Juin 22

Le Guide Musical du Royaume-Uni

Peut-on découvrir un pays grâce à un parcours musical? Bien évidemment, avec  ce  nouveau Guide que vous propose Visit Britain, l’organisme national du Tourisme au Royaume-Uni! Quand j’ai reçu le petit mot de VisitBritain, cette semaine, je n’en croyais pas mes yeux, tout simplement:
« Bonjour Evelyne !
The Beatles, Queen, Adele, Ed Sheeran, Calvin Harris… les artistes anglais donnent le rythme depuis toujours!
L’Office de Tourisme d’Angleterre, Visit Britain, profite de la fête de la musique pour mettre à l’honneur les villes et leurs artistes : un guide pratique qui donne envie de chanter…

Découvrez et partagez avec les lecteurs de Nouveau Tourisme Culturel :
– les lieux musicaux incontournables des plus grandes villes
– des anecdotes sur vos artistes préférés
– des clips mythiques
– une carte interactive des lieux emblématiques
Je serai ravie de savoir ce que vous en pensez et me tiens à votre disposition pour toute question !
Relations Presse VisitBritain

Je partage tout de suite cette info avec vous, mes amis, en espérant que ce Guide Musical vous inspirera pour développer une telle offre dans votre ville ou dans votre région.Ou une offre dérivée, sur d’autres thématiques.Osez copier, car ce Guide est plein d’atouts et de bonnes ondes sur deux axes majeurs du nécessaire renouvèlement des offres et de leur accès.

RENOUVELER LES OFFRES CULTURELLES ! Soyons réalistes : si je reçois un mail « Découvrez les nouveaux sites de visites au Royaume Uni, ses Châteaux et fortereresses récemment ouverts aux visiteurs! » j’estime que « c’est très bien! » et je me promets de revenir demain revoir les contenus de ce mail. Mais si on me propose, la veille de la Fête de la Musique, des mini- clip musicaux, des photos et un périple sur la musique – les musiciens, les lieux, les histoires , les tubes, des karaoké, j’ouvre aussitôt le mail! Ce que je fis avant hier.

– RENOUVELER L’ACCÈS AUX INFORMATIONS
Sur le lien que m’a envoyé VisitBritain, je trouve, sur une seule page, une cartographie, des boutons par Ville et surtout un petit texte, pour chaque ville, extrêmement bien fait: très court, à l’anglaise, précis et pensé pour des fans de musique.Et je pourrai peut-être  acheter mon voyage directement, car je suis sur la boutique officielle de l’Office de tourisme de Grande-Bretagne.Pour l’instant, le Guide Musical n’a pas encore rejoint la rubirque des  « Circuits » vendus sur le site de Visit Britain Shop qui a entièrement conçu ce guide.

 

1- PLAN DES INFORMATIONS Voici le plan qui est suivi pour chaque ville, avec Manchester comme exemple

Trois lignes sur la ville elle-même : « Manchester a été la première ville industrialisée au monde en raison de l’essor du textile durant la révolution industrielle. La ville et ses scènes sont parmi les plus animées au monde en termes de ventes de billets pour ses concerts et spectacles. »
Le saviez-vous? « Au début des années 90, la presse britannique a commencé à désigner la scène musicale de Manchester la «Madchester». La musique de l’époque mêlait rock alternatif, rock psychédélique et musique de danse électronique ».
– Suivent ensuite des petits paragraphes sur Les Musiciens: « Manchester est le berceau de groupes très connus et musiciens internationaux tels que Oasis, Take That, Bee Gees et Simply Red. Au cours des années 70 et 80, la ville a également été un endroit incontournable pour le post punk et la musique de nouvelle vague, avec des groupes comme Joy Division et The Smiths issus de la région ».
Les lieux musicaux incontournables: « La légendaire Hacienda était le lieu le plus célèbre de la ville au milieu des années 80: Madonna a d’ailleurs fait sa première apparition britannique dans ce club.[…] Depuis que le club a fermé à la fin des années 90, le Musée des Sciences et de l’Industrie y expose plusieurs artefacts du lieu ».
– Événements: « La ville organise chaque année en juin le festival Parklife en plein centre de la ville. Au cours des dernières années, des groupes commes les Ice Cube et The Chemical Brothers ont enflammé cette scène ».
– Pas loin de …Manchester : « À seulement une heure de trajet en train de Manchester, le massif Leeds Festival se déroule en août. Les programmations précédentes incluent des groupes célèbres tels que Nirvana, Red Hot Chilli Peppers et Muse. Leeds abrite également le groupe de rock indie Kaiser Chiefs ».

