Quatre nouvelles très Numériques!

Cette semaine, quelques nouvelles pépites du Numérique pour la Culture et le Tourisme : la Ville de Paris met toutes ses collections en ligne, en haute définition et en open source. DATA Tourisme  fête ses deux ans et sa collecte continue. La première étude sur les catalogues numériques va vous épater ! L’ Association des Musées suisses nous apprend (enfin!) à créer une stratégie digitale « globale », et enfin Commmunicant.info et Ronan Guern nous proposent le  Guide de Ronan : Comment mieux piloter son projet digital dans un établissement culturel ?                                                          – Méthodes, stratégies et usages, voilà notre cueillette numérique pour le Nouveau Tourisme Culturel aujourd’hui . Avec l’ Open Culture, les  usages numériques et la professionnalisation, qui sont  LE grand secret!(La Descente en Parachute par Spencer- Photo en Open source sur le site des musées de la ville Ville de Paris).

 

I- OPEN CULTURE 

1- LES MUSÉES DE LA VILLE DE PARIS passent à l’Open source !
Paris-Musées : 150 000 œuvres des collections des 154 musées de la Ville de Paris en accès libre sur le web depuis début janvier, en haute défintion, en open content, gratuitement et sans restriction technique, juridique ou financière, pour un usage commercial ou non » ; les images appartiennent au domaine public et sont enregistrées sous la licence CCØ (Creative Commons Zero). Elles sont mises à disposition de tous les internautes », explique Paris Musée. Dans les mois et années à venir, 321  111œuvres devraient être accessibles en ligne !
– Parmi les 14 musées figurent les plus célèbres collections : Musée d’Art Moderne de Paris- Maison de Balzac-Maison de Victor Hugo – Musée Bourdelle-Musée Carnavalet (Histoire de Paris)-Musée Cernuschi (musée des Arts de l’Asie de la Ville de Paris)- Musée Cognacq-Jay, le goût du XVIIIe- Musée de la Vie romantique- ou le Petit Palais, qui est le musée des Beaux-arts de la Ville de Paris. Lien de cette annonce,  ici 
« Ce lancement de l’Open Content, dit encore Paris Musées, contribue à l’accroissement et à l’amélioration de la diffusion des collections et vient renforcer les actions en faveur d’un meilleur accès à l’art et à la culture. Il favorise également l’augmentation de la visibilité des œuvres et la connaissance des collections municipales en France et à l’étranger ». Saluons cette nouvelle étape, très attendue, du développement de la politique numérique de Paris Musées, qui fut un peu compliquée pour les raisons habituelles (Contrats antérieurs et droits de propriété antérieurs).
– ACCÈS : Via le Portail des collections  : les images des œuvres sous licence CCØ sont téléchargeables soit directement depuis la fiche de l’œuvre en question, soit depuis une page dédiée aux images libres de droits accessible via la page d’accueil ou encore Via l’API (Application Programming Interface, ou application des collections). j’y ai fait un petit tour et, franchement, ne suis pas très convaincue par l’ergonomie. Laissons-leur un peu de temps, tout en rappelant que le fabuleux site du Rijksmuseum d’Amsterdam fut créé en 2011, a 400 000 oeuvres en ligne, que vous pouvez y naviguer très facilement mais aussi y jouer, participer,détourner ou découper, comme il vous plaira.Bref, un bonheur!

2- LE DISPOSITIF DATA TOURISME FÊTE SES 2 ANS ! Avis à nos amis de la Culture qui n’auraient pas encore apporté leur contribution :
En France 300.000 « points d’intérêts » (POI), lieux, itinéraires ou événements touristiques ont été mis dans la base. Ces POI couvrent la quasi-totalité du territoire français avec 12 régions et 90 départements participant à la démarche. Sur son site, Data Tourisme annonce 11 million de téléchargements de POI sur les 30 derniers jours https://info.datatourisme.gouv.fr/

Vidéo  (Et voici le lien au cas où…:  https://youtu.be/qmMgwpr_2_0)

⇒Un exemple concret avec le descriptif d’une professionnelle du Tourisme, dans l’Oise, Marie BREUT Responsable qualité et gère la DATA chez Agence Oise Tourisme, qui précise sur LinkedIn: « Depuis 2 ans, L’Agence Aisne Tourisme , L’Agence « Somme Tourisme » et les offices de tourisme des trois  départements partagent leurs données touristiques en les mettant en open data via la plateforme datatourisme.fr C’est plus de 6800 POI disponibles pour mettre en valeur notre région et son potentiel touristique. »

