Patrimoine Pyrénéen, Innovations et réseaux, 6 Mai 2010

 

 
 
 

Une nouvelle invention de nos élites : La Maison de l’Histoire de France (Suite au bas du billet)

Le Massif des Pyrénées, entre Atlantique et Méditerranée ,  compte plus de 500 000 habitants. Il  comprend 1182 communes , 6 départements (Pyrénées-Atlantiques, Hautes-Pyrénées, Haute-Garonne, Ariège, Aude et Pyrénées-Orientales) et 3 régions (Aquitaine, Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon).( Décret de son périmètre du 16 janvier 2004)
Initiative
Le Massif a bien de la chance,  car Charles Pujos, Commissaire à l’aménagement, au développement et à la protection Massif Pyrénéen,
 est un homme remarquable par ses  compétences  (ce qui est normal à ce poste, me direz-vous…), et  un homme de synthèse, qui sait définir concrètement et avec simplicité le rôle de la Culture par rapport au développement du Massif. Charles Pujos  et a donc pris l’initiative de  présenter les différents enjeux du développement territorial avec le prisme de l’approche  NTIC. En concluant la Rencontre, il a aussi encouragé les opérateurs présents (Culture, mais aussi Tourisme, développement local, Réseaux…) à se mettre à l’ouvrage ensemble pour partir vers une nouvelle aventure de développement, avec les TIC en appui.  Un appel à projets pourrait voir  le jour, suite à cette rencontre, pour mettre en œuvre une première expérimentation, à grande échelle, celle du massif, avec sans doute un dialogue, inter frontalier, France/Espagne. 

2 – Le Réseau Culturel était l’opérateur de cette troisième rencontre, et a mis tous ses savoir-faire au service du Commissariat. Nous devons insister sur le pilotage et la prise en charge de ce type de rencontres par Claire Bertrand, la Directrice du réseau :
– Définition des thèmes généraux et prise en compte des forces locales ;
– Construction d’une programmation (intervenants, sous-thèmes…) qui représentent au mieux les forces vives et  les résultats de  tendances éprouvées, en France et à l’étranger ;
– Excellence de la préparation et de l’organisation des Rencontres 

3 – L’Innovation au centre !
Bien évidemment l’Innovation fait rarement l’unanimité, et il se trouve et se trouvera toujours des acteurs (Professionnels, mais aussi élus, ou relais de tel ou tel ministère…) pour dire que l’ « On n’en est pas là ! », ou pour souhaiter de développer les « fondamentaux » (Conservation/médiation ou guidage touristique classiques …).
Cependant une nouvelle génération d’acteurs, plus ouverte, qui ne craint pas de réinterroger les pratiques actuelles, les certitudes acquises, a vu le jour dans le Massif et ailleurs, comme en témoigne la forte demande de participation à cette Rencontre.
Voilà ce qui nous a ravi, dans le couple réussi « Commissariat » et « Réseau Culturel », cette générosité, ce goût du risque, aussi, car « faire son deuil » des anciennes pratiques est encore un sujet tabou, comme en témoignent 98% des thèmes des colloques organisés dans notre pays sur la Culture et le développement territorial aujourd’hui. Toujours très consensuels, miroirs de « notre » réussite, ils encensent plus qu’ils ne défrichent, confortent leur auditoire plutôt que de lui faire comprendre les changements de l’environnement.
Les rencontres Pyrénéennes sont tout autres, avec une réelle ambition d’aller de l’avant, de débattre de ce qui ne fait pas consensus, bref, une réelle intelligence mise au service de l’avenir de ce territoire. 
Conclusion : avec une présentation complète des usages, un panorama des « possibles » outils, des expériences étrangères ( Excellente présentation de la Catalogne) et de nombreuses méthodes de travail présentées ( Comment monter des parcours sonores : analyse des choix possibles, critères de prises de décision), cette ouverture aux TIC pourrait déboucher sur un appel à propositions, pour les territoires, qui sauront  mieux sur quels chemins ils peuvent partir, groupés si possible, et « interconnectés », nous n’en doutons pas !  
4 – La  3e Rencontre pyrénéenne du patrimoine « Les TIC au service du patrimoine» , 6 mai 2010 , à la Maison du Savoir, 4, bis avenue des châtaigniers- St-Laurent-de-Nestes (Hautes Pyrénées)
Programme des interventions :
Mots de bienvenue par Françoise Debaisieux, sous Préfète de Bagnère de Bigorre et Josette Durrieu, Sénatrice,Présidente du Conseil Général des Hautes-Pyrénées,Présidente de la communauté de communes du canton de St-Laurent-de-Neste et de la Maison du Savoir.
 – Introduction
par Evelyne Lehalle, expert en tourisme culturel, animatrice de la rencontre.
– Centre d’interprétation numérique Grottes de Gargas
par Josette Durrieu, Julien Fauré, géomaticien du CETIR et Nadine Tibini, directrice de la Maison du Savoir.
– Ce que les TIC peuvent apporter à la visite du patrimoine culturel, par Xavier Dalloz, directeur de XDC Consulting, expert international en TIC et André-Yves Portnoff, directeur de l’Observatoire de la Révolution de l’intelligence, groupe Futuribles international. Panorama mondial des exploitations actuelles des TIC pour valoriser le patrimoine. Des voies nouvelles et des partenariats à définir pour construire l’attractivité des territoires.
Déjeuner
– Mise en perspective : l’avenir du patrimoine dans un monde massivement interconnecté. Incidences pour le patrimoine des Pyrénées,
par Xavier Dalloz et André-Yves Portnoff, co-auteurs de « TIC  et visite culturelle», Atout France
– Géo Xating dans le réseau de tourisme industriel de Catalogne par Josep Maria Pey Cazorla, directeur de Xatic, le réseau de Tourisme industriel de la Catalgone : www.xatic.cat 