2- UNE VIDÉO POUR CHAQUE VILLE avec « son groupe musical mythique »

– Londres et les Rolling Stones

The Rolling Stones – I Can’t Get No –  Satisfaction (Official Lyric Video)

– Liverpool , Les Beatles – Hey Jude!

Guide musical/Liverpool : https://www.visitbritainshop.com/france/articles-et-itineraires/guide-de-la-musique-britannique/#liverpool.

3-  LA CARTOGRAPHIE comprend la carte et une possibilité d’en savoir plus sur tous les lieux du parcours de visite, comme, entre autres exemples : les studios des musiciens, (Studios Abbey Road, les salles de concert (The Glasgow Royal Concert Hall ou L’Orchestre Philarmonique Royal de Liverpool),les  musées (Madame Tussauds, Musée des Sciences et de l’Industrie, Le Musée The Beatles Story…) ou les sites multimedia comme  British Music Experience (Photo ci-dessus en 1,  copie/écran de la page d’accueil du du Site Internert de BME).

CONCLUSION

  • Certes, il y a beaucoup de circuits classiques sur le site officiel du Tourisme en Grande Bretagne, comme ce Top 10 des attractions touristiques anglaises. Mais il y a aussi des visites « coup de coeur », auxquelles Visit Britain nous a habitués, depuis la fabuleuse campagne « GB is Great », que nos avions présentée dans ce petit blog et qui reste une référence de choix!  Souvenons-nous de ces petits circuits  avec, sur des vidéos, les « sons de l’Angleterre » : vent dans les oreilles, sonnette de vélo ou tintement d’une petite cuillère sur la porcelaine d’une tasse à thé…Un régal!
    Tourisme de niche, diront certains? Certes, mais une niche + une niche+une niche, cela fait du monde, non? Donc je parlerais plutôt d’offres très bien étudiées, qui étonnent et que l’on a envie de raconter et de partager.

POUR EN VOIR PLUS!  le lien du Guide Musical, à nouveau,   ICI. L’article de Tourmag « Quand un Office de torusime national développe un site marchand », qui explique l’avantage des ventes en ligne ( Visites mais aussi  Forfaits, Transports..;) que l’on trouve depuis 2005 sur VisitBritain, une initaitive qui , selon cette Revue de Tourisme,  » s’avère être un précieux outil pour les agents de voyages qui y trouvent une palette de services additionnels. Une manière de faire la différence face à son client. »: à lire ICI 

CONTACT POUR EN SAVOIR PLUS /  Relations Presse VisitBritain . Un grand merci  à VisitBritain pour leur accueil et leur professionnalisme parfaits!

Photos : British-music-guide libre de droit, par Shutterstock (librairie d’images)

————————————————————————–

KEN LE TOURISTE PARFAIT Ken était un petit peu inquiet…Il venait de jeter un oeil sur la « photo du haut » de ce billet  et  il devint tout blême…Aïe! Sa nouvelle amie à la guitare! Il devait trouver un moyen pour enlever cette photo, car son Ex, Barbie Chérie, allait lui faire une scène…Il revenait d’un  tour du monde, cette  semaine, et avait écumé  les hôtels et les restaurants, fait de belles Affaires, et laissé plein de retombées économiques sur son passage. Il appela Barbie, son ex, pour lui demander si elle avait lu le petit blog : « Plus tard… » lui dit-elle, OUF! Ken fonça sur son Tippex  pour masquer, sur l’ écran de son ordi, la photo délictueuse…

Juin 15

Tourisme Culturel,  nouveaux territoires de l’art !

