NANTES, star du tourisme culturel!

ken-et-artaudNANTES, une vraie réussite !
Lorsque l’on cherche de très bons exemples de tourisme culturel, on a l’embarras du choix, en France. Il faut donc affiner les critères pour décider de l’excellence, du « tout à fait remarquable ». Voilà comment la ville de Nantes a été soumise à la question, aux critères suivants, et a remporté tous nos suffrages pour un Tourisme culturel parfait !
ILES CRITERES
Nos 10  critères de ce qu’est une bonne ville pour le Tourisme Culturel :
1 – La ville a-t-elle des élus partants pour la culture et pour le tourisme? Ses habitants, en choisisant ces élus, ont validé leur choix de  culture et de tourisme. Mais ont-ils été satisfaits? Viennent-ils nombreux à ce qui est organisé? Les plus jeunes aussi?

2 – La ville a-t-elle une équipe professionnelle hors pair, une gestion renouvelée de ses sites, de ses propositions touristiques ?
3 – Les habitants sont-ils gâtés pour la culture (politiques culturelles de proximité)?Et pour le Tourisme ( Infrastrucutres de la ville,hébergements suffisants et diversifiées (dont haut de gamme…),  transports nationaux, locaux, internationaux (aérien proche), activités variées et accessibles ( nature, shopping, balades dans la ville…).
4 – Le Patrimoine, mais aussi les propositions actuelles, d’art ou de théâtre vraiment contemporains, d’activité autour de la création, de l’architecture, des musiques nouvelles pour les plus jeunes, des TIC pour l’innovation et la diffusion : où en est la ville ?
5 – Les sites Internet sont-ils accessibles, riches d’informations, accueillants, pratiques, rapides ?
6 – Y a-t-il des forfaits, des packages culturels pour les courts-séjours ?Peut-on réserver les hôtels, campings ou les transports, mais aussi les activités culturelles?
7 – Y a-t-il un Pass culturel et touristique sympathique ? (Pas cher, qui permet de découvrir toute la ville, ou presque)
8– Quid de l’évènementiel ?
9 – Quelle histoire raconte-t-on, à partir du patrimoine de la ville ?
10 – L’avenir…La prospective. Y-a-t-il des projets?
Et, en réponse à ces critères,  Nantes a tout bon!
– 1 – Les professionnels du tourisme et de la culture : nous avions connu en 2006  un jeune homme brillant, chargé de « mettre en tourisme » la biennale d’art contemporain Estuaire. Il est aujourd’hui employé par la SEM les services « Culture et Patrimoine »- Voir l’organigramme ci-dessous.
– 2 – On ne doute pas que les évaluations en tourisme culturel, suite à l’expérience de la Biennale,  profiteront à l’ensemble des sites de la Ville. Mais aussi, souhaitons-le, aux block busters de l’art actuel, en France ou à l’étranger, que ce soit la Biennale de Venise ou celle de Lyon, qui en auraient très fortement besoin!
3 – La gestion des sites culturels : Jean-Baptiste Desbois est  le directeur d’une nouvelle SEM du Patrimoine et de la culture, créée pour mieux promouvoir, avec davantage de liberté et de moyens, la culture nantaise. Notons que J.Baptiste Desbois assiste chaque année aux  Rencontres annuelles d’ODIT France, journées de pure ingénierie touristique, et des rendez-vous de travail !
– 4 – Tenir compte des pratiques des visiteurs touristiques : ci-dessous un exemple de courts-séjours, avec, sur la première page du site de l’office du Tourisme, un petit forfait packagé pour la nouvelle édition d’ Estuaire, la biennale d’art contemporain.
– 5 – Un passé douloureux et assumé. Avec Les Anneaux de la Mémoire en 1992 au Château des Ducs de Bretagne, première  exposition temporaire d’envergure sur la traite négrière,  Nantes faisait en quelque sorte un « coming out » sur ce qui s’était passé dans la ville. Et avec les habitants, les grandes familles concernées, puisque l’exposition était aussi le résultat de campagnes et enquêtes ethnologiques auprès des descendants des grandes familles. Peu de villes ou de régions ont osé sortir ces vérités, en leur préférant   souvent  un passé légendé ou qui évite d’évoquer les moments difficiles. Ce consensus  est tout de même un peu lassant, car on ne peut pas comprendre, « lire » une ville, si on vous raconte une histoire fausse, à notre avis.
– 6 – Une envie de changer (un peu) le monde avec la Culture et ses visiteurs