– Méthodologie pour créer un parcours sonore par Claire Bertrand, directrice du Réseau Culturel.
Synthèse , Université Toulouse Mirail, Cetia Foix

Clôture du séminaire par Charles Pujos, Commissaire à l’aménagement, au développement et à la protection Massif Pyrénéen.  

5 – Pour en savoir plus :
– Le Commissariat à l’aménagement, au développement et à la protection du massif des Pyrénées
 Le Commissariat à l’Aménagement des Pyrénées , www.datar-pyrenees.gouv.fr, a été créé en 1974, avec pour mission d’animer  la politique d’aménagement et de développement du Massif des Pyrénées. Il assure une fonction d’ingénierie de projet dans les différents secteurs d’activité concernant la montagne ainsi que la mise en oeuvre des différents outils financiers : la Convention Interrégionale de Massif des Pyrénées 2007-2013 et l’Objectif 2 issu du Fond Structurel Européen concernant l’axe interrégional du massif des Pyrénées .Voir le texte de cette convention :   http://www.sig-pyrenees.net/massif/docs/CIMP-2007-2013%20du%2010-09-2007.pdf.  Ce Commissariat dépend de la Délégation interministérielle à l’aménagement du territoire et à l’attractivité régionale DATAR, ex DIACT, ex-ex DATAR).
– http://www.sig-pyrenees.net/
L’Observatoire des Pyrénées a pour but de présenter, de comparer et de diffuser de l’information socio-économique et environnementale sur le Massif des Pyrénées.  Ces informations sont proposées sous différentes formes complémentaires: un Atlas qui regroupe un bilan de l’existant  avec un résumé des principales données socio-économiques des Pyrénées dressant une carte d’identité économique du Massif, ainsi que des fiches de synthèse disponibles sous forme d’un Atlas à télécharger. Un Observatoire thématique qui définit les enjeux des principales thématiques en fonction de la Convention Interrégionale de Massif 2007-2013. Chacune des thématiques reprend les informations qui lui sont propres et en propose  une version détaillée.
Les outils proposés par l’Observatoire : L’outil de zonage permet de connaître les zonages (Massif, Pays, EPCI, AOC, ZRR, …) auxquels appartient une  commune ou bien de lister l’ensemble des communes qui composent un zonage. L’outil de cartographie propose de réaliser des cartes reprenant des zonages spécifiques (agriculture, pastoralisme, forêt, environnement). L’outil de statistique permet de générer et de personnaliser des données statistiques des six départements sous forme de cartes.
6 – LE RESEAU CULTUREL TERRE CATALANE
Réseau Culturel fédère 53 sites patrimoniaux dans les Pyrénées-Orientales (1million 200.000 entrées, un grand site urbain éclaté en zone rurale !) et réalise des projets collectifs de la  valorisation de patrimoine à la demande des territoires partenaires (Massif des Pyrénées, Conseil Régional Languedoc Roussillon, pays, OGS, PNR…). Laboratoire de tourisme culturel, Réseau Culturel est reconnu en France pour sa qualité d’ingénierie culturelle et sa capacité de fédérer des acteurs autour de projets innovants.
Un des enjeux principaux est de sensibiliser tous les publics au patrimoine (jeunes publics, publics handicapés, publics locaux et internationaux, mais aussi ceux qui ne viennent pas naturellement visiter les sites culturels). Pour réussir cette ambition,  il est nécessaire d’adapter l’offre culturelle, (notamment en développant une approche sensible, ludique, artistique et en utilisant les TIC), de former les acteurs du patrimoine et du tourisme, de créer des projets territoriaux avec d’autres acteurs du territoire en intégrant le patrimoine avec d’autres prestations, loisirs, sports, nature…
Une petite équipe performante, entourée des meilleurs experts, cabinets d’études, universitaires, de nombreux partenariats institutionnels et territoriaux, des formations créées sur mesure en fonction des projets et surtout l’être humain au cœur des projets, sont les ingrédients de cette réussite !
En 2010 Réseau Culturel fête ses 20 ans !
10 rue du Théâtre
BP 60 244 – 66 002 Perpignan
Tél. 04 68 64 93 54 – Fax 04 68 73 98 49
www.reseauculturel.fr   Une nouvelle invention de nos  élites : La Maison de l’Histoire de France
Etonnante démarche : créer LA MAISON DE L HISTOIRE DE France avec 7 musées nationaux.
Comme l’opération s’annonce longue, forcément coûteuse,  notre question du jour : dans combien de temps y seront réellement associés les 1000 musées, Centres d’Interprétation, les centaines de  départements d’histoire de l’Université, les milliers de chercheurs, d’archéologues,  en France et à l’étranger qui consacrent leur vie à l’Histoire de France, qui font l’histoire de France  ? Un, deux, trois siècles ?Quand on ne veut pas travailler en réseau, on construit une pyramide, sous tutelle « nationale », avec un siège, un chef et tout et tout, et aux frais des citoyens, naturellement. Cela  à  l’opposé des organismes vivants, réactifs, plein de valeur ajoutée pour les territoires, que sont les réseaux créés en région sur des bases souples, avec le web comme socle du dialogue et de la communication ! Réseau TISTRA, Réseau Culturel du sud-est, voilà des réseaux très efficaces, réellement utiles aux chercheurs comme aux visiteurs, en phase totale avec l’économie locale et les forces vives de chaque territoire. L’avenir, en quelque sorte, et tout simplement.