Le rôle des collectivités territoriales dans l’organisation et l’offre du tourisme local est majeur car ce sont elles qui  prennent la  décision de faire évoluer, ou non, les offres de tourisme culturel. Il est aussi banal de dire que certaines régions ou villes ne font pas trop d’ efforts pour que leur tourisme culturel soit à la hauteur de celui de nos concurrents. Pour la France,  ces  concurrents sont en fait  nombreux, à commencer par ceux de l’Europe : l’Espagne, l’Italie, l’Allemagne, le Royaume Uni ou les Pays–Bas, la Belgique ou la Suisse.  Pourtant,  environ 200 territoires, en France (Des villes, Intercos, ou des Départements et des Régions…) produisent en permanence de nouvelles pépites de tourisme culturel, que nous vous présentons dans ce petit blog avec des expériences étrangères. Cette semaine nous  partirons voir un nouveau Sentier de Street Art à Vitry-sur-Seine, visiter des ateliers au  Pré-Saint-Gervais ( Notre photo ci-contre). Et nous rejoindrons la Bretagne pour voir que le projet de l’Art dans les Chapelles tient toujours le coup!  Trois pépites à savourer, copier ou encore re-créer différemment!

I- A VITRY SUR SEINE, un SENTIER DU STREET ART ! Petite Reine de l’art contemporain, Vitry reconnait ses talents artistiques et en attire de nouveaux. On connaissait son musée d’art contemporain, le MAC, qui, depuis 2005, ne s’est jamais satisfait de ne faire venir que des parisiens (Trop facile !). Ce  musée est au contraire devenu un rendez-vous d’acteurs locaux et  de visiteurs qui habitent sur son  territoire. Voici donc notre présentation du nouveau Sentier de Vitry, « Arcueil-Paris-Vitry », nouvelle galerie d’art à ciel ouvert, ouverte la semaine dernière, le 10 juin, et  qui s’étend sur 12 km à cheval sur Paris 13e, Arcueil, Gentilly et Vitry avec des œuvres excellentes (Obey Giant, C215, Meushay…).
1- A Vitry-s-Seine, le 1% culturel fait une place au street art en consacrant 1 % du budget dédié à la construction d’un bâtiment public à la réalisation d’une œuvre d’art. Depuis 50 ans, grâce à ce dispositif, la mairie installe une à trois œuvres par an. Vitry devient donc la troisième collection d’art contemporain sur l’espace public après Paris et Grenoble. Au total, on compte plus de 140 réalisations (Adami, Sonia Delaunay, Fromanger, Dubuffet, Ernest Pignon Ernest ou encore Rancillac).
2- On y encourage les artistes ! Quand le célèbre artiste C215 a commencé à peindre dans la rue, la mairie lui a téléphoné pour l’encourager à continuer. Puis le journal municipal a expliqué sa démarche et son travail aux habitants.L’artiste a, en retour, demandé à la ville de « ne surtout pas bouger », pour que street art reste spontané . (In : Article de Vianney Delourme du 8 juin 2017).
3- ART dans l’espace public et randonnée ! Le Sentier street art est donc une galerie d’art de 12 km des deux côtés du périph. On y part en randonnée à la découverte découverte du street art. Un guide raconte aussi l’urbanisme et l’architecture que l’on traverse, avec par exemple la Maison Doisneau à Gentilly, la Butte aux Cailles à Paris, la Manufacture des œillets ou les constructions de Renaudie à Ivry.
4- Deux ans de travail ont été nécessaires pour créer le Sentier street art du Grand Paris .
L’itinéraire était long (10 km) et devait être accussible en tous points grâce aux transports en commun. Il devait aussi englober les prinipaux joyaux culturels de la ville –  la Maison de la photographie Robert Doisneau et le Générateur à Gentilly, la Cité universitaire, la Butte aux Cailles, la BNF, les galeries Mathgoth et Itinérance, le quartier Masséna (13e), etc..- et mettre tout le monde d’accord, lancer des idées de budget participatif pour un GR, tout cela fut évidemment long et nous sommes ravis de vous annoncer son  l’ouverture prochaine!

