qualité de vie » (Tweeté par Sidewalk Labs)
– Comme toutes les villes du futur, on y retrouvera des Smart buildings connectés, des capteurs de circulation pour réguler les flux et stationnements des voitures, qui seront évidemment sans chauffeur car autonomes. Les conférences de presse évoquent un coût bien moindre que ceux de la Facebook City, avec un investissement d’un milliard de dollars pour cet aménagement urbain avant-gardiste.(Source : Les Echos,Alphabet va pouvoir construire sa ville du futur à Toronto , un article de JENNY CHE du 04/08/2018 )

3- La VILLE de MICROSOFT de Bill Gates, ville baptisée Belmont, serait construite dans le désert de l’Arizona, et cela pose déjà quelques problèmes dans la région, selo le journal Suisse Le temps où nous avons trouvé ces ifnormations.
– La «smart city» de Bill Gates devrait coûter 80 millions de dollars pour une ville High tech qui serait construite à 60 kilomètres de Phoenix,dans une zone assez désertique, aujourd’hui. Les promoteurs annoncent « une ville de la superficie de Paris avec une population de 180 000 habitants et 80 000 logements ». La ville, construite sur un terrain peu cher, sera évidemment équipées de :
– réseaux internet à très haut débit, de
– voitures autonomes,
– centres de données et plateformes logistiques autonomes. En d’autres termes, une smart city.L’Arizona, Etat qui voudrait être une seconde Silicaon Valley .   « Doug Ducey, le gouverneur de l’Arizona, a déjà fait part de son soutien. Car cet Etat cherche à devenir l’un des centres de l’innovation dans le pays » dit l’article du Temps. Uber, Waymo et Intel y sont déjà présents  pour tester leurs technologies dans le domaine des voitures autonomes.
– Brent Todorian , qui dirige UrbanWorks (voir ci-dessous) et a regénéré la ville de Vancouver pendant 20 ans de responsabilité à l’Urbanisme,  est très sévère :  » Pour les ressources en eau, l’endroit est presque inhabitable. En plus, il est déconnecté du centre urbain. C’est doublement idiot». Brooks Rainwater, directeur du Centre de recherches appliquées à la National League of Cities (voir aussi ci-dessous) va plus loin « Plusieurs nouvelles villes ont été construites pour quelques privilégiés et pas pour le plus grand nombre. Dès le départ, cette ville doit donc chercher à créer des logements, des écoles et des services pour toutes les catégories sociales
– Même si Le marché des technologies des smart cities pourrait représenter 34 milliards de dollars par an en 2020 (33 milliards de francs) selon la Consumer Technology Association, il faut se méfier des modes, affirme aussi Brent Toderian. «La tendance a malheureusement été de définir les smart cities par l’application de la technologie ou la collection de données», regrette l’urbaniste. Cela vous rend bien informé, pas plus intelligent. Il faut respecter les fondamentaux: l’utilisation des terrains, la mobilité, le développement durable. La technologie aide, mais elle ne remplace pas les fondamentaux.» Brent Toderian trouve d’ailleurs le projet développé par Google plus pertinent que celui de Microsoft parce qu’il se trouve déjà en zone urbaine.
En CONCLUSION
A mon avis il est trop tôt pour se prononcer sur les projets qui ont livré très peu d’information. Mais ces trois villes du futur reposent des  questions d’avenir pour nos sociétés avec  l’occasion de tout redéfinir : le rôle de la ville; la place de l’humain ou l’avenir du travail ; les transports ou l’accueil des jeunes. Bref, réfléchir à la ville et à ses connections ouvre à peu près toutes les portes des mutations actuelles, et en cela elles apportent beaucoup sur la connaissance des comportements ou sur les idées que toute autre exemple de transformation. Par exemple les réfugiés font partie, pour beaucoup d’urbanistes-architectes d’un urbanisme à développer où l’on pourrait «Venir et Partir »;car plus d’un milliard d’humains doivent fuir des guerres ou d’autres catastrophes comme le réchauffement climatiques en permanence. Comment concevoir  une ville à habiter pour ceux qui ne feront que  « Venir et partir » , deux  actes qui, quand ils sont volontaires, changent de nom pour s’appeler « Tourisme » ?
– «Une smart city est un lieu connecté, technologiquement avancé, tourné vers l’avenir», définit Brooks Rainwater, directeur du Centre de recherches appliquées à la National League of Cities (voir aussi ci-dessous) , qui va plus loin : «Si  elle doit par exemple aider à diminuer les temps de transport, optimiser la consommation énergétique ou réduire la pollution, elle doit surtout rester centrée sur les gens. La technologie ne doit pas effacer le facteur humain», ajoute-t-il. (Le Temps, Journal Suisse).