Jean Blaise, à l’origine de toute cette histoire culturelle « allumée », un peu Folle, comme la Folle Journée de la musique classique, n’est pas un conservateur, et  le conformisme n’a jamais sa place dans les projets de Nantes.  Il suffit de faire confiance aux artistes et de renouveler sans cesse les propositions : ce n’est pas parce que l’on sait faire qu’il faut recommencer la même chose. Il suffit d’aller voir ailleurs ce qui se passe,  d’inviter et de collaborer avec les autres.  Voilà sans doute le secret d’une culture vivante, celle qu’apprécient les touristes, ces habitants différents de la ville, toujours pressés, que l’on ne peut enseigner ou « tirer vers le haut », car ils ne font que passer.
II – DES EXEMPLES
1 – Tourisme et culture, les hébergements
Un hôtel, l’hôtel Pommeraye, accueille des artistes en résidence et garde des traces de leur passage. Il ne s’agit pas de déco, mais d’un travail sur le thème de l’hôtel en général, et celui-ci en particulier. Sur le site Internet de l’Hôtel, plusieurs rubriques informent d’ailleurs le visiteur sur les sorties possibles, l’historie de Nantes ou ses sites culturels.
http://www.hotel-pommeraye.com/indexfr.html
Comme la ville a déjà évoqué et travaillé e sujet de la traite négrière, plus de 50 expositions, colloques, rencontres ont lieu le jour de la commémoration du 10 mai :
http://www.nantes.fr/mairie/actualites-mairie/2009-acma/commemoration-du-10-mai.html
2 – Tourisme et culture, les forfaits de visite en ligne pour l’évènementiel
Le package « court séjour » sur la page d’accueil du site de l’Office de Tourisme, avec la possibilité de réserver en ligne
Estuaire Nantes – Saint Nazaire, une aventure artistique unique à partager en famille ou entre amis.
Tarif à partir de 69 €/pers/chambre double
2 jours / 1 nuit
Inclus : hébergement, petit déjeuner, taxe de séjour, combiné croisière et car, Pass Nantes.
Le temps d’une croisière fluviale, l’art contemporain devient accessible à tous par le biais d’une subtile combinaison d’œuvres fascinantes à un environnement naturel exceptionnel.

3 – Tourisme et culture : un PASS pour les touristes, très bien fait !

PASS NANTES, présentation sur le site Internet de l’Office de Tourisme , http://www.nantes-tourisme.com

Offre exclusive web : -10%. La réduction s’applique sur les tarifs des Pass Nantes adulte

Simple, pratique, facile à utiliser, le Pass Nantes vous offre tout le meilleur de Nantes !
•  Entrée gratuite aux 25 sites incontournables
•  Transports en commun gratuits
•  Navette aéroport gratuite
•  Réductions shopping, loisirs, sorties…

Exemple comparatif d’une journée avec le Pass Nantes et sans le Pass :
– 1 ticket Tan 24 H (navette fluviale, tram, bus)

– 1 visite de ville 2 heures  1 musée d’histoire de Nantes au château des ducs de Bretagne

– 1 croisière promenade sur l’Erdre (départ 15 h)

Total journée découverte sans le pass  25,50 €
Total avec le Pass Nantes 24 H  18,00 €

4- La Direction de la SEM Nantes Culture et Patrimoine :
• Jean-Baptiste DESBOIS, directeur général
• Pierre-François PARODI, directeur-adjoint chargé du développement culturel et de la communication
• Benjamin BELLET, directeur commercial et marketing
• Sophie FILLON, directrice administrative et financière
• François LE JORT, directeur production et exploitation
• Colette PIALAT, directrice des ressources humaines

5  – Les projets : NANTES et les industries créatives
Un quartier de la création sur l’Ile de Nantes pour le design, l’architecture, la vidéo…
La ville vient de définir les contours d’équipements et de projets pour les industries culturelles en  regroupant, d’ici 2014, 500 étudiants en master, une centaine de chercheurs et plus de 1000 emplois.
L’agglomération nantaise connaît une forte croissance depuis plusieurs années. Avec 270.000 habitants, Nantes est la sixième ville française. Elle est située dans une agglomération de 550.000 personnes, qui, depuis dix ans, gagne plus de 5.000 habitants par an. C’est, parmi les grandes villes, celle qui a connu la plus forte croissance.
http://www.nantes-developpement.com
Au delà des secteurs « historiques » de la construction navale et de l’agro-alimentaire (LU, Beghin-Say..)l’agglomération nantaise a vu croître fortement les secteurs de pointe, NTIC ou biotechnologies. Centre universitaire important –  30.000 étudiants- elle développe des pôles d’excellence en matière de nouvelles technologies (2.000 entreprises dans le domaine de l’informatique).