5- A l’origine du projet, l’association Enlarge Your Paris qui tente de modifier l’image des banlieues.Partenaires du projet : Vitry’n Urbaine, Des ricochets sur les pavés, Digital Street Art, Fresh Street Art Tour Paris, Campus Urbain et A travers Paris.
Pour en savoir plus : voir l’article publié le 11/06/2017, de Chrystel Chabert dans Culture Box, qui , au passage, est à mon avis une très bonne source de l’actualité culturelle.Photos © France 3 Culturebox.

 

II- AU PRÉ-SAINT-GERVAIS , DES ATELIERS D’ARTISTES à visiter  en juin (Du Samedi 17 Juin 2017 au Dimanche 18 Juin 2017 de 14h00 à 20h00)
Ce type de visite, où l’on peut rencontrer des artistes sur leur lieu de travail, réunit beaucoup d’atouts : surprise de ce que l’on y découvre ; dialogue avec les habitants-artistes et image vivante du « Comment vit-on en France ? » pour les visiteurs étrangers. Mais savoir fédérer tous ces acteurs est aussi une force pour la ville :«Les différents artistes qui participent toujours plus nombreux à la manifestation et ont pour projet commun de proposer de nouvelles manières de vivre ensemble et de penser la ville. », dit le document qui présente l’expérience.Là est en effet le secret, pour les élus : savoir profiter de cette adhésion, de cet élan et de ces projets!
1- On sort des ateliers ! Pour cette 7e édition des portes ouvertes des ateliers d’artistes du Pré Saint-Gervais, une centaine d’artistes vont multiplier les interventions dans l’espace public, pour prolonger l’atelier vers l’extérieur. Les palissades des grands chantiers en cours au Pré Saint-Gervais, seront utilisées comme espaces d’affichage d’œuvres en grand format.  L’édition 2017 a pour thématique « MUR/MUR(ES) ».La cité-jardin du Pré St-Gervais abritera les Abris Nomades, des sorte de cabanes créées pour la 6e édition de l’installation « Jardins/abris – Jardins-refuges ». Jardins, squares et pelouses seront également investis comme lieux d’exposition.Enfin, Une exposition de photographies d’archives retracela construction dans les années 30 de la cité-jardin.- Infos pratiques , c’est par ici ! Pour voir la carte et les horaires :ICI!  ou sur Sortir à Paris , ICI.
– D’AUTRES BALADES « STREET ART EN SEINE-SAINT-DENIS ET À PARIS : toujours faire confiance à Tourisme 93, qui est pionnier dans l’organisation de visites grand-public du street art en France.
Balade pour le graff et le street art menée par l’équipe de FreshStreetArtTour : le quartier Oberkampf , lieu privilégié d’expression pour les formes artistiques urbaines. Ménilmontant et Belleville, qui comptent un très grand nombre d’ateliers d’artistes, le boulevard et les rues menant aux clochers de ces deux villages rivaux sont le parfait terrain d’expérimentation Vous découvrirez notamment les œuvres de Némo, Jérôme Mesnager et de Ben.
Découvrez ici toutes les visites autour du Street art et de l’Art urbain.

– Renseignements pratiques : Les Visites de Fresh Street Art ne sont pas très chères / 11€par personne Durée: 2H30 environ et d’autres visites se déroulent dans les ruelles du 13ème arrondissement , à la la Butte aux Cailles
Et au – Marais (22 euros les 2H30) : Culture Alternative et Art Contemporain, le Street art de Beaubourg à la Rue des rosiers. Lien : ici! 