  • LA RENAISSANCE DES VILLES ? L’attitude de ces trois créateurs de villes, patrons de Facebook, Microsoft et Google, est plutôt une volonté semblable à celles des princes de la Renaissance : marquer son temps en construisant un lieu de vie essentiel, une ville, dont le modèle s’épuise peu à peu et est assez rétif aux changements numériques. Rien à voir avec d’autres modèles d’urbanisme précédents, comme celui des romains ou de New-York qui, avec 20 siècles de différence, ont les mêmes  rues à angle droit, sans doute  pour que les armées (Rome) ou les voitures (NYC)  s’y retrouvent rapidement! Ces trois modèles n’ont rein à voir, non plus,  avec nos  « villes nouvelles » de quartiers périphériques destinés à accueillir l’afflux d’un exode rural vers les villes puis le boom des naissances de l’après-guerre ou encore quelques centaines de milliers de travailleurs et rapatriés de nos anciennes colonies.
  • Non, ces trois villes seront bien le « fait des Princes » du Web, mais avec les tendances de leur époque : diluer les frontières entre le travail et les loisirs ; observer et répondre aux mobilités douces ; construire durable, vert, écolo-compatible. Choisir les meilleurs (Franck Gehry pour Zuckerberg). Ces nouvelles villes et quartiers seront surtout conçus comme des lieux de mobilité et de liberté, ceux qui animaient les premiers campus américains. Du moins peut-on l’espérer car la surveillance permanente que nous craignions dans notre indroduction  a bien eut lieu et se poursuit, mais par d’autres biais que celui de l’urbanisme.

  • POUR PROLONGER CE BILLET DU BLOG :
    1– Voir en vidéo ( En Anglais ou en espagnol) l’urbaniste Brent Toderian @BrentToderian City planner + urbanist at @TODUrbanWORKS. Former Vancouver chief planner. / – Il habite et travaille à Vancouver, British Columbia
    « Une ville est faite pour les gens, pas pour les voitures. Et ne pensez pas que les véhicules automatisés peuvent sauver les villes. Ils ne le feront pas:La voiture-type, en Europe, est au parking 92% de son temps et un tiers de son temps de trajets est dédié à la recherche d’une place vide pour se garer. Ses cinq places assises se transforment en 1,5 place dans les faits. Le gros de l’énergie va au transport de la voiture, pas au transport des passagers ». Voir sa vidéo  ( en anglais et en espagnol) où il explique le « modèle « Vancouver », ici:  https://www.youtube.com/watch?v=35gETHT1u6s et sur notre photo.
    2- VOIR LE CENTRE DES SOLUTIONS POUR LA VILLE
    La Ligue Nationale des Villes (National League of Cities) est une mine de ressources si vous « débutez en Smart Cities ».
    – Son  Centre for City Solutions est à la pointe des connaissances sur les villes et l’innovation et aide les villes qui le lui demandent à préparer leur avenir.Le Centre dispose de services de recherche, de ressources et bonnes pratiques, d’assistance technique et peut aussi former les professionnels ( Rose Center for Public Leadership ; Sustainable Cities Institute et des étudiants ( NLC University).
    RESSOURCES : ces PUBLICATIONS de la NLC , avec les photos des Rapports dans l’article. 
    1)L’avenir de l’équité dans les villes, 15 novembre 2017
    2) L’Avenir du travail dans les Villes : https://www.nlc.org/resource/the-future-of-work-in-cities
    Lien du Rapport , ICI.
    3) Villes du Futur Technologies et Mobilités (2016) :
    4) Relier l’Urbain et le Rural (28 pages, )
    REVOIR l’article de LinkedIn qui nous sa mis sur la route pour écrire ce petit billet ! ICI :  Bientôt des villes Google et Facebooket Microsoft
  • ———————————————

KEN LE TOURISTE PARFAIT hésitait, aujourd’hui. En sortant de la piscine, lieu idéal pour jouer avec son ex, Barbie Chérie, il ne savait répondre à sa question «Oh, Ken, pour nos ,vacances, préfères –tu commencer par l’Arizona, Toronto ou la Silicon Valley ? » En fait de vacances, il s’agissait juste d’un week-end, car Ken ne prenait jamais de congés, tout entier à ses Affaires, ses Voyages, ses Hôtels et son extrême attention à bien laisser des retombées économiques partout sur son passage…Nobody is Perfect ? Mais si, votre ami Ken le Touriste !

(Notre photo volée : Ken en Bretagne, avec une nouvelle Petite Chérie, et  Chut! N’en dites rien à Barbie!).

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.