La VRAIE Venise, à Las Vegas, USA

VOTRE KEN LE TOURISTE PARFAIT !  Ken, aujourd’hui,  est à Nagoya. Au Japon. Et il est terriblement déçu : Venise a disparu ! C’est là qu’il emmenait ses petites chéries quand ses affaires le déplaçaient à Nagoya.  « Nagoya minato itaria mura », avec son canal vénitien, son musée d’art, ses magasins de produits italiens,  ses restaurants, ses glaciers, ses chanteurs en costume  vénitiens  de canzonette,   tout cela n’existe plus ! La Venise du Japon a fermé à Nagoya . ….Il s’en moque, il ira voir la VRAIE VENISE , la bonne vieille Venise de Las Vegas. Toujours préférer l’original à ses copies,  pense-t-il… 

(2 commentaires)

1 ping

    • Valls on 22 mai 2010 at 13 h 11 min

    Bonjour,

    il semble y avoir une erreur dans la formulation des articles visibles sur cette page, car le « massif des Pyrénées » tel que vous le décrivez semble avoir été amputé de sa partie double qui se situe en territoire espagnol, et comporte des caractéristiques démographiques relativement semblables. Je ne doute pas que vous saurez remédier à cet oubli important, tant le rapprochement des Etats au sein de l’Union Européenne est impérieux, et, plus généralement, tant les vieilles haines de la France envers l’Espagne, illustrées lors des périodes les plus noires du XXe siècle, sont révolues. Non, les Pyrénées ne sont pas que françaises, bien loin de là.

    Merci de votre intérêt pour ce commentaires.

  1. Mais bien sûr que nous nous partageons les Pyrénées avec l’Espagne, et il y avait un formidable intervenant qui était venu de Catalogne, et qui est cité et remercié pour son intervention, réellement excellente :Géo Xating dans le réseau de tourisme industriel de Catalogne par Josep Maria Pey Cazorla, directeur de Xatic, le réseau de Tourisme industriel de la Catalogne : http://www.xatic.cat. La culture ne peut se passer, comme au Pays Basque, mais aussi dans les autres régions interfrontalières, de ses voisins! Des compétences et des visiteurs, une culture commune, de part et d’autre des frontières.Mais convenez que pour agir, le Droit, les financements, les procédures pour faire des projets ou les politiques nationales n’étant pas les mêmes en France, en Italie ou en Allemagne, pour ne citer que quelques frontières communes, il est nécessaire d’avoir des directions techniques différentes dans chaque pays, et cela, donc n’empêche pas de s’inviter entre voisins!Bien au contraire! Ce qui nous rassemble est plus important que des frontières administratives. Merci de votre commentaire.

  1. […] rural :   le rapprochement des pays « transfrontaliers », que ce soit pour l’ensemble du Massif des Pyrénées ou entre France et Belgique (Côte à Côte) ou les projets communs entre  Catalogne et Pays basque […]

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.