III- L’ ART DANS LES CHAPELLES Rendons enfin hommage, dans ce petit billet à l’art dans les chapelles du XVe et XVIe siècles, projet né en Bretagne en …1992 ( !) dans la petite ville bretonne de Pontivy associée à la vallée du Blavet et au Pays de Pontivy. Plus de 400 artistes – dont Christian Boltanski, Renée Levi, Polly Apfelbaum ou encore Alain Fleischer – ont créé in situ des œuvres inédites, en résonance avec le patrimoine – Voir les artistes qui ont participé à L’art dans les chapelles depuis 1992.(Notre photo Polly Apfelbaum, « Life is not black or white », 2017, chapelle Saint-Jean, Le Sourn. Photo : L’art dans les chapelles)
– Cet été du 7 juillet au 17 septembre !
Le projet est aussi un « parcours » d’œuvres d’art qui ont été commandées pour les petites chapelles. Les artistes, invités créent des œuvres spécifiquement pour la chapelle qui leur a été attribuée ou qu’ils ont choisie et chaque année, la manifestation accueille plusieurs artistes en résidence. Irriguer un territoire en accueillant des artistes est aussi un bon moyen de découvrir l’art à tous les étages, grâce à des rencontres, conférences, expos ou simplement autour d’un petit café !                                                                                                                                                                                   – Le Tourisme local a su développer le concept, et aujourd’hui, au départ de Pontivy et de Pluméliau, 4 circuits balisés de 35 à 50 km vous sont proposés, ainsi que 3 parcours vélo, de 22 à 24 km.
https://www.artchapelles.com/internet/index.php?numrubrique=883
Contact : L’art dans les Chapelles 6 quai du Plessis 56300 Pontivy Tél : 02 97 27 97 31 – Tarifs Entrée libre et gratuite. Visites accompagnées : tarif plein : 5 €, tarif réduit : 3 €. Ateliers : tarif plein : 6 €, tarif réduit : 3 €. Les visites et les ateliers sont gratuits pour les moins de 12 ans.. Informations pratiques, voir : Art et chapelles – le site Internet.

EN CONCLUSION, ces nouvelles formes de visites sont les bienvenues pour enrichir des propositions culturelles très classiques, ou encore des propositions d’autres formes de tourisme : tourisme Sportif, Tourisme d’Affaire ou Tourisme Vert.
– Elles correspondent aux souhaits des plus jeunes, et tout particulièrement aux Millénials, qui pourront  rencontrer des formes d’art et des jeunes tout en étant libres de leurs  mouvements. Car dans la rue, il est plus facile de découvrir l’art qu’à l’intérieur d’un musée : on n’est  pas obligé d’arrêter sa vie – ne pas parler fort, ne pas courir, ne pas manger, etc… . De plus, on peut voir d’autres thématiques, l’architecture, l’histoire d’un quartier, de son architecture et de son histoire.  – Ce qui fait la force de ces projets, c’est aussi leur patiente construction. Deux ans de prépartion poiur réaliser le parours du Sentier d’Evry-sur-Seine, cela veut dire que les partenaires étaient nombreux et que  la concertation fut fertile puisqu’ils y sont arrivés!  Et puis, contrairement à la facilité apparente de ces projets, il faut tout de même bien comprendre, pour des professionnels qui voudraient créeer de tels parcours,  que ce n’est pas parce que le Steet art est un art « très populaire » que ces visites seront plus faciles à organiser. Nous sommes, comme souvent dans le Tourisme Culturel, dans un tourisme de « niche », un Tourisme « cousu main » qui , certes, ne déplacera pas des foules  le jour-même, mais c’est à notre avis ce tourisme qui fait l’excellence de notre pays car il y a une véritable profusion de niches! Ce tourisme, comme ce fut le cas pour de bons exemples de tourisme urbain ou rural, attirera au final beaucoup de visiteurs qui sont à la recherche du sens que peut créer un territoire à partir de ses productions culturelles, et du plaisir de les voir.

Et vous, mes amis, connaissez-vous de bons exemples de visites innovantes, ou de parcours qui ont su se renouveler? Merci de partager vos informations dans les commentaires!  –


KEN LE TOURISTE PARFAIT  s’exerçait à …marcher! Bon, vous le connaissez, mes amis, pas le genre à se passer de taxi, même si Barbie venait de temps en temps le chercher à l’aéroport de L.A avec sa voiture rose en plastique. Ajoutez quelques dizaines d’avions, d’hélicoptères ou de jets privés, un ou deux bateaux ultra-rapides et vous avez une semaine-type de notre Tourisme Parfait. Mais là, dans son appart’ de Manhattan, Ken répétait un pas mesuré, très lent, façon « E.Macron au Louvre » le soir de son intronisation, séquence dont il avait une vidéo. Il répétait avec application, en regardant la vidéo pour bien coller à son modèle, pas à pas! Pourquoi? Vous avez trouvé? Sinon…J’ai bien peur qu’il ne vous faille attendre la semaine prochaine pour le savoir…. (Notre Photo : Ken et Jules, Empereur échappé de Gaula, le Journal de votre été, à trouver au  Musée Saint-Raymond de Toulouse!)