II- QUELS USAGES POUR LE NUMÉRIQUE ? (Ci- dessus : quand les images étaient exposées, en vrai et en vrac, au XVIIIéme siècle- Christian Stöcklin, peintre allemand (1741–1795- Légende complète  ci-dessous, PeSP) 
1- PREMIÈRE ÉTUDE SUR LES CATALOGUES NUMÉRIQUES des expositions , qui
a) dépassent largement les limites de l’impression en termes d’interactivité et de navigation ;
b) sont évolutifs, avec la possibilité d’ajouter de nouvelles informations et interprétations ;
c) peuvent atteindre un public plus large que les catalogues /papier et permettent aux utilisateurs d’ajouter leurs propres informations
d) Leur avenir serait d’associer d’autres institutions ou données pour accroître la convivialité en incorporant des conventions normalisées
⇒Dans cette étude, on voit enfin comment « mesurer l’engagement » des internautes, et comment les catalogues ont réussi à attirer un public plus large que leurs publics-cibles (Chercheurs, Pros des musées, Profs, bibilothécaires…).
– On y apprend aussi que L’INTÉRÊT POUR DES ŒUVRES D’ART et pour les  images de haute qualité sont de puissants moteurs du trafic de catalogue, avec lexemple du Philadelphia Museum of Art  montre comment les outils numériques peuvent grandement améliorer l’expérience utilisateur, à condition qu’ils soient faciles à localiser.Les participants ont salué les outils qui élargissent le contenu mis à leur disposition (par exemple, l’accès aux documents d’archives ou aux images infrarouges), organisent les informations de nouvelles façons (cartes interactives, comparaisons d’images côte à côte) et fournissent des conseils de citation. Les observations montrent aussi que les utilisateurs veulent toutes les informations, mais pas toutes en même temps. Ou que les fichiers PDF et les images téléchargeables sont essentiels pour les utilisateurs.

2- L’ASSOCIATION DES MUSÉES SUISSES et les usages numériques 

  • Un formidable numéro spécial de l’AMS/ICOM, (Association des musées suisses et International Council of Museums) est consacré aux usages numériques des musées. Pour la première fois, l’approche est globale et l’approche stratégique, avec des exemples et des évaluations.
    « La culture du numérique offre aux musées quantité d’occasions de remplir leur mission en tant que lieux de connaissance, de préservation et de communication, et ce d’une manière large et diversifiée, inclusive et participative, en réseau et à l’échelon international.
    La numérisation touche tous les secteurs des musées: administration, développement et entretien des collections, gestion des expositions et médiation, communication et marketing. Par conséquent, il convient d’aborder cette mission transversale depuis tous les secteurs à la fois. Cette brochure fournit des outils et pistes de réflexion pour l’élaboration et la révision d’une stratégie numérique globale, ainsi que pour son éventuelle mise en œuvre dans sa propre institution; elle entend aider les professionnels des musées à développer leurs compétences numériques et à prendre des décisions stratégiques.
    L’objectif est d’amorcer ou de reprendre un échange avec les utilisateurs et utilisatrices, en fonction de l’image que chaque institution a d’elle-même, et, ce faisant, d’établir des rencontres réussies, sur place et en ligne. »

Contact : Association des musées suisses AMS c/o Musée national Zurich Case postale 8021 Zurich Tél. 044 218 65 88 –  info@museums.ch www.museums.ch

III- GUIDE PROFESSIONNEL : Comment mieux piloter son projet digital dans un établissement culturel
Grace au toujours très performant Communicant.info de Cyril Leclerc, voici en ligne un excellent Guide,  parfait exemple de la de transmission des savoirs !
Ce guide sera très utile aux professionnels de la culture mais aussi à leurs partenaires, dont ceux du tourisme tout comme le riche interview de Ronan Le Guern!On vous rassure tout de suite : son guide  n’est pas une longue thèse ou un ouvrage universitaire un peu cryptique. Au contraire, dans celui-ci, Ronan Le Guern parle d’un projet des plus pragmatiques (la refonte d’un site internet), tout en passant au crible différentes méthodes pour piloter un projet digital, grâce à sa grande expérience au 104 à Paris depuis 2007.
Avec pédagogie et humour, il propose un retour d’expérience qui pourrait s’avérer précieux à des acteurs culturels s’intéressant à la transformation digitale de leur projet ou établissement.
– « Centrer la conception sur l’utilisateur » (Cf. le développement récent de postes de responsable de l’expérience visiteur dans les musées; ou encore  les démarches de management de l’innovation (et notamment le design thinking)[…]. « Au delà de la compréhension de termes techniques, la gestion d’un projet digital implique de travailler avec de l’humain : parcours des publics visés, implication de l’équipe du 104… Finalement travailler sur le digital est tout une aventure… humaine ? »