ken-et-le-surrealismeIII- KEN, notre  TOURISTE PARFAIT, devient surréaliste!
Après les primitifs italiens et l’Avant-Garde Russe, Ken s’intéresse aujourd’hui au Surréalisme…En photo à côté d’  Antonin Artaud, l’un de ses  représentants les plus brillants mais aussi l’un des plus désespérés. Né à Marseille en 1896 et mort à Ivry en 1948, Antonin Artaud débuta au théâtre, avec Charles Dullin. En 1928 il fonde le Théâtre Alfred Jarry et met en scène de façon radicale les œuvres de Claudel, Strinberg. En 1932 il publie le manifeste du Théâtre de la Cruauté, se passionne pour le théâtre oriental, voyage et tombe malade. Il est interné 10 années, puis publie plusieurs ouvrages à partir de 1946, dont l’admirable « Van Gogh ou le suicidé de la société ».
André Breton, Lautréamont,  Maïakowsky, Mallarmé, le cinéaste Luis Bunuel, Salvador Dali, Marcel Duchamp, le poète Paul Eluard, Giacometti ou Mallarmé, le photographe Man Ray : tous, de près ou de loin, participent à ce mouvement.
Mais s’intéresser ne veut pas dire aimer. Ken déteste le surréalisme,en fait,  pas assez « nez collé à la vitre », selon lui, et dont les œuvres ne sont ni jolies, ni agréables, toujours selon ses dires.Trop décalé, pour lui, du réel.   Toutes ces questions posées par Artaud à l’ordre ordinaire du monde le tuent. « La mort est présente dans toutes les oeuvres », dit-il. Et ces artistes, de quoi vivaient-ils? Quelle conquêtes financières ou d’investissements  faisaient-ils? Bref, cela ne colle pas assez à ses propres valeurs. Il préfère Picasso, d’ailleurs, plus « sexy », dit-il, dans sa vie comme dans son oeuvre. Homme riche, homme à femmes. Nus abondants dans son oeuvre. ..Ou Matisse, avec sa formule « Luxe, calme et Volupté ». Ken, comme d’habitude,  pense que l’art doit re-po-ser. Soit ! Il a ses raisons. Le principal est qu’il ait fait un petit tour de ce côté-là.Ce qui est déjà..Surréaliste!

(4 commentaires)

5 pings

Passer au formulaire de commentaire

    • vestrit on 23 juin 2009 at 15 h 25 min

    Votre article est très intéressant et montre bien que Nantes est une ville qui bouge. Je voulais cependant vous demander comment vous aviez posé les questions à la ville de Nantes. Je suis en M2 Management des organisations culturelles et il faut que choisisse une ville à qui je pose des questions sur sa politique culturelle. Voyant votre article je voulais vous demander si vous saviez à qui s’adresser spécifiquement, et comment poser les questions ??

    Je vous remercie d’avance !!!

  1. Bonjour Evelyne,

    Bien qu’ayant pris connaissance de votre billet sur le tourisme nantais et Estuaire NantesSaint-Nazaire voici quelques semaines, j’y réponds tardivement et je m’en excuse !

    Vous m’avez conseillé en 2008 lorsque j’ai succéder à Benjamin au poste de chargé de développement touristique de la manifestation. Vous m’aviez répondu par un long courriel qui dressait une méthodologie dont je me suis fortement inspiré pour mettre au point la stratégie de cette nouvelle édition. Aujourd’hui, Estuaire bat son plein et je vous alloue une part du succès remporté auprès du public.

    Dans votre article, je salue la justesse de votre perception tant sur le travail collectif pour faire de Nantes une destination convoitée, que sur la vision de Jean Blaise pour une culture ouverte et partagée.

    Je serais heureux de vous recevoir afin de vous présenter le parcours artistique un jour à votre convenance. Ce pourrait être également l’occasion de prolonger le débat sur le tourisme comme outil au service de la démocratisation de l’art…

    Dans l’attente,

    Cordiales salutations.

    Michel RAY
    Chargé du Développement Touristique d’Estuaire NantesSaint-Nazaire 2009

  2. Cher Michel,
    merci de ce magnifique compliment, vous vous doutez que cela me fait très plaisir! Comme je n’avais pas de vos nouvelles et que j’avais un petit peu perdu votre mail, j’ai écrit à Benjamin, car réellement vous faites le meilleur travail en France, et je vous félicite à mon tour. Cela valait donc bien un billet et ma plus grande joie serait aussi de venir voir sur place. J’espère que vous avez pris goût au Tourisme, bien trop mal -aimé, à mon avis, par la culture! Je crois que nous devrions faire un club de l’Innovation culturelle, avec les TIC et nos idées communes, cela permettrait de nous regrouper, il n’y a pas grand-chose sur le sujet.
    Bien cordialement et à bientôt,
    Evelyne

    • perrier on 8 janvier 2010 at 8 h 36 min

    pour info

  1. […]  Trois questions à Jean Blaise ;  Nantes, Star du Tourisme culturel ; Nantes son panier magique et l’imagination au pouvoir ;  Nantes a fait son « coming out » […]

  2. […] Culturelle régionale en 2013, Dunkerque ; une ville qui fédère ses musées, Angers.Sans oublier Nantes, véritable Star du tourisme culturel […]

  3. […] des projets touristiques; la Culture c’est l’avenir; Trois questions à Jean Blaise et Nantes, Star du Tourisme Culturel . Et, au delà des mutualisations, il faut aussi  comprendre que l’histoire de Nantes avait […]

  4. […] de Bilbao, puis celle de Nantes, star du tourisme culturel en 2009 après le lancement d’Estuaire, un parcours d’art contemporain entre Nantes et Saint Nazaire, parcours  réalisé après trois ans de travail auprès des petits […]

  5. […] NANTES, star du tourisme culturel! […]

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.