 

Juin 09

Dormir avec Rembrandt!

Pour la Première fois depuis la création du musée le 31 mai 1800, un visiteur a dormi au Rijksmuseum d’Amsterdam, face au Chef d’œuvre de Rembrandt, la Ronde de Nuit ! Pour la première fois, aussi, cette visite s’est transformée en une expérience inoubliable : le visiteur y fut reçu comme une star, avec dîner et vin fins pour accompagner sa folle nuit.
« Le 10 millionième visiteur du Rijksmuseum depuis sa rénovation en 2013 a gagné l’unique chance de passer la nuit, pour la première fois de l’histoire, au milieu des trésors néerlandais », a résumé Taco Dibbits, le Directeur du Rijksmuseum d’Amsterdam, en prenant soin d’ajouter «  Je ne peux pas croire tant de personnes ont visité le Rijksmuseum en quatre ans et il est assez grand pour que l’on s’y promène tranquillement« .
Remarquons aussi, en passant, que les vidéos, photos, articles de presse et comptes sur les réseaux sociaux de cette véritable expérience étaient TOUS traduits en langue chinoise. Le musée a donc saisi l’opportunité d’un événement pour atteindre d’autres visiteurs, et cette expérience était t une occasion rêvée pour « communiquer différemment », ce que fait déjà très bien le Riksmuseum depuis la création de son extraordinaire Rijkstudio.
Voici la vidéo de cette Folle Nuit avec Rembrandt (2,32minutes)- Vidéo Publiée le 2 juin 2017- License- Standard YouTube License

I- ANALYSE RAPIDE DE L’ÉVÉNEMENT, car il s’agit bien d’un événement, le premier du genre, même s’il est reproductible, ou « copiable » par d’autres musées et établissements culturels en France et dans le monde.
Cet événement sert à communiquer de façon nouvelle, plus sensible, plus émotive, de façon « exceptionnelle ». C’est un peu ce que l’on attendait avec les premières expositions temporaires qui furent organisées car les visiteurs des musées ne venaient plus les visiter pour leurs seules collections permanentes (Il y a trente ans…). Il fallait donc bluffer les visiteurs, les attirer, les re-fidéliser avec quelque chose d’exceptionnel. Pourtant, aujourd’hui, les expositions coûtent si cher qu’il faut trouver d’autres moyens pour re-capter l’attention et la faveur des visiteurs, locaux ou internationaux.
Ce type d’événement pourrait non pas se substituer aux expositions, mais faire partie des nouveaux événements qui permettent de s’adresser aux visiteurs et aux visiteurs en ligne : coulisses des établissements, nouveau mécénat (Ah ! la Girafe du Museum de Toulouse !), nouvelles pratiques (Cours de danse ou de Yoga au musée), ou encore Concours et leurs Prix, Jeux, Cours en ligne, MOOC, etc… L’avenir nous le dira !
Voici, en attendant, une brève analyse des ressorts touristiques de cette communication :

1-UN VISITEUR EST d’abord un VIP, a Very Important Person!
Voilà le message du Directeur : nos visiteurs sont précieux, nous pouvons les traiter – au moins l’un d’entre eux », comme des rois! Le choix du visiteur a d’abord fait l’objet d’une longue préparation (Notre photo : serez-vous celui qui sera choisi?, la mini-campagne sur les réseaux sociaux numériques) puis une vraie cérémonie a été organisée, avec tous les codes de l’accueil réservé à une star ou au gagnant d’une compétition sportive de haut niveau. On y voit le héros du jour acclamé par une haie d’honneur formée de la double rangée des visiteurs et des équipes du musée. Les journaux et photographes convoqués immortalisent la remise du Prix, le Ticket d’Or, par le directeur du musée en personne. La musique renforce ce sentiment d’assister à un événement historique, à la fois majestueux et unique.