Ronan Le Guern _Crédit Photo Quentin Chevrier nov. 2019

Ronan Le Guern passe au crible 15 méthodes, outils ou techniques qui lui ont permis de faire avancer le projet digital (la refonte du site 104 factory). Il présente aussi ses cinq outils préférés et pourquoi ?( Les 5 « why », l’entretien utilisateur, le « crazy eight »,les  zonings et des wireframes, l’AttrakDiff, utilisés pour les différentes phases (Planification, exploration, idéation, génération et évaluation).
– En conclusion, laissons la parole à Ronan pour un résumé : « Le site Web d’un lieu et sa présence sur les réseaux sociaux constituent de formidables vecteurs de transmission. Ce sont également des leviers promotionnels dont on ne saurait se passer aujourd’hui. Mais quand on en vient à l’épineuse question de la création (ou de la refonte) du site, de l’application mobile, ou de tout autre produit digital représentant l’institution et ses valeurs, les difficultés s’amoncellent. Tantôt décisionnelles, budgétaires, techniques, elles peuvent être le signe d’un manque de préparation, d’expérience, de temps… Comment faire alors pour mieux piloter son projet, dans un contexte où l’émotion, l’urgence et l’imprévu influent fortement sur la prise de décision ? »

Pour lire cette publication, qui est aussi un mémoire de Ronan Le Guern c’est ici ! Et merci Cyril et Ronan de ce partage !

POUR EN SAVOIR PLUS
1- OPEN CULTURE : PRINCIPAUX MUSÉES ET BIBLIOTHÈQUES QUI ONT MIS EN LIGNE MASSIVEMENT LEURS COLLECTIONS DEPUIS 2011Lien 2016  d’Open Culture, Collection SFMoMA Rauschenberg -Centre d’art Cantor de l’Université de Stanford -La British Library Le British Museum Le Getty The Met Le Musée d’Art Moderne / MoMA Le Rijksmuseum (210,00)Le Smithsonian La Tate
2- CATALOGUES NUMÉRIQUES Référence « Quimby, Claire. Étude des catalogues numériques : Une étude  inter/établissements  Collection Catalogues . Chicago, Art Institute Institute of Chicago, novembre 2019. » / .Contributions : Rockman ;l’Art Institute of Chicago ; J. Paul Getty Museum ; National Gallery of Art ;Philadelphia Museum of Etude Droits d’auteur © 2019 Art Institute of Chicago Ce travail est sous licence Creative Commons Attribution 4.0 International License- Liens : L’édition en ligne est hébergée sur GitHub à https://digpublishing.github.io/catalogues-study , et le référentiel de code et de contenu peut être trouvé à https://github.com/digpublishing/catalogues-study
3- COMMUNIQUANT.INFO Merci,  Cyril et Ronan ! Voir aussi d’autres articles récents sur Communiquant.info, passionnnants :
-février 2020 : Participation, coopération, communautés (18e rencontre du TMNLab)                                               — janvier 2020 Les outils numérique au service d’une stratégie de développement ja                                                    — Janvier 2020  Exposition et immersion : vers une mutation des modes d’appropriation de l’exposition ? 

4. PHOTOS : Le cabinet de peintures du marchand de vins et banquier de Francfort, 1776 – Collection de Johann Noë (Noah) Gogel d.Ä. (1715-1781)- Oeuvre de Christian Stöcklin, peintre allemand (1741–1795) Huile sur panneau. Source/Photographer: Moderne Offsetwiedergabe, gescanntPublic domain-This work is in the public domain in its country of origin and other countries and areas where the copyright term is the author’s life plus 100 years or fewer. et .La descente en parachute Anonyme, dessinateur- Dates: Entre 1880 et 1900 Institution :Musée Carnavalet, Histoire de Paris. (Open Source).

—————————————————————————————BONNE SEMAINE, MES AMIS!

Ken à la FIAC, se sent tout nul dans les expos Arty

KEN LE TOURISTE PARFAIT  était extrêment satisfait de voir que les hivers étaient devenus aussi chauds que les étés. Cela lui permettait d’éviter le ski en Europe, ou Barbie voulait toujours le traîner… Tiens, justement, Barbie Chérie entra toute réjouie « Ca y est! J’ai pris nos places cet été pour le Bassin d’Arcachon, en France!« , dit-elle d’un ton triomphant. « Tu comprends, Ken, comme on ne peut pas aller en Suisse, vu le peu de neige, nous irons skier sur les aiguilles de pins, en juillet prochain!« .  Comment ferais-je sans cette femme vraiment géniale, pensa Ken, fatigué de sa semaine de Palaces, Gastronomie, Champagne, Rendez-vous d’Affaires et Investissements Financiers… » Elle pensait à tout! ».

(1 commentaire)

  1. Coucou Evelyne,

    Tu connais le Musée Escoffier de l’art culinaire ? il est membre de notre fédération…

    Bises

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.