2- UN MIRACLE EST TOUJOURS POSSIBLE dans votre vie! Le jeune Professeur et artiste, Stefan Kasper, vit cette expérience comme un rêve : il était venu au musée pour encadrer une sortie avec ses élèves du collège Montessori d’Aerdenhout, près d’Amsterdam et il y est invité à y passer la nuit avec Rembrandt, juste un rêve….. Il aura, immense privilège, le musée pour « lui tout seul », lui explique-t-on, puisqu’il en sera l’unique visiteur.
« J’ai dormi dans un lit installé à deux mètres de ‘La Ronde de nuit’ de Rembrandt, c’est magique, je n’en reviens toujours pas », disait Stefan Kasper, après sa nuit dans le musée d’Amsterdam.
3- VIVRE UNE EXPÉRIENCE dans un musée où l’on peut admirer, mais aussi s’amuser, courir, boire et manger. La plupart de ces comportements sont en général interdits dans les salles, où la sécurité des œuvres et des visiteurs a toujours de dernier mot (Conservation préventive, éclairage, température, hygrométrie… ).
– ‘ »Il n’y avait pas de gardiens, ou alors ils étaient très bien cachés! », a aussi déclaré notre visiteur d’un soir, voilà pourquoi il a pris ses aises, comme on le voit sur la vidéo : glissades en caleçon et chaussettes, ou selfie avec la question-qui-tue : « Devine où je suis, là? » Tout lui est permis, dans un milieu plus connu pour ses interdits que pour cette permissivité, y compris se brosser les dents !
– Quand arrive le jour J, son lit est fait dans la salle du chef d’œuvre, la Ronde de nuit de Rembrandt, et le Chef du Restaurant su Musée, Joris Bijdendijk, lui a préparé un dîner.RIJKS®.(Ce chef était celui, charmant, q qui fut éliminé en demi-finale de « Top Chef » 2013 sur M 6…).
Diner, vin fin, possibilité de se rapprocher de la toile de Rembrandt pour voir des détails ( il franchit allégrement le cordon de sécurité…) avant de conclure « J’ai découvert des personnages que je n’avais jamais vu avant, ils prenaient vie devant moi. C’est une expérience gravée à jamais dans ma mémoire ».

4- DORMIR SOUS UNE BALEINE BLEUE
La Nuit des Musées ne suffit plus ! Aujourd’hui on chamboule les horaires et surtout les habitudes. Passer de la visite « sociale » pour tout le monde à la visite VIP pour un quidam, s’annonce comme un défi difficile à avaler pour les directions de nombreux sites culturels français, très attachés à la visite traditionnelle. Pourtant, la part de poésie de ces nouvelles formes de visites ne doit pas échapper à ce type de projets : Dormir sous une baleine bleue au musée d’histoire naturelle de New-York en apportant son oreiller, un sac de couchage et une brosse à dent, ou dormir dans la Chambre de van Gogh reconstituée, au peids de la Ronde de Nuit, toutes ces visites sont  de même une promesse, surréaliste,  de bonheur!
CONCLUSION Nous retrouvons ici les trois tendances fortes du renouveau du Tourisme culturel
Valoriser ce qui est hors du commun, unique, inaccessible, exceptionnel (Tourisme du Luxe, de l’Insolite..)
Valoriser tout ce qui rapprochera les touristes de la «vraie vie locale », d’une proximité avec des habitants. Inciter les habitants à partager des traditions, des comportements, un vécu mais aussi des projets !
Choisir, pour ces valorisations, les moyens qui favorisent l’action, l’engagement, la participation, plutôt que la visite subie, passive, venue d’en haut d’un territoire, d’un site ou d’un événement culturel.
Ces trois tendances étaient encore appelées « tourisme de niche » il y a dix ans*, mais aujourd’hui concernent aujourd’hui la majorité des touristes européens, soit des personnes âgées lassées par l’offre traditionnelle, soit des jeunes troupes pleines d’idées (les Millenials européens).
Il y aura encore, spécialement destinées aux touristes potentiels des Pays émergents, dont la Chine, des communications et évènements très classiques. Les primo-visiteurs de nos vieux pays demandent encore ces visites sages où l’on visite les « Tour Eiffel » nationales ou locales.

Pour terminer, la proposition d’aujourd’hui, tout comme celle d’Airbnb du 1er avril dernier (réserver une nuit au Métropolitain Museum de New-York) montre que même les populations chinoises sont visées par l’expérience du Rijksmuseum. Si la Direction du Rijksmuseum a décidé de tout traduire en langue chinoise (Cf. §3 de notre introduction) c’est qu’elle pense que cette offre est bonne pour certaines clientèles de ce pays qui, avec plus d’un milliard de visiteurs, sont courtisées par l’industrie touristique car elles seules peuvent prendre le relais de nos clientèles vieillissantes (Europe).
Voilà comment on passe d’un tourisme culturel « de niche » d’il y a dix ans à des propositions qui, aujourd’hui, sont acceptables pour tous les visiteurs et qu’adorent les habitants. Et d’un évènement à court terme à une vision à plus long terme des clientèles du tourisme culturel.

POUR EN SAVOIR PLUS
– Revoir la campagne de préparation de l’événement sur Twitter, et suivre l’expérience avec # Rijks10mio
– Nouvel obs et Le Vif. Be   « Une nuit dans un musée, seul, avec un chef d’oeuvre de Rembrandt »et l’Exponaute.
Le Rijksmuseum Amsterdam sur Wikipedia : « traduit en français par « musée d’État d’Amsterdam »), plus couramment abrégé en Rijksmuseum, est un musée national néerlandais, situé dans la capitale du royaume, et consacré aux beaux-arts, à l’artisanat et à l’histoire du pays. C’est le musée le plus important des Pays-Bas en termes de fréquentation et d’œuvres d’art avec plus de 2 450 000 visiteurs en 2014 pour un fonds d’environ un million d’œuvres » Voir  l’article  ici.
Liens de la Vidéo et autre vidéo où est interviewé le jeune homme.
– Sur facebook , les collections du Musée .

BILLETS DU BLOG SUR LE MÊME SUJET :
Le tourisme culturel insolite, sur notre petit blog en avril dernier;cet expérience nouvelle complètera les nombreux exemples. Le lien ICI.
Ouvrir les musées la nuit, en 2015, à propos des modulations horaires et ouvertures nocturnes. Le Lien ICI.

« Les Chefs d’oeuvre ne dorment jamais », pour voir les avancées récentes du Rijksmuseum et du Rijkstudio 

PHOTOS
– La Ronde de Nuit : Rembrandt, 1642.Huile sur toile 363 × 437 cm
– « Are You the one? » Rijksmuseum?Compte certifié @rijksmuseum
– La Laitière de Johannes Vermeer, peinte en 1660, est revenue au Rijksmuseum, après son exposition-phare à Paris. Si vous voulez retrourner  la voir, c’est à Amsterdam, Pays-Bas! (Huile sur toile , h 45.5cm × w 41cm.)

————————————
KEN LE TOURISTE PARFAIT venait de demander une faveur au musée de New-York, le MET : une réception où Donald Trump pourrait dormir au musée, avec sa Melania…Pourquoi ? Parce que, selon son ex, Barbie Chérie, c’est seulement grâce à ce genre de situation que Donald pourrait commencer sa culture muséale. Un choc, une surprise, du plaisir… Voilà qui était séduisant et le Musée accepta de suite. D’ailleurs, lui et sa Barbie pourraient peut-être dormir un soir là-bas, pour qu’il se change ses idées de Touriste Parfait (Voyages incessants, hôtels et palaces , Restaurants et Affaires…).Et vous, mes amis du Tourisme Culturel, aimeriez-vous dormir dans un musée, et lequel?

Articles plus anciens «